La liste s'allonge au fil des jours    Les contrôles seront renforcés au niveau des établissements pharmaceutiques    Une édition amputée de la participation étrangère    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Un front contre la normalisation avec l'Etat d'Israël    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Dernière ligne droite pour les Verts    Cap sur Omdourman    Un corps sans vie retrouvé au bord d'une falaise de la plage Cap Rousseau    Fermeture de la route menant au siège de la Wilaya    «La sécurité et la stabilité d'abord...»    Le danger de la polarisation    Le principal opposant retire sa candidature    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Une exposition plurielle sur l'Algérie à Marseille    Des associations s'opposent au contrôle d'identité au faciès    La parabole fraternelle de Robert Namia    Les soupçons de Tebboune    Forte hausse des fonds circulant hors banques    Priorité à la production nationale    4 décès et 163 nouveaux cas    L'avenir de Zemmamouche en question    ESS-Orlando Pirates au Ghana    CAF : Ahmad Ahmad sera fixé sur son sort aujourd'hui    FAF-SAS : Audience au TAS le 4 mars    Algérie Télécom à El Tarf : Les clients toujours insatisfaits    Marasme social à Souk Ahras : Chômage, droits bafoués et grogne syndicale    Le confinement partiel prorogé dans 19 wilayas    Les instructions de Tebboune    Le ministre ordonne sa fermeture    «Le rapport Stora a été mal compris»    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    "Les œuvres inachevées sont celles qui aboutissent le mieux"    Aïn Témouchent : Concours de photo : le niveau s'améliore    Exposition de peinture de l'artiste Hakim Tounsi à la villa Abdellatif à Alger : De la magie et de l'émotion à profusion    32e anniversaire de la disparition de Dda Lmulud : L'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Nécessité d'intensifier l'activité culturelle dans toutes les communes du pays    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Du verbiage et des actes    Bouira - Monoxyde de carbone : 4 personnes secourues    L'étude de près de 50.000 demandes de logement se poursuit: Plus de 16.000 dossiers étudiés et 5.129 rejetés par les commissions    Le discours officiel à l'épreuve    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le phénomène prend de l'ampleur et inquiète de plus en plus : Près de 19% des jeunes entre 16 et 25 ans accrocs à la «chicha»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 11 - 2014


Malgré l'interdiction aux mineurs et des prix dissuasifs, le tabac touche toujours autant les jeunes. Mais ces derniers temps un nouveau phénomène a fait son apparition et qui n'est pas sans danger sur leur santé. Il s'agit de la consommation de la «chicha». Bien que peu répandu en Algérie comme dans les autres pays arabo-musulmans, le phénomène suscite déjà moult interrogations. La consommation de la «chicha» dans les cafés et les lieux publics semble prendre de l'ampleur surtout parmi les jeunes. Le nombre de cafés qui servent des narguilés progresse de mois en mois. Cette sensation agréable parfumée trompe tous ceux qui fument la «chicha», car ils n'imaginent pas que les nombreux produits toxiques inhalés peuvent avoir des effets sur la santé. En effet, selon des enquêtes réalisées par les services de la santé, près de 19 % de jeunes âgés entre 16 et 25 ans sont accros à la chicha à Oran. Aussi, de plus en plus de jeunes femmes et de jeunes hommes fument-ils la chicha. Il suffit pour s'en rendre compte de voir les allées et venues incessantes dans certains cafés réputés pour leur chicha qui produit des effets similaires à ceux du cannabis, selon certains habitués qui en sont devenus accros. Le jeune âge des fumeurs de chicha devrait inquiéter et soulever des interrogations sur cette tendance qui peut avoir des conséquences sur la santé combien fragile de nos enfants. Contrairement aux idées reçues, fumer la «chicha» est très nocif pour la santé. Fumer le narguilé provoque une augmentation du risque de cancer, de bronchite chronique, ou de problèmes cardiovasculaires. Plus préoccupante, la consommation du narguilé expose à des risques de transmission microbienne comme la tuberculose, car les fumeurs utilisent le même embout. Le tiers des nouveaux cas de tuberculose recensés ces derniers mois à Oran, serait directement lié à la consommation de la «chicha». La consommation du narguilé serait parmi les causes du retour en force de la tuberculose, une maladie ré-émergente qui fait des ravages parmi certaines franges de la population à Oran. Cette maladie touchant en moyenne plus de 1.500 personnes par an, uniquement à Oran. La teneur en monoxyde de carbone de la fumée des narguilés est au moins aussi élevée que celle du tabac des cigarettes. Le monoxyde de carbone, un poison des voies respiratoires, perturbe le transport de l'oxygène des poumons vers les autres parties du corps, surchargeant les fonctions cardiaques et circulatoires. La consommation de la « chicha » s'est imposée comme un vrai phénomène de société. Preuve en est, les cafés-narguilés, ces salons de thé et autres cafétérias proposant ce produit prolifèrent un peu partout à Oran. Muni d'un long tuyau communiquant avec un flacon d'eau aromatisée que la fumée traverse avant d'arriver à la bouche du fumeur, le narguilé est très dangereux. Le fumeur de narguilé est exposé à de plus importantes quantités de nicotine, de monoxyde de carbone et d'autres toxines que le fumeur de cigarettes. La fumée d'une heure de chicha équivaut la fumée de 100 à 200 cigarettes. La force nécessaire pour aspirer l'air à travers le tuyau permet à la fumée de pénétrer plus profondément dans les poumons. Le phénomène s'accroît, prend de l'ampleur et devient un phénomène social, un mode de vie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.