Réveil de la classe politique    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    3,5 sur l'échelle ouverte de Richter    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouira: 20 ans de prison pour l'auteur d'un enlèvement et viol
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 11 - 2019


La cour de Bouira pendant le déroulement de sa 3ème session criminelle ordinaire qui se poursuit jusqu'au 5 décembre prochain, a jugé avant-hier jeudi, une affaire se rapportant aux crimes d'enlèvement de 2 filles mineures, usage de la violence, tortures physiques, menace, abus sexuel et attentant à la pudeur avec violence. Les chefs d‘inculpation sont retenus contre les accusés N.A. et S.H. contre lesquels la cour a prononcé un jugement de 20 années d'emprisonnement ferme pour le premier N.A et 5 ans de prison ferme pour le deuxième S.H. Pendant que le représentant du procureur général avait requis une sentence de l'emprisonnement à perpétuité contre les deux prévenus. Les faits se sont déroulés un jour du mois de février de l'année en cours, quand S.H. était au volant de sa voiture alors qu'il rencontra un de ses connaissances. Ce dernier l'informa qu'il y avait deux filles dans les parages et qu'elles ne refuseraient pas une ballade. Comme ce n'est tombé dans l'oreille d'un sourd, S.H. se dirigea vers le lieu indiqué et ne trouva aucune peine à embarquer les deux filles mineures, sans doute aux mœurs légères, pour avoir acquiescé sans sourciller. S.H. fait monter son ami N.A. en cours de route. Ce que pensaient les deux victimes, avoir à faire à des jeunes sans histoire qui ne désirent que de se distraire et rigoler, allait devenir leurs pires supplices et cauchemars. En vérité, les deux acolytes étaient loin d'être des enfants de cœur mais de vrais durs du milieu criminel, de surcroît repris de justice. C'est ainsi qu'ils emmenèrent les deux filles vers la sortie nord de la ville de Bouira au lieudit Tizi Oujaâvouv, un coin isolé de l'agglomération. Et, en cet endroit, commencèrent les tortures physiques, les abus sexuels, les atteintes à la pudeur et autres formes de chantage et menaces de diffuser leurs photos. En somme, les deux victimes ont enduré des moments traumatisants. Après avoir assouvi leurs cruels désirs et exercé leur violence sur les deux victimes, les deux auteurs les déposèrent dans un coin retiré de la ville. Ces dernières, une fois libres, se sont dirigées directement vers les services de sécurité afin de déposer leur plainte. Il n'a pas été difficile pour les services de sécurité d'identifier les auteurs étant donné qu'ils étaient d'ores et déjà fichés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.