Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Valse des entraîneurs: Une phase aller mouvementée
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 12 - 2019

Le football amateur vit les moments les plus sombres de son histoire. Jamais il n'a été confronté à semblable situation que celle qu'il traverse actuellement. Dettes des clubs pros estimées à plus de mille milliards, selon la DCGF. Clubs interdits de recrutement par la CNRL. Ingérence de la rue dans la gestion des clubs, prétendus professionnels. Telle est l'actualité de cette discipline. Ajoutez à cela le phénomène de la valse des entraîneurs qui est devenue une " marque déposée " chez les présidents des clubs algériens.
A la fin de la phase aller, ils sont dix entraîneurs à avoir été remerciés, d'une façon ou d'une autre. Seuls la JSK, le MCO, le CABBA, l'USMA, l'ASO et le PAC ont conservé leurs staffs techniques.
En effet, la fin de la première manche des championnats des Ligues 1 et 2 a été marquée par des changements à répétition au niveau de la barre technique des clubs.
Là, la palme revient au DRB Tadjenanet où le président Tahar Guerraiche a consommé la bagatelle de quatre techniciens, les deux Tunisiens Lassaâd Lehachemi et Lotfi Djebara, Mounir Zeghdoud et Sofiane Nechma qui a été remplacé par Mustapha Biskri.
On ne voit pas l'utilité de ces fréquents changements dans la mesure où le DRBT vient d'être éliminé au premier tour national de la coupe d'Algérie et occupe actuellement la neuvième position au classement avec neuf longueurs de retard sur le quatrième, le RCR. A l'ASK, le troisième coach engagé depuis le début de saison, Rachid Bouarata, n'a pas tenu longtemps comme d'ailleurs ses prédécesseurs, Belachter Mohamed et Noureddine Maroc. Le MCEE est sans entraîneur depuis le départ de Yaiche Abdelkader et Sahraoui Touhami.
Pour sa part, l'USM Annaba en est à son troisième technicien après Said Belaribi et Lamine Bougherara qui vient lui aussi d'être remercié par la JS Saoura. Le club phare de Béchar s'est spécialisé dans ce domaine d'instabilité technique criarde avec les Moaz Bouakaz, Saber Abdelkrim et Bougherara Lamine.
Cette " épidémie " a touché de nombreux clubs de l'élite, à l'image du MCA, l'ESS, le CRB, le NCM, l'USB, l'USMBA et, tout récemment, l'ASAM avec l'annonce de démission d'Aït Djoudi Azzedine, annoncé hier au MCA. Dans ce même contexte, il n'est pas écarté de voir d'autres entraîneurs quitter leurs postes lors des prochaines journées.
A l'OMA, l'opposition veut la tête du jeune entraîneur Hadj Merine, Nadir Leknaoui a juré de ne plus remettre les pieds à l'USB. Au NAHD, Lakhdar Adjali est visé par Mourad Lahlou, le directeur général du Nasria.
C'est le même refrain dans les divisions inférieures. Said Belaribi, ancien coach de l'ASK et l'USMAn, est annoncé pour succéder à Samir Boudjaârane à la barre technique du MOC.
A l'ASB Maghnia, c'est la confusion, Laâredj Boushaba (ex-ICS Tlemcen) et Noureddine Meguenni ont été contactés. Samir Houhou a préféré rendre le tablier et quitter le MSP Batna, et la liste est encore longue étant donné que le jeu de coulisses et des intérêts personnels continuera à ravager nos clubs par la faute des présidents qui ont trouvé là une véritable source d'argent facile pour s'enrichir sans aucun contrôle des deniers publics par l'Etat. Une situation déplorable qui en dit long sur la gestion des responsables de clubs qui n'accordent aucun intérêt au projet sportif par exemple.
Ce phénomène risque de perdurer encore longtemps, dans la mesure où il est conçu de manière à calmer la rue qui est devenue partie prenante dans les grandes décisions internes de nos formations. Aujourd'hui, et c'est malheureux de le dire, c'est bel et bien la "rue" qui pilote les changements des coachs avec cette pression des supporters ou des pseudo-supporters.
Ce qui est arrivé au CRB est édifiant. Comment peut-on oser pousser vers la sortie un entraîneur qui a eu le mérite de sauver le club de la relégation, de l'aider à gagner une coupe d'Algérie et le faire accéder en haut de la pyramide de l'élite ? Là aussi, ça sent la manipulation.
Quant aux responsables des clubs, ils ne seront là que pour acquiescer au détriment du développement du football algérien bien " enveloppé " dans l'étiquette d'un "professionnalisme" qui n'a de vrai que le nom. On ne le répètera jamais assez, cette valse d'entraîneurs, préjudiciable pour notre football, est la résultante d'une mentalité dégradante. Est-il concevable qu'un club, géré par des subventions de l'Etat, puisse recruter et limoger des techniciens, sans que personne ne lève le petit doigt ? A titre d'exemple, qui va régler les indemnités des entraîneurs limogés ? Certainement pas les présidents et encore moins de leurs poches.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.