Nouvelle fonction pour le Général-major Kaidi    1.000 kits de dépistage rapide "prochainement" confectionnés    La Banque d'Algérie annonce une série de "mesures exceptionnelles"    L'Algérie cherche à acheter 500.000 lunettes de protection et 995.000 blouses médicales    20 nouveaux décès et 45 autres ca s confirmés    La Ligue 1 française trouve une formule pour la baisse des salaires    Liverpool : Klopp avait baissé les bras pour Coutinho    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    PSG : La condition de la femme d'Icardi    Le président du CNDH fait don d'un mois de son salaire    Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    45 nouveaux cas confirmés et 20 nouveaux décès en Algérie    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Les écoles privées aux abonnés absents    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    Le président du RAJ condamné à un an de prison    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A l'épreuve, sans délai de grâce !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 01 - 2020

La nouvelle équipe du gouvernement Tebboune est dans son ensemble confrontée dans l'immédiat à de nombreuses priorités, voire des défis primordiaux qui exigent d'eux de se mettre dans le bain sans tester la température de l'eau, notamment le ministre de l'Education nationale. Moins d'une semaine après avoir pris ses fonctions, le nouveau ministre de l'Education nationale, M. Mohamed Ouadjaout, a été brutalement mis à l'épreuve face à la grève des enseignants du primaire, engagée d'une manière cyclique depuis le mois d'octobre dernier, et qui a repris le 8 janvier. Aucun délai de grâce pour le ministre, qui devait se familiariser avec les dossiers de son secteur au moins durant les deux premières semaines de sa prise de fonction à la tête du département de l'Education.
Un véritable test pour le concerné. Mais, M. Ouadjaout savait pertinemment à quoi s'attendre, lui qui a relevé lors de son installation que cette responsabilité «est un fardeau au vu des multiples défis et enjeux auxquels est confronté le pays dans divers domaines». Saura-t-il désamorcer ce conflit qui se poursuit durant le début de ce deuxième trimestre de l'année scolaire ? Le ministre avait soutenu publiquement qu'il ne ménagera aucun effort pour trouver des solutions efficientes aux problèmes du secteur, en collaboration avec tous les cadres et les travailleurs de l'Education, les partenaires sociaux et les parents d'élèves, ce qui laisse entendre que des solutions immédiates n'existent pas.
Dans le secteur de l'Education nationale, on ne peut rien changer dans l'urgence, car toute solution exige du temps pour sa mise en application. Et le temps, c'est qui va manquer au nouveau ministre qui doit agir vite dans le cas de ce mouvement de contestation initié par les enseignants du primaire. Il y a bien ce projet de la réforme de l'école décidé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui touche l'un de ces points de revendication des contestataires, en l'occurrence l'allègement des programmes scolaires pour le primaire, mais il reste encore d'autres points qui échappent, parfois, aux prérogatives du ministre, entre autres l'exercice du droit syndical et la revendication en lien avec l'aspect salarial, en l'occurrence l'application avec effet rétroactif du décret présidentiel 266/14 fixant la grille indiciaire des traitements et le régime de rémunération des fonctionnaires et l'unification des critères de classement afin de valoriser sur un pied d'égalité les détenteurs de diplômes.
Un génie équilibriste y trouverait certainement des difficultés pour apaiser la colère des enseignants du primaire, sans leur donner quelque chose de concret dans l'immédiat. Ne pas oublier également que d'autres syndicats, des « observateurs » dans ce conflit qui souffre de représentativité légale de la base, sont également à l'affût pour en découdre avec la tutelle. Les capacités de M. Ouadjaout à gérer ce conflit auront à coup sûr des incidences directes sur l'impératif rétablissement de la confiance au sein de la famille de l'Education. Un challenge qu'il s'est fixé et qui fait appel rapide à toute son énergie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.