CEAS-Sahara réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    Coronavirus: le numéro vert 3030 mis à la disposition des citoyens    Report pour la seconde fois du procès en appel au 1er mars    60.000 étudiants étrangers sont passés par l'Université algérienne    COA : Mustapha Berraf confirme sa démission    Le Président Tebboune entame une visite d'Etat en Arabie saoudite    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    Une secousse tellurique de 3 degrés enregistrée ce matin    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une médaille pour le hirak à Montréal    Dans le désordre    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    Le Targui    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accords d'association avec l'UE et de la zone de libre-échange arabe: L'Algérie a mal négocié
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 01 - 2020

La directrice de la Chambre algérienne du commerce et d'industrie, Mme Wahiba Bahloul, juge nécessaire de revoir les accords d'association avec l'Union européenne (UE) et de la zone de libre-échange arabe, reprenant ainsi une position déjà exprimée par plusieurs experts algériens, à savoir qu'ils ont été «mal négociés».
Signé en 2002 et entré en vigueur depuis 2005, l'accord d'association Algérie-UE a en effet fait l'objet, en 15 ans d'existence, de critiques acerbes parce que, et c'est un secret de polichinelle, mal négocié par la partie algérienne. Une vérité rappelée une fois encore hier par la directrice de la Chambre algérienne du commerce et de l'industrie, Mme Wahiba Bahloul, à l'émission de la Radio algérienne, «L'invité de la rédaction» de la Chaîne 3.
Premier argument de Mme Bahloul, une perte fiscale pour l'Algérie estimée à plus de deux milliards de dollars, sans contrepartie, en raison, soutient-elle, d'une mauvaise application de l'accord. L'invité de la rédaction juge ainsi capitale d'en revoir les clauses, du fait, souligne-t-elle, que ses aspects relatifs à l'investissement n'ont pas été pris en compte par l'UE, «parce que mal négociés» par la partie algérienne. Si l'on a mal négocié, explique-t-elle, c'est, principalement, en raison du contexte politique qui régnait alors en Algérie. Un contexte, rappelons-le, marqué par une crise multidimensionnelle : d'un côté la sortie d'une décennie de rupture totale avec l'extérieur et d'une isolation sur la scène politique internationale due au terrorisme qui a déstabilisé et fragilisé le pays sur tous les plans, et d'un autre, une balance commerciale du pays qui a demeuré défavorable avec des exportations hors hydrocarbures insignifiantes et des factures d'importation lourdes.
Pour la directrice de la Chambre algérienne du commerce et de l'industrie, il faudrait, donc, remettre en question le contenu de cet accord, d'autant, indique-t-elle, que le programme du gouvernement incite à le faire.
S'agissant de l'accord avec la Zone arabe de libre-échange, la directrice de la CACI dira: «Nous avons pris le train en marche et il nous a été demandé de l'appliquer immédiatement, alors que nous n'étions pas préparés». Pour Mme Bahloul, cet accord a été aussi «mal négocié» citant dans ce cadre l'exemple des marchandises égyptiennes et jordaniennes qui ont pénétré le pays au détriment de celles produites localement. Cette pénétration a obligé l'Algérie à établir une liste négative pour protéger le produit local, a-t-elle rappelé. Pour la révision de ces accords, elle a, enfin, estimé qu'il était nécessaire d'impliquer les opérateurs économiques dans le cadre d'une approche basée sur la concertation.
En revanche, elle a noté que pour la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), l'Algérie a été impliquée dans le processus du début jusqu'à la fin, ce qui lui a permis d'évaluer les atouts et les faiblesses de l'intégration à cette zone.
Il est à rappeler que le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a recommandé au gouvernement lors du dernier Conseil des ministres de faire une «évaluation rigoureuse et objective» des effets des accords commerciaux déjà conclus ou ceux encore en discussion sur l'économie nationale, tout en soulignant que la politique du commerce extérieur doit faire l'objet de mécanismes de concertation sectorielle plus renforcés.
Pour sa part, le ministre délégué au Commerce extérieur, M. Aïssa Bekkai, a précisé récemment à propos de l'accord d'association avec l'Union européenne que l'Algérie est en droit d'en extraire les règles. Pour le ministre, dans cet accord, de nombreux points se sont révélés négatifs pour notre économie. C'est pourquoi la révision de certaines dispositions est urgente, d'autant qu'à partir de septembre 2021 de nombreux produits issus de l'espace européen et destinés à l'exportation vers l'Algérie ne seront soumis à aucun tarif douanier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.