A L'OMBRE DES MURS    En difficulté: Les entreprises demandent l'aide de l'Etat    Bouira: Livraison de 4.900 quintaux de blé aux minoteries    LFP - Arrêt des compétitions: De redoutables conséquences pour les clubs    FAF - Réunion du BF aujourd'hui: Sous le signe de la solidarité    Lois et «tech» à la rescousse    Blida J7: Le nombre de cas confirmés en nette augmentation    Crise à l'hôpital de Boufarik: Le SNPSSP accuse des «syndicats rivaux»    Chanegriha en visite aujourd'hui à Blida    La Chine va construire un hôpital de protection en Algérie    Les prix du pétrole au plus bas depuis 17 ans    GMS Mercedes-Benz à l'arrêt    Hyundai GMI Al Djazair fermé temporairement    "Nous ne laisserons aucun Algérien sans assistance"    Le comité scientifique propose de passer au confinement général    Le professeur Si Ahmed succombe au Covid-19    Coronavirus: Djerad insiste sur l'implication de la société civile, la bonne gouvernance et la lutte contre la spéculation    Zoubida Assoul parle de l'état de santé de Tabbou et Nekkaz    FC Barcelone: Coronavirus, salaires... Messi et les autres joueurs taclent la direction !    Le général-major Chanegriha en visite de travail mardi à la 1ère Région militaire à Blida    Coronavirus: Ferhat Aït Ali instruit les groupes industriels publics d'augmenter leur production    Real - Benzema : "Mbappé est très fort, mais..."    Perturbations dans l'approvisionnement en produits de base : appel à la révision des lois régissant les activités commerciales    Real Madrid: contact entre Zidane et Aubameyang ?    Covid-19 : Contribution financière du groupe parlementaire RND au Conseil de la Nation pour endiguer la pandémie    Coronavirus : 73 nouveaux cas confirmés et 4 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    LE PIÈGE DES TRAUMATISMES.    Pandémie de coronavirus : L'ONU et le pape appellent à un cessez-le-feu mondial    Palestine : Les Palestiniens pris entre deux feux    L'Algérie condamne les attaques contre la région de Cabo    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    N'ASSUME SES MISSIONS Aïcha Zinaï claque la porte du cndh    "La situation va rapidement devenir intenable"    …CULTURE EN BREF …    Faris Betatache, l'artiste qui allie tradition et modernisme    Des festivals et des concerts animés derrière les écrans    Les Golden Globes 2020 : Assouplissement des règles    Musique- Bob Dylan : Sortie d'une nouvelle chanson    Pour une meilleure fluidité de la circulation: Les entreprises chargées de la réalisation de trois axes routiers désignées    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    Les cygnes blancs de 2020    30e nouveau membre de l'Otan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'après Berlin et la crise libyenne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 01 - 2020

La visite du président turc à Alger a coïncidé avec des violations avérées du cessez-le-feu décrété le 12 janvier dernier en Libye et des engagements pris à Berlin. De violents affrontements entre les forces d'Esseraj et celles de Haftar ont fait hier de nombreux morts à Misrata et dans d'autres localités.
Hier, les médias libyens ont fait état de violents affrontements entre les troupes du président du Gouvernement d'Union nationale (GNA), basé à Tripoli (ouest de la Libye), et les forces armées du maréchal Khalifa Haftar dont le siège est à Benghazi (est de la Libye). Ils parlent de plusieurs morts et blessés, entre autres, à Misrata et à Abou Grine.
Recep Tayyip Erdogan, dimanche et lundi derniers à Alger, a sous-tendu sa visite par des pourparlers avec le président Tebboune sur la crise libyenne. Les deux hommes sont convenus «d'œuvrer à la mise en œuvre des décisions de la Conférence de Berlin et de suivre quotidiennement les développements en Libye».
Il est certain qu'ils ont évoqué les violations du cessez-le-feu dans ce pays malgré les engagements des pays qui ont participé à Berlin d'arrêter d'envoyer des armes aux belligérants libyens et de ne plus s'ingérer dans le conflit. L'on se demande ce qu'a dit Tebboune à ce sujet à Erdogan dont les promesses de hausser les niveaux des échanges économiques et des investissements créateurs d'emplois en Algérie ont été nombreuses et alléchantes. «Cette trêve fragile est aujourd'hui menacée par l'acheminement de combattants étrangers, d'armes, de munitions et de systèmes avancés aux parties par les Etats membres, dont plusieurs ont participé à la Conférence de Berlin», a écrit la MANUL (Mission des Nations unies en Libye) dans le communiqué qu'elle a rendu public dimanche dernier.
La MANUL a fait savoir que «des vols de fret et autres ont atterri au cours des dix derniers jours dans des aéroports de l'ouest et de l'est du pays pour livrer aux deux belligérants des armes avancées, des véhicules blindés, des conseillers et des combattants». Les Nations unies font état de violations flagrantes du cessez-le-feu décrété le 12 janvier dernier. L'on rappelle que le document le formalisant a été signé la même semaine à Moscou par le président du GNA, Fayez Esseraj, mais pas par le maréchal Khalifa Haftar.
Inquiétudes onusiennes et allemandes
La mission onusienne pour la Libye regrette profondément dans son communiqué «les violations flagrantes et persistantes de l'embargo sur les armes malgré les engagements des pays concernés lors de la conférence internationale sur la Libye à Berlin le 19 janvier».
Hier, le ministère des Affaires étrangères allemand a publié un communiqué dans lequel il affirme être inquiet par ces violations «flagrantes et continues» de l'embargo onusien.
Interrogés par des médias libyens, des experts font état de «beaucoup de divergences au niveau local, régional et international autour des moyens de régler la crise libyenne». Hier, le porte-parole de Haftar, Ahmed Al Masmari, a déclaré dans une conférence de presse qu'«il est impossible que les forces armées de Haftar se retirent de Misrata ou d'autres régions libyennes, l'offensive militaire continue, on ne s'arrêtera pas». Il a noté en outre que «certes, nous sommes partis à Moscou et à Berlin non pas à la recherche d'une solution parce que la solution pour nous est dans le fusil (el boundoukia) mais pour savoir ce que veulent les pays qui se disent prêts à participer au règlement de la crise libyenne». El Masmari a fait savoir que «8.000 mercenaires syriens sont déjà arrivés en Libye en provenance de la Turquie pour aider Esseraj». L'après-Berlin «est donc miné par l'acheminement des armes en Libye par ceux-là mêmes des pays qui ont assisté à la Conférence d'Angela Merkel», estiment des experts. L'un d'entre eux, tunisien, a soutenu hier que «on pensait que Berlin était une orientation pour une plate-forme, un début de consensus pour une solution politique (...) et l'affirmation du cessez-le-feu mais c'était aussi la crainte que la conférence est un début pour un renforcement d'une option militaire que la Libye n'ait jamais connu». L'expert tunisien, qui a indiqué que «le conflit libyen est pour la Turquie une question stratégique et idéologique», pense que «il faut absolument qu'il y ait des concessions de part et d'autre d'Esseraj et de Haftar, il faut que les pays qui les soutiennent les poussent à cela».
L'envoyé spécial onusien pour la Libye ne cesse d'appeler les belligérants libyens à renvoyer tous les mercenaires étrangers et faire taire les armes. Ghassan Salamé a déclaré il y a une semaine à une télévision libyenne qu'il a en main un projet de règlement du conflit libyen qu'il va présenter prochainement aux 5+5 à Bruxelles pour amorcer le règlement de la crise libyenne. Il avait en outre rappelé les invitations qu'il a envoyées depuis quelques semaines à 200 Libyens pour amorcer le dialogue à Genève.
Salamé recommande aux Libyens de faire comme les Algériens
«(...) Nous voulons que les protagonistes libyens renvoient les 2.000 Syriens et tous les mercenaires étrangers qui sont en Libye, il faut que les armes cessent». La fermeture des terminaux du croissant pétrolier lui a fait dire que «les Libyens ne doivent pas toucher au pétrole parce qu'il nourrit le peuple». Salamé a noté que «les Algériens ont passé dix ans de conflit (les années 90 ndlr) mais n'ont jamais touché au pétrole parce qu'ils savent qu'il les nourrit tous, les Libyens doivent faire la même chose». Il estime que «Berlin est une chance pour les Libyens, ou ils la prennent ou ils la ratent».
Mourad El Hattab, conseiller et expert en investissement stratégique et intelligence économique, avait en décembre dernier affirmé que «avant que la France n'intervienne en Libye, tous les services secrets y compris américains et russes ont affirmé que ce sera un sahelistan». El Hattab est l'auteur de «Seif El Islam Kadhafi, un rêve d'avenir pour la Libye», un livre dans lequel il détaille un conflit «de factions étrangères et non inter-libyen», dit-il. (Voir l'article paru dans l'édition d'hier). Il a noté que «le colonel Maamar Kadafi en personne avait qualifié Sarkozy d'idiot par rapport à la question du terrorisme et de l'émigration». L'auteur a interrogé «comment les combattants en Libye se retrouvent avec des armes françaises ?» reprenant ainsi une question que Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, avait posée au ministre français Laurent Fabius lorsqu'il était son homologue. «On compte sur la Russie pour voter une résolution contre le mouvement djihadiste au Mali», avait dit Fabius à Lavrov, selon El Hattab. «Nous sommes prêts mais comment expliquez-vous que ces fameux djihadistes se retrouvent avec des armes françaises ?», l'a interrogé le MAE russe, comme raconté par l'écrivain qui insiste sur l'existence de l'instrumentalisation du terrorisme par les Etats depuis plus d'une décennie. Selon lui, «les principaux acteurs dans le conflit libyen n'ont aucune légitimité vis-à-vis du peuple libyen, Esseraj est défendu par la Turquie, le Qatar et l'Europe (du bout des lèvres) et Haftar par les Emirats, l'Egypte, l'Arabie Saoudite». Il a fait savoir que «l'Union africaine (UA) a tenté d'organiser une médiation dans le conflit mais les Occidentaux le lui ont refusée». Le fils du défunt colonel Maamar Kadhafi, Seif El Islam Kadhafi, était concerné par la médiation menée par l'UE en tant que «seul légitime parce que la Libye est un peuple tribal et il est le représentant officiel des tribus, il a été nommé par elles (depuis 2017 il est président du Conseil des tribus libyennes)».
Ces cartels qui poussent à la guerre
Et, a-t-il affirmé aussi à propos de la Conférence allemande, «Esseraj avait demandé que l'Algérie et la Tunisie ne soient pas présents à Berlin». Il trouve que «c'est quand même assez incroyable de voir que les seuls légitimes on leur interdit d'être à la table des négociations». Il pense même -allusion faite aux pays occidentaux et arabes qui entretiennent le conflit- que «on ne veut pas organiser des élections présidentielles en Libye parce qu'on sait que Seif El Islam Kadhafi aura l'unanimité».
L'auteur a soutenu la nécessité pour la Libye de (re)créer un fonds souverain pour collecter des ressources financières. «Le pétrole est la seule ressource pour la Libye», a-t-il reconnu. Il soulignera que «la Banque centrale et les institutions économiques libyennes sont tombées dans des cartels bancaires occidentaux qui ont poussé à la guerre».
La fermeture il y a trois semaines des champs et terminaux pétroliers par les pro-Haftar précipite le pays dans une crise financière et économique inextricable. Des experts en la matière ont fait savoir à des médias libyens que «33% des ressources pétrolières sont distribuées par Fayez Esseraj, président du GNA, en salaires aux Libyens de l'Ouest et 17% vont à l'Est (...), le reste on ne sait pas où il va, il faut constituer une commission mixte entre les gouvernements des deux régions et même celle du Sud pour négocier un seuil d'entente et départager équitablement les ressources générées par l'exportation du pétrole».
Beaucoup de Libyens espèrent que les recommandations de la Conférence de Berlin obligent à défaire et désarmer les milices, à faire taire les armes d'Esseraj et de Haftar, à mettre fin aux ingérences étrangères, mais aussi à réorganiser le Gouvernement d'Union nationale (GNA) qu'ils qualifient d'incompétent. L'objectif primordial est selon eux que «les Libyens se réconcilient, dialoguent et se concertent entre eux pour pouvoir aller vers des élections et élire des institutions nationales légitimes, crédibles et viables». Des médias libyens font état d'une probable rencontre entre «5 officiers d'Esseraj avec 5 officiers de Haftar pour mettre en place les premiers jalons d'un dialogue inter-libyen».
Depuis la Conférence de Berlin, différentes initiatives sont annoncées ici et là, à l'intérieur comme à l'extérieur de la Libye. Encore une fois, différentes parties libyennes et étrangères établissent des agendas qui risquent de faire voler en éclat toute velléité de règlement politique et pacifique de la crise libyenne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.