Les anciens walis de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, placés en détention provisoire    Lazhari élu à la présidence du Comité consultatif du Conseil des droits de l'homme à Genève    Trois ateliers urgents pour réduire les disparités en matière de développement local    Un fichier du produit national fin prêt dans six mois    Journée du chahid: le moudjahid "Cheikh" se remémore les souvenirs de combat à la veille de la célébration de cette journée à Saïda    L'Algérie s'emploie "activement" à trouver une solution à la crise libyenne    Slimani dans l'équipe type de France Football    Appel à l'ouverture d'un dialogue entre syndicats et ministère de l'Education nationale    Le Président Tebboune nomme Karim Younes Médiateur de la République    CONSEIL DE LA NATION : Appel à la mobilisation derrière le Président    LOGEMENT : Vers l'unification du Fichier national    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers la création prochaine de 7 pôles d'excellence    CORONAVIRUS : Les Algériens rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    BECHAR : Saisie de plus de 2708 comprimés de psychotropes    BATNA : Deux éléments de soutien aux terroristes appréhendés    AIR ALGERIE : Grève sans préavis du personnel naviguant    Enquête : après Anis, son épouse    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    Nouveaux tirs de roquettes près de l'ambassade américaine à Bagdad    Les discussions entre Doha et Riyadh «suspendues»    L'ultimatum de Tebboune aux walis    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    À tout jamais…    Mahour Bacha précise    Le derby de toutes les souffrances !    La victoire qui change tout ?    Foncier économique : nécessité d'un cadre juridique global pour l'octroi des assiettes    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Les 2 300 recalés obtiennent gain de cause    Alors que les affaires de contrebande connaissent une légère baisse, les crimes et délits en hausse    Les résidents dénoncent un promoteur immobilier    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    31 civils tués par la coalition saoudienne au Yémen    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    Brèves    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise libyenne: Un conflit naît dans les laboratoires américains ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 01 - 2020

La complexité et la gravité de la crise libyenne laissent sceptique quant à sa solution à court et moyen termes, même si les pays occidentaux qui l'ont provoquée semblent accepter de lever quelque peu la main sur sa gestion militaire.
La décision de réfléchir à mettre fin au conflit libyen semble avoir pris naissance dans les laboratoires américains. C'est ce que l'on peut apprendre du livre de Mourad El Hattab que lui- même a présenté dans une émission française, en décembre dernier.
Le titre du livre est «Seif El Islam Kadhafi, un rêve d'avenir pour la Libye» et pose la question «pourquoi les gens qui combattent en Libye se retrouvent-ils avec des armes françaises?»
Connu pour être «conseiller et expert en investissement stratégique et intelligence économique», Mourad El Hattab, a tracé la trame complexe du conflit libyen en soutenant que «tout est sourcé» pour en déduire que «la guerre en Libye (l'intervention militaire de l'OTAN) a été un crime !». Avant toute chose, l'auteur se présente comme «ami» de Seif El Islam Kadhafi, fils du défunt Colonel Maâmar Kadhafi. Il rappelle que Seif El Islam Kadhafi a été incarcéré entre 2011 et 2017. A sa libération, il a été élu à la tête du Conseil des tribus libyennes. L'auteur estime qu'il est ainsi «le seul légitime» autour duquel le dénouement de la crise libyenne peut se produire. Pour situer les nouveaux développements de la situation en Libye, El Hattab note que des conseillers adjoints américains à la sécurité intérieure ont réuni «récemment (fin de l'année 2019 ndlr)» à l'ambassade américaine à Tripoli, le maréchal Khalifa Haftar qu'il qualifie de «citoyen américain et d'ancien agent de la CIA» et «commandant d'une association de combattants en Libye» pour lui intimer «gentiment» l'ordre de déposer les armes. Il a fait part dans ce sens d'«un communiqué rendu public par le département d'Etat américain qui évite d'en préciser le lieu.» Il a souligné que «la majorité des combattants en Libye sont des mercenaires, que ce soit du côté de Haftar ou d'Esseraj». Il estime qu'«il n'y a pas d'armée conventionnelle parce qu'il n'y a pas d'Etat». Pour lui «c'est un conflit de factions étrangères et non inter-libyen». En fait foi, entre autres, son exemple de l'existence en Libye «de drones chinois payés par les Emiratis pour Haftar contre des drones turcs pour Esseraj». Si, dit El Hattab «les Etats-Unis demandent à Haftar d'arrêter son offensive c'est à cause de ses échecs militaires». Le président américain, Donald Trump veut aussi, selon lui «lâcher les djihadistes pour préserver les intérêts géostratégiques de son pays». L'administration américaine a demandé, dit-il «certes à Haftar de cesser la guerre mais elle le ménage pour qu'il ne se rapproche pas de la Russie ou de la Chine.» Pour lui, «il faut équilibrer les luttes pour amener la raison comme l'a fait la Russie en Syrie». Il affirme que «les Américains ne veulent pas de partition en Libye».
El Hattab pense que «une paix des braves va s'organiser avec le soutien de la France, l'Italie et même la Grèce». La conférence de Berlin s'en est faite l'écho sur fond de volonté occidentale de mettre en avant les pays voisins de la Libye. L'auteur plaide pour «un consensus autour d'une personne centrale et légitime, Seif El Islam Kadhafi» parce qu'il fédère d'importantes tribus libyennes. Il le voit bien président. Il évoquera Haftar et Esseraj comme étant de «remarquables gestionnaires du pétrole pour financer la guerre»...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.