PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tébessa: Les responsables des infrastructures culturelles à l'index
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 02 - 2020

La nouvelle ministre de la Culture, fraîchement nommée dans le gouvernement de M. Abdelaziz Djerad, vient d'effectuer une visite de travail dans la wilaya de Tébessa, où elle a déclaré, devant les organes de presse, être persuadée que la stratégie de son département ministériel s'inscrit parmi les paris de l'ensemble du gouvernement, politique, économique, social ou encore sécuritaire et évidemment culturel. Elle invite les gestionnaires des structures culturelles à assumer leurs responsabilités de gestion ou de céder leurs postes à d'autres. La ministre ne voudrait pas que les infrastructures culturelles ou artistiques fonctionnent à des horaires administratifs, appelant leurs gestionnaires à les laisser ouvertes après les heures de travail, autrement dit les bibliothèques, les musées et autres ateliers destinés à des activités culturelles ou artistiques.
D'autre part, les responsables des collectivités locales devront ouvrir les portes de ces structures devant toutes les associations activant dans les espaces culturels. En se rendant au musée public d'archéologie, la ministre, Malika Bendouda, a eu droit à un survol historique de la région de Tébessa, de la préhistoire, et la civilisation atérienne (entre 66 à 20 mille ans), l'époque phénicienne et numidienne (240-146 avant J.-C.), jusqu'à l'époque contemporaine, en passant par l'ère romaine, byzantine et puis l'avènement de l'ère musulmane et ottomane, avec à chaque phase des témoins et vestiges de la période indiquée. La directrice du musée, Mme Mokrani, a dressé un tableau plutôt positif de la structure, ouverte à tous, dont notamment les enfants des écoles et les étudiants et chercheurs de l'université. Un musée doté d'une bibliothèque et d'une salle de conférences. Dans la basilique romaine dite de Sainte Crespine, l'un des lieux de culte le plus ancien de l'Afrique du Nord et l'un des plus importants au monde, à cette époque, s'étalant sur une superficie de 16.000 m², créée en 315 avant J.-C. Dans l'enceinte, ont été découvertes dernièrement des catacombes qui sont en fait des excavations souterraines servant de lieu de sépulture durant l'Antiquité, qui seront revalorisées et équipées d'éclairage intérieur. Sur le site, la ministre de la Culture a déclaré que ces pierres, témoins historiques, ne doivent pas rester muettes, elles doivent être transformées en un produit culturel qui doit être commercialisé. En d'autres termes, les ruines et vestiges historiques sont un bien qui appartient à notre patrimoine collectif, de ce fait, il est appelé à être préservé, valorisé et promu, dans la perspective de projets de tourisme culturel, invitant les petites entreprises à investir dans le créneau.
Petit bémol, fallait-il attendre la visite d'un membre du gouvernement pour balayer et arroser les alentours de certains sites, ou enlever des ordures, plaies ouvertes durant l'année dont souffrent les monuments historiques et archéologiques sis au chef-lieu, l'amphithéâtre romain en est l'exemple parfait de la dégradation de son environnement, la partie de la fortification byzantine et d'autres ruines et vestiges soumis à des actes d'agression à longueur d'année. Une visite qui, selon certains milieux culturels de la ville chère à Cheikh Larbi Tébessi, donne une seconde chance à l'antique Thevest de sortir de son marasme culturel et artistique, éliminer les entraves bureaucratiques qui rendent l'activité culturelle sujette à des contraintes dont sont l'objet beaucoup de créateurs et promoteurs. La pâte existe, il faudra seulement la bien modeler.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.