APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tébessa: Les responsables des infrastructures culturelles à l'index
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 02 - 2020

La nouvelle ministre de la Culture, fraîchement nommée dans le gouvernement de M. Abdelaziz Djerad, vient d'effectuer une visite de travail dans la wilaya de Tébessa, où elle a déclaré, devant les organes de presse, être persuadée que la stratégie de son département ministériel s'inscrit parmi les paris de l'ensemble du gouvernement, politique, économique, social ou encore sécuritaire et évidemment culturel. Elle invite les gestionnaires des structures culturelles à assumer leurs responsabilités de gestion ou de céder leurs postes à d'autres. La ministre ne voudrait pas que les infrastructures culturelles ou artistiques fonctionnent à des horaires administratifs, appelant leurs gestionnaires à les laisser ouvertes après les heures de travail, autrement dit les bibliothèques, les musées et autres ateliers destinés à des activités culturelles ou artistiques.
D'autre part, les responsables des collectivités locales devront ouvrir les portes de ces structures devant toutes les associations activant dans les espaces culturels. En se rendant au musée public d'archéologie, la ministre, Malika Bendouda, a eu droit à un survol historique de la région de Tébessa, de la préhistoire, et la civilisation atérienne (entre 66 à 20 mille ans), l'époque phénicienne et numidienne (240-146 avant J.-C.), jusqu'à l'époque contemporaine, en passant par l'ère romaine, byzantine et puis l'avènement de l'ère musulmane et ottomane, avec à chaque phase des témoins et vestiges de la période indiquée. La directrice du musée, Mme Mokrani, a dressé un tableau plutôt positif de la structure, ouverte à tous, dont notamment les enfants des écoles et les étudiants et chercheurs de l'université. Un musée doté d'une bibliothèque et d'une salle de conférences. Dans la basilique romaine dite de Sainte Crespine, l'un des lieux de culte le plus ancien de l'Afrique du Nord et l'un des plus importants au monde, à cette époque, s'étalant sur une superficie de 16.000 m², créée en 315 avant J.-C. Dans l'enceinte, ont été découvertes dernièrement des catacombes qui sont en fait des excavations souterraines servant de lieu de sépulture durant l'Antiquité, qui seront revalorisées et équipées d'éclairage intérieur. Sur le site, la ministre de la Culture a déclaré que ces pierres, témoins historiques, ne doivent pas rester muettes, elles doivent être transformées en un produit culturel qui doit être commercialisé. En d'autres termes, les ruines et vestiges historiques sont un bien qui appartient à notre patrimoine collectif, de ce fait, il est appelé à être préservé, valorisé et promu, dans la perspective de projets de tourisme culturel, invitant les petites entreprises à investir dans le créneau.
Petit bémol, fallait-il attendre la visite d'un membre du gouvernement pour balayer et arroser les alentours de certains sites, ou enlever des ordures, plaies ouvertes durant l'année dont souffrent les monuments historiques et archéologiques sis au chef-lieu, l'amphithéâtre romain en est l'exemple parfait de la dégradation de son environnement, la partie de la fortification byzantine et d'autres ruines et vestiges soumis à des actes d'agression à longueur d'année. Une visite qui, selon certains milieux culturels de la ville chère à Cheikh Larbi Tébessi, donne une seconde chance à l'antique Thevest de sortir de son marasme culturel et artistique, éliminer les entraves bureaucratiques qui rendent l'activité culturelle sujette à des contraintes dont sont l'objet beaucoup de créateurs et promoteurs. La pâte existe, il faudra seulement la bien modeler.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.