OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MOYENS DE PROTECTION CONTRE LE CORONAVIRUS : Arrivage à Alger de la première commande de 8,5 millions de masques    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Alger: les Autorisations exceptionnelles prorogées suite au rallongement des horaires de confinement    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Les journées internationales reportées à fin mai    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Les DAB ne fonctionnent pas tous à Alger    4 hirakistes relaxés    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    Trois banques publiques fin prêtes    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Opérations coup de poing, une cinquantaine d'arrestations    RENAISSANCE HUMAINE    Le Dr Lyes Merabet met en cause le "non-respect" du confinement    Les feuilles de l'automne    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    L'infrangible lien…    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 02 - 2020

L'ancien directeur du protocole de la présidence de la République, Mokhtar Reguieg, a été mis hier en détention provisoire par le juge d'instruction près le tribunal de Sidi M'hamed, ont indiqué hier des sources proches du dossier. Il est mis en cause, notamment, pour «bénéfice d'indus privilèges» et «abus de pouvoir».
Interpelé samedi par la brigade de recherches relevant du groupement territorial de la Gendarmerie Nationale d'Alger, et après une audition qui aura duré 16 heures, selon les mêmes sources, Mokhtar Reguieg a été présenté hier matin devant le procureur de la République avant d'être mis à la disposition du juge d'instruction du même tribunal qui l'a placé en détention préventive.
Mokhtar Reguieg, qui a été transféré hier à la prison d'El Harrach, est inculpé dans le cadre du dossier de l'homme d'affaires Hocine Metidji, PDG du groupe du même nom, également placé en détention préventive pour les chefs d'inculpation de «transfert illicite de capitaux vers l'étranger», «blanchiment d'argent», «financement illicite de la campagne électorale du président déchu», «complicité de dilapidation de deniers publics», «trafic d'influence» et «violation de la réglementation des marchés publics».
En plus de l'ancien directeur du protocole de la présidence de la République, Mokhtar Reguieg, le dossier d'instruction concerne plusieurs anciens ministres, ex-walis et hauts cadres de l'Etat et dirigeants de banques publiques. Selon les mêmes sources, une quarantaine de personnes au total a été auditionnée samedi par la justice à l'issue d'une enquête préliminaire confiée aux services de la Gendarmerie Nationale.
Ancien ambassadeur d'Algérie à Rome et diplomate de carrière, Mokhtar Reguieg a été, pour rappel, nommé au poste de directeur du protocole de la Présidence, en octobre 2005, en remplacement de Rachid Maârif. Homme discret, il s'est mis au service d'une fonction qui a pris une dimension nouvelle avec l'arrivée de Bouteflika, très frileux des us protocolaires. Il a été limogé de son poste, le 17 avril 2019, suite à l'annonce du retrait de Bouteflika de la vie politique et de la course à la présidentielle.
Avant sa mise en détention provisoire hier, Mokhtar Reguieg a, pour rappel, déjà eu affaire à deux reprises à la justice. La première en qualité de témoin, où il a été convoqué et entendu en mai dernier par le juge d'instruction du tribunal militaire de Blida, dans le cadre de l'enquête qui visait Saïd Bouteflika et les généraux Toufik et Tartag. Le nom de Mokhtar Reguieg a également été cité dans l'affaire du groupe Amor Benamor dans laquelle sont également impliqués les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal et l'ancien ministre de l'Agriculture Rachid Benaïssa, poursuivis entre autres pour blanchiment d'argent, octroi d'indus privilèges et violation de la réglementation des marchés publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.