Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    L'épreuve    28 décès dus à la Covid-19 en 48 heures    Les sapeurs-pompiers en formation    Les médecins critiquent la gestion de la crise    9 décès et 413 nouveaux cas en 24 heures    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    L'appel de la terre natale à ses enfants martyrs de la liberté    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Un lectorat espagnol au campus de Béjaïa    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Session de l'APW d'Oum El Bouaghi : Radioscopie du secteur éducatif    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen: Des éboueurs exposés aux risques de contamination
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 03 - 2020

Les éboueurs de plusieurs communes qui assurent la propreté des rues et le ramassage de déchets ménagers sont exposés aux risques de contamination par le coronavirus (Covid-19) à cause du contact direct avec ces déchets, du fait du non-port d'équipements spécifiques de protection. En cette période de crise sanitaire, les agents de propreté qui travaillent ont plus que jamais besoin d'être protégés. « Nous n'avons ni masques, ni tenues ni même de gants pour éviter la contamination par ce virus pendant les heures de travail ! Nous avons vraiment peur pour notre santé, celle de nos familles et également pour les citoyens que nous rencontrons le soir !», dénoncent des éboueurs découragés mais surtout inquiets qui assurent tous les jours la collecte et la propreté d'une commune située dans la périphérie nord de Tlemcen. Et de poursuivre: «nous ramassons chaque jour d'immenses quantités d'ordures ménagères et manipulons des récipients de déchets des habitants de notre commune avec les mains entièrement nues, sans chaussures spécifiques ni masque de protection contre les microbes et les bactéries que cela génère. On manque aussi de gilet de haute visibilité et de vêtement réfléchissant alors que nous sommes constamment exposés à la circulation routière et par conséquent aux usagers de la route».
Pour sa part, un responsable de la direction de l'administration locale de la wilaya, qui a souhaité garder l'anonymat, a tiré à boulets rouges sur certains élus locaux qui ne s'inquiètent pas des mauvaises conditions de travail de ces employés démunis rappelant que «la législation oblige les communes à doter tous leurs agents éboueurs de ces équipements de protection. En cette période d'épidémie qui se répand très vite, ils doivent doter leurs agents de matériels de protection, tels que les masques, gants, combinaisons, gels hydroalcooliques, essuie-mains et d'un dispositif de désinfection des cabines et des bennes afin que l'ensemble des éboueurs mobilisés au contact de la population puisse travailler en toute sécurité. Ils doivent savoir que le coronavirus est considéré comme un danger grave et imminent ! Des consignes claires doivent être données à tous les éboueurs pour se protéger et pour adapter leurs activités, considérées comme essentielles, en ces moments-là, et recourir surtout à la distanciation suffisante, qui est de plus d'un mètre d'intervalle entre eux lors de la collecte des poubelles sur le terrain». Il y a lieu de noter qu'avec le confinement actuel de la population, les déchets ménagers seront plus importants, rendant encore plus nécessaire le maintien des collectes et des rotations des camions bennes qui se font en matinée et en soirée.
Par ailleurs, les éboueurs sont confrontés aux risques physiques (troubles musculo-squelettiques dus aux mauvaises positions des éboueurs) à cause des manutentions répétitives des poubelles qui doivent être déversées dans les camions à ordures qui ne sont pas toujours adaptés pour aider les ripeurs à vider les poubelles. Lors de la collecte des déchets, les agents sont confrontés à d'autres risques liés à la présence de verre, de ferrailles, de seringues dans les sachets poubelles pouvant causer des infections, intoxications, allergies. Ils peuvent aussi manipuler des déchets de produits irritants et toxiques.
Sur un autre plan, le coronavirus a fortement réduit les transports publics, ce qui a bouleversé le quotidien de tous les fonctionnaires et employés de la wilaya dont une proportion importante ne pourrait se rendre au travail, à l'image, de nombreux agents de l'administration, des corps communs et des paramédicaux de l'établissement «mère-enfant» de Tlemcen qui éprouvent quotidiennement moult difficultés pour se rendre à leur lieu de travail à cause de la réduction du fonctionnement des transports en commun et du flux de voyageurs pour contenir la propagation de l'épidémie du Covid-19.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.