Le Front Polisario appelle l'ONU à assumer ses responsabilités au Sahara occidental occupé    Culture: une réunion pour examiner les voies d'accompagnement des artistes en période de confinement    Covid-19 : 2314 infractions au confinement en une semaine    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    CORONAVIRUS : Décès du SG de la wilaya de Relizane    527 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Bechar: l'EPH chahid Tourabi Boudjemaa dédié à la prise en charge des malades de la Covid-19    SITUATION SANITAIRE EN ALGERIE : Djerad accuse des ‘'parties'' d'exploiter la crise du Covid-19    PROTECTION CIVILE DE SIDI BEL ABBES : 551 interventions enregistrées en une semaine    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    DOUANES : Mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les pistes de relance    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    10 millions d'enfants risquent de ne plus reprendre l'école    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il y a trente ans, un confinement à Oran
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 05 - 2020

Pendant ce confinement mondial, les ventes de pizzas, des jeux vidéos, des masques et des locations de films en streaming ont explosé. Cependant, même si on espérait que cela aurait été plus massif, les lectures de livres ont tout de même augmenté en nombre relatif, non seulement pour ceux qui en ont toujours été les adeptes mais aussi pour un nombre inattendu de nouveaux lecteurs. En cette période prospère pour la lecture nous avons souvent entendu dans les médias des personnalités ou des anonymes nous dire leur spontanée et irrésistible envie de lire ou relire La Peste d'Albert Camus pour des raisons qui n'ont échappé à personne. Après l'avoir relu au début du confinement, comme beaucoup à travers la planète, me voilà à relire par le hasard du choix du doigt qui défile sur l'étagère des livres, le troisième volet de la célèbre trilogie de Mohammed Dib, Le métier à tisser. Et tout d'un coup au cours de la lecture, sans y avoir prêté garde lors du choix, une très inattendue association s'est incrustée dans mon esprit. Elle naquit à partir du souvenir d'un fait datant d'une trentaine d'années à Oran. Et peut-être plus, car si ma mémoire est certaine sur le nombre de décennies, elle ne localise pas exactement l'année. Je m'en vais vous raconter ce lien surprenant.
Un jour, j'étais retourné à Oran comme tous les étudiants partis à l'étranger le faisaient de temps en temps. Arrivé en début de soirée à la maison, je sortis au bout d'un moment pour aller faire un tour dans ce quartier qui manque tant à ceux qui le quittent pendant de longs mois. Le phénomène n'a pas été immédiatement perceptible par mon esprit. Puis, petit à petit, j'entendais un bruit inhabituel en Algérie. Habituellement, il était toujours recouvert par d'autres bruits, en tous moments de la journée, que ce soit dans les rues ou à travers les fenêtres des habitations oranaises. Raison pour laquelle on ne l'entendait en principe que la nuit. Ce bruit était celui de mes chaussures qui claquaient sur le pavé. L'évidence commençait à se dessiner au fur et mesure que j'avançais, celle de me rendre compte que j'étais seul dans les rues ou presque. Que s'était-il passé ? Un silence assourdissant comme celui d'une ville bombardée et désertée par ses habitants. Les pas continuèrent à résonner et la mémoire à se réveiller davantage laissant place à un souvenir de lecture, le plus évident en cette circonstance. Dans le roman de Camus, le docteur Rieux arpentait la ville morte d'Oran où l'on ne rencontrait que les cadavres des pestiférés. De retour à la maison, j'avais alors demandé ce qui se passait dans le quartier. Une voix me répondit, sortie d'un visage stupéfait que je ne le sache pas : « Mais voyons, c'est l'épisode de Dar El Sbeitar, on ne voulait pas te retenir car on savait que tu n'avais vu aucun épisode et que tu voulais retrouver la ville après tout ce temps ».
Voilà mes chers lecteurs ce qui fut pour moi ce lien que vous aviez du mal à vous imaginer au départ de cette chronique. En une seule soirée, j'avais vécu un confinement à Oran provoqué par une association entre La Peste de Camus et le magnifique livre de Mohammed Dib, Dar El Sbetar (L'incendie). Deux auteurs que je retrouve trente ans après, avec les mêmes circonstances qui les relient (dans le sens du verbe lire comme celui de relier). J'aurais l'occasion, dans une chronique qui suit, de vous parler d'une autre évocation que le livre de Mohammed Dib a fait renaître en moi. Finalement, un confinement et deux livres, c'est l'assurance que les Grands s'associent toujours aux moments significatifs d'une vie et d'un lieu. Ce fut Oran pour cette fois-ci.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.