De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



CHRISTIANE ACHOUR AU SOIR D�ALG�RIE :
�Il n�y avait pas beaucoup de camusiens en Alg�rie ou alors ils se taisaient�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 03 - 2010

Le Soir d�Alg�rie : Camus revient. Quelles en sont les raisons ?
Christiane Achour : Je ne sais si l�expression est appropri�e. Je dirais plut�t �on le fait revenir� dans la conjoncture particuli�re du cinquantenaire de sa mort, pr�par� depuis longtemps, car Camus est un �crivain consensuel. Se greffent donc sur ce fait d�actualit� comm�morative d�autres int�r�ts : scientifiques et surtout �ditoriaux, pour remettre en vente pas seulement les �uvres de l��crivain c�l�br� mais aussi des �tudes critiques diverses.
Cette comm�moration est particuli�rement visible puisqu�avec une belle unanimit� � � interroger �, les �ditions Laffont- Bouquins sortent un dictionnaire de Camus et Le Monde, Lire, Le Magazine litt�raire, Le Figaro, T�l�ramalui ont consacr� un num�ro sp�cial ou un hors-s�rie et on attend deux nouvelles biographies... Il est rare et �tonnant de voir une telle pl�thore de publications sans aucune dissonance. Je dirai donc que le champ institutionnel litt�raire a d�cid� que Camus revenait comme il le fait pour tous les �crivains qui comptent d�une fa�on ou d�une autre. Par ailleurs, dans la lecture �populaire�, plus encore dans le monde qu�en France, Camus n�a pas besoin de revenir car il n�est jamais parti ! On aimerait avoir de vraies enqu�tes de lectures (en dehors de L�Etranger) et le nombre d�universit�s o� l��uvre de Camus est �tudi�e, le nombre de m�moires et th�ses qui lui sont consacr�s. En France, en tout cas, on serait �tonn� de la modestie de la pr�sence de l��crivain, � ce niveau-l�. Le fait qu�on cite une phrase de Camus � tout instant ne signifie pas qu�on le lit. Cette �uvre est un r�servoir de citations� Le travail a �t� fait : Camus est un des contemporains le plus cit� pour ses formules et belles pens�es dans le dictionnaire� S�isme � Ha�ti ? � Une phrase de Camus. Souhaits de bonne ann�e ? Et une petite citation de Camus se glisse� Oui Camus est pr�sent �ditorialement, t�l�visuellement aussi � et m�me si le t�l�-film r�cent n�est pas des meilleurs, il permet de familiariser chacun avec son nom �, radiophoniquement. Ce cinquantenaire est un ph�nom�ne m�diatique � analyser.
N�est-il pas, paradoxalement, cet �crivain parmi les plus comment�s au monde et parmi les plus incompris ?
Dans la mesure o� il est l�un des �crivains les plus comment�s, on ne peut pas dire qu�il soit un des plus incompris. Il y a certes une grande dominante dans les analyses de sa cr�ation et de ses interventions qui est choisie et r�p�t�e un peu partout. On a affaire � ce que j�appellerai un �crivain �liss� : tout ce qui f�che ou f�cherait est pass� sous silence. Le d�bat est �vit� comme s�il allait entamer son image. Quand on lit attentivement les diff�rents commentaires sur l��uvre de Camus, on peut trouver, je crois, des positions critiques et argument�es diversifi�es qui en proposent une perception plus complexe. Mais il est vrai que certaines voix sont plus �autoris�es� que d�autres � se faire entendre.
Le n�ud, c�est bien entendu l�Alg�rie. Quelle est la place de celle-ci dans son �uvre et m�me quelle Alg�rie l�a marqu�e ?
Bien entendu que le n�ud reste l�Alg�rie ! Mais encore une fois, ce n�est pas propre � Camus : tout ce qui touche � l�Alg�rie et � ses luttes anticoloniales (r�sistance, lib�ration, ind�pendance) est imm�diatement mis en suspicion d�s l�instant qu�on ne montre pas d�abord patte blanche en encensant l��crivain sur la perspicacit� de sa pens�e et de ses intuitions, sur son sens de la justice, etc. La place de l�Alg�rie dans son �uvre ? Vaste question � laquelle d�autres et moi-m�me avons d�j� r�pondu. Elle est immense � la mesure du territoire premier, celui de l�enfance et de la formation, celui des impressions initiales et durables. La terre alg�rienne et ses hommes (avec une hi�rarchie humaine sensible) p�trissent l��criture. On pourra, au fur et � mesure qu�on s��loignera de l�histoire alg�rienne telle que l�a v�cue Camus, entre ses premiers engagements dans les ann�es 30 et ce 4 janvier 1960 o� il meurt trop jeune�, ne plus rep�rer les allusions, les imbrications mais l�Alg�rie est tr�s pr�sente. Quand je dis �Alg�rie�, j�entends tout ce qui la fait dans cette p�riode historique et dans son ��ternit�, les paysages, les villes, les ruines, les �tres humains qui la peuplent. L�Alg�rie de Camus, c�est d�abord celle des ann�es 1930-1950 ; puis, diff�remment, celle des ann�es 1950-1960 mais c�est aussi l�Alg�rie romaine par rapport � laquelle il se positionne diff�remment qu�un de ses c�l�bres pr�d�cesseurs sur la terre alg�rienne, Louis Bertrand.
Les diff�rents Camus (�crivain, journaliste, philosophe) sont-ils diff�rents les uns des autres dans leur attitude politique vis-�-vis de l�Alg�rie ?
Je vous r�pondrai pour Camus �crivain et journaliste car je n�ai pas de comp�tence pour parler de Camus philosophe. Je ne pense pas qu�ils soient diff�rents mais leurs moyens d�intervention et de prises de parole le sont. Le journaliste doit intervenir vite et bien, de pr�f�rence, sur l�actualit�. Il n�y a qu�� relire Chroniques alg�riennes 3 pour savoir que Camus s�est bien exprim� sur l�avenir de l�Alg�rie et que cet avenir n��tait pas pour lui dans l�ind�pendance du pays telle qu�elle �tait alors revendiqu�e et pour laquelle les Alg�riens luttaient ; ce qui n�en fait pas un colonialiste, loin de l�, mais un homme de gauche d�chir� entre son ancrage dans une terre et le cours d�finitif que prend l�Histoire. L�on sait, par ailleurs, qu�en tant que journaliste, Camus apr�s la Tr�ve civile (1956), choisit de se taire. L��crivain, lui, continue � �crire. Et m�me si, comme le rappelle justement et fortement Andr� Abbou, il ne faut pas prendre Le Premier homme, comme une �uvre puisque c�est un manuscrit inachev� et que la mani�re d�aboutir de Camus �tait tr�s li�e � l�actualit� qu�il vivait (que serait devenu ce �roman� si Camus avait continu� � l��crire entre 1960 et 1962 ? S�rement pas celui que nous lisons), on peut trouver dans ce manuscrit inachev� la force de ce retour � l�Alg�rie, l�Alg�rie des pauvres, ceux de sa communaut�, et les �Arabes� comme il disait, de la lucidit� sur les rapports de tension intime et meurtri�re entre les deux communaut�s dans les faubourgs d�Alger. Il revenait l� sur une histoire des �pionniers� du c�t� des plus d�munis qui se sont ancr�s et ont �t� �d�sancr�s� par des choix politiques autres. Je me permets de renvoyer � mon livre aux �ditions Barzakh, Camus et l�Alg�rie aux pages 80 � 103.
Parlons de l��crivain. Sa filiation premi�re serait-elle l��cole d�Alger ou Louis Bertrand ?
L��cole d�Alger et Louis Bertrand sont deux choses tout � fait diff�rentes, deux r�ponses qu�on ne peut assimiler l�une � l�autre, de la position de l�intellectuel, issu du groupe fran�ais ou europ�en, en colonie. Le second a �t� le chantre d�un retour � une Alg�rie latine. Par contre �l��cole d�Alger� r�unissait, plus tard, des �crivains venus de divers horizons et qui avait un rapport moins �troit et exclusivement franco-latin � l�Alg�rie. Relisons l�article que Jean S�nac �crit dans Oran-R�publicain, le 26 janvier 1947, �Non, il n�y a pas d��cole nord-africaine �, et ce passage, entre autres : �Albert Camus qui, le premier, commit la maladresse de parler d��cole, �crivait r�cemment : �Une terre, un ciel, un homme fa�onn� par cette terre et ce ciel�. Voil� le fin mot de l�histoire �. Et plus loin : �Au latinisme de Louis Bertrand, Robert Randau opposait son alg�rianisme [�] N�emp�che que toutes ces exp�riences, toutes ces recherches sinc�res et passionn�es ont permis au groupe actuel de s�affirmer. Camus, Robl�s, de Fr�minville, Amrouche n�ignorent pas ce qu�ils doivent � leurs illustres pr�d�cesseurs. Ne serait-ce que l�ardente communion avec une Afrique m�diterran�enne.� Vous voyez, il y a encore de quoi faire, en allant � la red�couverte des textes pour les lire dans leurs contextes et mieux les comprendre et mettre la cr�ation camusienne en st�r�ophonie�
Quelle explication proposeriez-vous du fait que L�Etranger est un des romans les plus vendus dans le monde encore aujourd�hui ?
Je r�pondrai bri�vement car j�ai assez �crit � ce propos : 1- par la simplicit� apparente de la langue qui en a fait le roman fran�ais inscrit dans la plupart des programmes de fran�ais langue �trang�re � travers le monde. 2 � par la mise en sc�ne, � la fois ancr�e et d�connect�e de l�Alg�rie, d�un conflit d�alt�rit� que chaque lecteur rencontre peu ou prou dans sa vie : �Tu es l�, tu me prends l�air que je respire et je souhaite que tu d�gages !�
Pensez-vous qu�il faut cesser de parler de ses positions ambigu�s pendant la guerre pour ne retenir de lui que l��crivain lumineux ?
Non, je ne le pense pas. Et je parle ici du point de vue de la critique litt�raire. Car, bien �videmment, chaque lecteur peut prendre une �uvre spontan�ment sans s�interroger sur son contexte d��criture et sans rechercher en quoi il rejaillit sur le choix des th�mes et le traitement du r�el. Peut-�tre faut-il se dire que la �luminosit� explique l�ambigu�t� et r�ciproquement. Un grand �crivain � ce qu�est Camus � ne peut �tre �liss�. Il est grand parce qu�il est complexe et contradictoire. A mon sens, ce n�est pas inutile alors de relire certaines pages d�A. Memmi dans Le Portrait du colonis�.
Vous avez consacr� � Camus un certain nombre d��crits. Dans l�un d�entre eux, vous releviez les attaques contre sa mod�ration en faveur de la libert� des Alg�riens provenant d��crivains alg�riens eux-m�mes. N�observe-t-on pas un inversement depuis les ann�es 1990 et l�exil d�une grande partie de l�intelligentsia alg�rienne qui d�couvre que Camus, fustig� � partir de l�Alg�rie, est un mod�le de lucidit� politique vu de France ?
Je pense que les �crivains alg�riens subissent les effets, eux aussi, d�un discours dominant et de l�ambiance consensuelle dont je parlais pr�c�demment. Et ils cherchent � avoir vis-�-vis de Camus, surtout ces derni�res ann�es, un discours qu�on ne puisse pas qualifier d�id�ologique, donc qui �n�attaque plus Camus�� Quand j�ai �crit, en 1979, Un �tranger si familier, il n�y avait pas beaucoup de camusiens en Alg�rie� ou alors ils se taisaient ! Mais aujourd�hui, qui n�est pas camusien ? Je trouve cela amusant. Il faut laisser passer du temps pour appr�cier ce qu�il restera vraiment d�influence, de r�sonance, de confraternit�. Par ailleurs, quand on vit une situation bloqu�e, on a tendance � se retourner vers le pass� pour trouver des voix qui ont dit �vrai�. Et on n�arr�te pas de nous dire que Camus le juste a dit vrai sur l�Alg�rie� �Voyez, ce qu�est devenu le pays�� Lucidit� politique vis-�-vis de qui et de quoi ? On ne peut ainsi mettre en lot, tout en un, des prises de position dont certaines ont �t� admirables et courageuses, d�autres plus mesur�es et d�autres encore discutables. Camus pensait qu�il fallait �viter l�ind�pendance � car c�est de cela qu�il est question �, et trouver une autre solution. Et ce ne sont pas seulement les �crits journalistiques : L�Etranger est aussi une sorte de conte d�avertissement ; si nous continuons � nous opposer, tout finira dans la violence des revolvers et des couteaux. Est-ce politiquement incorrect de rappeler cela ? Toute une part de la lecture de Camus est lest�e de la difficile construction des m�moires, alg�rienne et fran�aise, autour de la colonisation.
Interview r�alis�e par Bachir Agour
Biobibliographie de Christiane Chaulet-Achour
N�e � Alger en 1946, a �t� universitaire � Alger de 1967 � 1994 et est actuellement professeur de litt�rature compar�e et francophone � l'Universit� de Cergy-Pontoise. Sp�cialiste de la langue fran�aise �place et la fonction du fran�ais dans la p�riode coloniale et post-coloniale et �critures litt�raires n�es dans ces contextes �, elle a publi� de nombreuses �tudes sur les litt�ratures du Maghreb et des Cara�bes. A la jonction de ces deux espaces, l��uvre de Frantz Fanon, cet Alg�rien antillais, l�accompagne comme r�f�rence indispensable sur les effets multiples des dominations. Dans la m�me perspective, il ne lui �tait pas possible de laisser dans l�ombre la figure, si fascinante dans ses contradictions m�mes, d�Albert Camus. Elle est aussi directrice d�une collection aux �ditions Le Manuscrit, Paris, �F�minin/Masculin�. Son site propose de nombreuses �tudes en libre acc�s.
Cf. htpp//www.christianeachour.net/


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.