BAD: l'Algérien Rabah Arezki nommé au poste de chef économiste et de Vice-président    Une commission interministérielle chargée du suivi des projets de traitement des déchets    Aïd el-Adha: le ministère des Affaires religieuses appelle au strict respect des consignes de prévention    Bouira : Le renforcement du réseau électrique contrarié    Un système numérique pour la traçabilité des mouvements de stocks    Les clubs professionnels asphyxiés par les dettes    Douanes : 27 inspections divisionnaires ciblées    Coronavirus à Tizi Ouzou : Plusieurs soignants contaminés    El Tarf : Les douaniers récupèrent des moutons en partance pour la Tunisie    Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L'incroyable destin d'un enfant déporté d'Algérie    Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes    Histoire. Le 14 juillet 1953 : La police abat 7 militants à Paris    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    A quelques jours de l'Aïd: Le marché du mouton dans tous ses états    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Dangereuses confluences régionales    Le SG de la wilaya décède du coronavirus    Air Algérie a subi une perte de 2,9 milliards $    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    Quelles conséquences sur le système de compétition ?    Zidane : "Que demander de plus ?"    SAUVONS NOS FORÊTS    Ouverture prochaine d'un troisième hôpital à Chlef    La situation épidémiologique stable à Aïn Témouchent    Le cas Prince Ibara réglé    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    La communauté internationale au chevet du Mali    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Les pistes de relance    Comment communiquer au mieux ?    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ghacha suivi par Malines    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Foot der des verts    Tebboune reçoit un appel de Poutine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 05 - 2020


Cher Akram Belkaïd,
Vous avez publié ce jeudi 28 mai, dans la rubrique ‘l'Actualité autrement vue' du Quotidien d'Oran, une analyse intitulée « Exhaustivité, narcissisme et complotisme »1. Celle-ci a immédiatement été reprise dans le Courrier international2. Vous vous interrogez sur le fait de savoir, je reprends votre texte, « pourquoi un documentaire diffusé par une télévision française pour un public français (même si chacun sait que cela sera regardé au pays), provoque-t-il autant de passions en Algérie » ? Il s'agit en l'occurrence du documentaire ‘'Algérie mon amour'' de Mustapha Kessous.
La question est intéressante, mais je trouve vos pistes -narcissisme, nationalisme, complotisme- fort peu pertinentes et votre analyse un peu trop naïve. Je ne sais si cette naïveté est feinte ou réelle, mais elle m'interpelle et le fait que votre papier soit aussi rapidement repris dans le Courrier international, appartenant au groupe de presse français de référence (de révérence selon certains) ne peut que nous interpeller. Je m'interroge d'autant plus que vous êtes l'un des rares journalistes, disposant d'entrées dans les grands médias français, à avoir une analyse pondérée et réfléchie de l'actualité algérienne. Savez-vous, d'abord, cher Akram Belkaïd, les grandes difficultés que rencontrent les documentaristes (réalisateurs de films documentaires) pour financer, produire, réaliser et diffuser leurs œuvres et combien parmi eux arrivent à les vendre à des chaînes grand public, et en particulier celles du service public ? Très, très peu en vérité. La question n'est donc pas simplement celle du regard d'auteur mais bien davantage celle de la ligne éditoriale des médias qui diffusent ou non les documentaires. Il vous faut voir, si cela n'est déjà fait, le superbe documentaire (un classique !) de Ken Loach (1984) : Which side are you on ? C'est l'un des films les plus explicites sur le sujet. Ken Loach nous donne à voir la mobilisation des mineurs grévistes de Grande-Bretagne de l'intérieur, leurs actions, les moments de réflexion, les assemblées générales, etc. Il inclut, en outre, dans son film des séquences de ces grèves telles qu'elles sont représentées à la télévision anglaise. L'écart entre ces deux « visions » est abyssal. Ce que Ken Loach illustre dans ce documentaire est à la fois l'impossibilité du regard objectif et la nécessité de clarifier le parti pris filmique : de quel côté poser la caméra ? Le sien, et par la suite celui de beaucoup de documentaristes de renom, est de restituer le réel au plus près, de l'intérieur, dans une perspective critique (vis-à-vis des discours dominants), non hégémonique, en suivant le quotidien des principaux protagonistes, en l'occurrence celui des mineurs anglais et de leurs familles. A la propagande thatchérienne, amplement relayée par la télévision, Ken Loach oppose donc l'intelligence, la poésie, la colère, le désespoir, les désaccords, les conflits, la nostalgie, en somme l'humanité des mineurs et de leurs familles. Ce documentaire eut, bien entendu, des difficultés à être diffusé à la télévision3.
Après avoir vu ce documentaire, discuté dans les bonnes formations de filmologie, vous comprendrez que le choix des chaînes publiques françaises de diffuser un type de documentaire, plutôt qu'un autre, est loin d'être anodin. Vous écrivez, et cela est juste : « Beaucoup de gens sont contents de ce qu'ils lisent ou regardent parce qu'ils y retrouvent ce qu'ils pensent et croient ». Mais la chose vaut aussi pour les programmateurs des chaînes de télévision : beaucoup d'entre eux sont contents de ce qu'ils diffusent parce qu'ils y retrouvent ce qu'ils pensent et croient. Mais contrairement aux ‘gens', qui ont le droit d'avoir leur propre goût et ne peuvent opposer que leur réaction personnelle, les programmateurs, en particulier ceux des grandes chaînes de télévision, contribuent à conforter (parfois à discuter, mais cela est plus rare) l'hégémonie culturelle des classes dirigeantes et dominantes. Il vous faut lire ou relire Frantz Fanon et Edward Saïd pour comprendre les logiques culturelles de domination, en particulier entre la France et ses anciennes colonies. Edward Saïd expliquait déjà dans les années 70, dans son ouvrage L'Orientalisme, le fait que cette hégémonie culturelle pouvait être reprise et relayée également par les écrivains et intellectuels des régions orientalisées.
Cher Akram Belkaïd, il serait naïf de croire qu'il ne s'agit que d'un documentaire d'auteur (l'essentiel des documentaires d'auteur est diffusé dans des circuits restreints et parallèles). Il s'agit, en toute hypothèse, d'un documentaire qui vient conforter les visions et les discours que les pouvoirs publics français veulent donner de la situation algérienne. Ou pour le moins, il s'agit d'un documentaire qui ne vient pas contredire les paradigmes dominants sur la rive nord de la Méditerranée. Un documentaire venant conforter quelques clichés orientalisant, sexualisant et féminisant (à distinguer du féminisme) telle qu'on les retrouve dans la littérature orientaliste (qui a particulièrement imprégnée l'imaginaire français). Cher Akram Belkaïd, l'avez-vous remarqué ? Depuis quelque temps, les Algériens s'indignent ouvertement, et parfois de manière véhémente (parfois aussi de manière inadéquate), de l'image que certains pouvoirs souhaitent leur donner. Je pense, bien sûr, à l'image dégradée de l'Algérie, avec ce pauvre Abdelaziz Bouteflika, malade, incapable de bouger, de parler de manière audible (brandi, je pense malgré lui), et dont les autorités françaises de l'époque disaient, hypocritement, qu'il faisait preuve d'une belle alacrité. C'est, entre autres, cette indignation qui a suscité les colères des citoyens algériens et le hirak.
C'est aussi plus récemment, et à un moindre niveau, le cas des émission Ellila Show (Echourouk TV) ou encore de l'émission de caméra cachée « Ana Wradjli » de Numida TV. La première a suscité la plainte de citoyens du sud du pays, la seconde celle de plusieurs citoyens notamment via les réseaux sociaux. Dans ces cas, comme dans celui de la diffusion du documentaire Algérie mon amour, les autorités algériennes ont décidé de réagir à la suite de mécontentements grandissants provenant de citoyens algériens. Que nos compatriotes se révoltent contre les images dégradantes que certains pouvoirs (politiques et/ou médiatiques) leur donnent d'eux-mêmes est, pour ma part, une chose salutaire. « La mort du colonialisme est à la fois mort du colonisé et mort du colonisateur », écrivait, dans une perspective psychanalytique, Frantz Fanon, dans Sociologie d'une révolution (L'an V de la révolution algérienne (1959). Pour s'émanciper, il faut déjà s'émanciper de l'image d'infériorité, dégradante, que vous renvoient le ou les pouvoirs, et notamment les pouvoirs médiatiques. Edward Saïd illustre et discute plus amplement ce problème dans son ouvrage L'Orientalisme.
Que les autorités algériennes décident, quasi systématiquement, de réagir, est une autre question, sur laquelle, à vrai dire, je n'ai pas encore d'avis. Vous souhaitez, et je suis de votre avis, que naisse une bronca comparable en raison du fait que, de sa prison, Karim Tabou n'a pas le droit d'appeler les siens. J'aspire également pour ma part, en premier lieu, et puisqu'il s'agit dans votre texte comme dans le mien, de la question des relations franco-algériennes, que naisse une indignation encore plus bruyante afin qu'il y ait enfin une justice pour Zineb Redouane, tuée à Marseille, le 2 décembre 20184. Peut-être pouvez-vous relayer mon souhait en publiant un texte à ce sujet, en France ? A moins que...
Bien à vous !
PS : pensez-vous que le Courrier international republiera in extenso ce texte ? Which side are they on ?
Notes :
1- http://www.lequotidien-oran.com/index. php?news= 5290169
2- https://www.courrierinternational.com/article/opini
on-apres-la-diffusion-dalgerie-mon-amour-tant-dhysterie-ne-peut-quinterpeller
3- http://www.screenonline.org.uk/tv/id/530268/index.html
4- https://www.lesoirdalgerie.com/contribution/lepouvantail-de-leurope-autoritaire-et-la-benallisation-des-violences-et-repressions-en-france-42578


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.