Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Installation des nouveaux présidents et procureurs généraux aux Cours de justice de Tiaret et Relizane    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





DENSIFICATION
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 07 - 2020

S'astreindre au jusqu'au-boutisme pour interdire les mariages renseigne sur le niveau catastrophique atteint par la pandémie. Au-delà des immenses désagréments qu'elle fait subir à l'homme, la profondeur des rognes qu'elle entreprend dans les rites et les cultures, elle est en passe de donner un nouveau profil à l'espèce humaine et l'oblige peu à peu à chercher de nouvelles raisons de vivre quitte à adapter ses comportements jusqu'à revoir l'articulation de sa foi. Les rassemblements induits par le besoin de festoyer en large groupe sont évidemment en cause, mais méritent que l'on ne s'arrête pas à de simples effets d'incivisme pour comprendre que le coronavirus ne vient pas seulement contrarier en surface un modèle d'existence.
L'homme n'est pas né pour vivre en ermitage et la nécessité pour lui d'aller à la rencontre de son prochain est sa première raison d'être. L'épidémie en a encore pour longtemps. Tout porte à croire qu'elle s'installera dans la durée pour se fixer en colonne vertébrale dans les cultures en exigeant des remises en cause douloureuses pour l'adaptation qui n'est pas assurée. Cela est d'autant plus poignant pour des peuples qui ne s'arment que de l'unique semée de la fatalité et qui s'en remettent à l'effronterie épidermique en signe de rébellion quand ils ne s'abritent pas sous le dôme de la religion.
La détérioration actuelle de la situation sanitaire mondiale prouve une incapacité de venir à bout d'un virus tenace et jusqu'ici les solutions déployées partout, les unes paradoxales, d'autres irréfléchies, ont prouvé leur inefficacité. Seul le civisme avec son transport vers la sagesse et la raison et la circonspection qu'il impose reste la préliminaire parade pour une protection assurée et pour le moment seulement. Il est autrement plus efficace que tous les jeux répétés des confinements. Ceux-là n'ont aucun sens quand ils compressent le temps mais offrent malencontreusement une plus forte densification des masses en mouvement.
De guerre lasse, des autorités locales ont interdit les mariages. Toute légitime qu'elle pourrait l'être, elle risque d'être comprise comme une épreuve de force. La grande question de l'instant serait sans doute de tenter de savoir si le civisme est compatible avec la force. Dans un futur proche, l'humanité entière, déroutée par les cultures nouvelles qui se tissent, sera face à cette lourde question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.