Rivière asséchée !    Le Grand Sud, cette Algérie utile    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Envoi de troupes de l'ANP au Sahel: Le démenti de l'ambassade de France    Football - Ligue 1: De belles affiches au programme    Ligue 2 - Groupe Est: Choc à Tadjenanet, retrouvailles à El-Eulma    ASM Oran: La volte-face de Kamel Mouassa !    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Macron reconnaît: Ali Boumendjel «torturé puis assassiné» par l'armée française    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Les explications de Cevital    163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès en 24 heures    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    Le leader en péril à Biskra    Les présidents de trois partis reçus par le chef de l'Etat    Les facteurs déterminants du cours des hydrocarbures    L'Algérie entame sa véritable course dans le processus de l'émergence    Les Soudanais autorisés à entrer en Algérie    Suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    RCR-USMBA délocalisé au stade de Chlef    «Mon plus grand soutien, c'est l'Armée !»    Enregistrement audio de chansons et musiques    La France reconnaît que son armée a assassiné Ali Boumendjel    Le court métrage algérien «Mania» primé    La RASD, un combat séculaire, une volonté populaire pour une défaite Inéluctable du colonialisme    Djerad: mettre en place des plateformes en ligne pour les demandes d'exercice d'activité socio-économiques    Beldjoud préside la cérémonie d'installation du wali d'El Meghaier    Le Maroc doit rendre des comptes concernant l'occupation illégale des territoires sahraouis    M. Chitour évoque les opportunités de coopération et de partenariat avec l'ambassadeur d'Espagne en Algérie    Coronavirus: 163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès    Prétendu engagement militaire de l'Algérie dans le Sahel: l'ambassade de France dément des propos attribués à Macron    Le lion change de look    Actuculte    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Zones d'ombre: le programme du président de la République sera concrétisé    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Marche des étudiants à Alger    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    La défense réclame la présence des accusés    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Relaxe pour le maire d'Afir    10.000 logements à la clé    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





DENSIFICATION
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 07 - 2020

S'astreindre au jusqu'au-boutisme pour interdire les mariages renseigne sur le niveau catastrophique atteint par la pandémie. Au-delà des immenses désagréments qu'elle fait subir à l'homme, la profondeur des rognes qu'elle entreprend dans les rites et les cultures, elle est en passe de donner un nouveau profil à l'espèce humaine et l'oblige peu à peu à chercher de nouvelles raisons de vivre quitte à adapter ses comportements jusqu'à revoir l'articulation de sa foi. Les rassemblements induits par le besoin de festoyer en large groupe sont évidemment en cause, mais méritent que l'on ne s'arrête pas à de simples effets d'incivisme pour comprendre que le coronavirus ne vient pas seulement contrarier en surface un modèle d'existence.
L'homme n'est pas né pour vivre en ermitage et la nécessité pour lui d'aller à la rencontre de son prochain est sa première raison d'être. L'épidémie en a encore pour longtemps. Tout porte à croire qu'elle s'installera dans la durée pour se fixer en colonne vertébrale dans les cultures en exigeant des remises en cause douloureuses pour l'adaptation qui n'est pas assurée. Cela est d'autant plus poignant pour des peuples qui ne s'arment que de l'unique semée de la fatalité et qui s'en remettent à l'effronterie épidermique en signe de rébellion quand ils ne s'abritent pas sous le dôme de la religion.
La détérioration actuelle de la situation sanitaire mondiale prouve une incapacité de venir à bout d'un virus tenace et jusqu'ici les solutions déployées partout, les unes paradoxales, d'autres irréfléchies, ont prouvé leur inefficacité. Seul le civisme avec son transport vers la sagesse et la raison et la circonspection qu'il impose reste la préliminaire parade pour une protection assurée et pour le moment seulement. Il est autrement plus efficace que tous les jeux répétés des confinements. Ceux-là n'ont aucun sens quand ils compressent le temps mais offrent malencontreusement une plus forte densification des masses en mouvement.
De guerre lasse, des autorités locales ont interdit les mariages. Toute légitime qu'elle pourrait l'être, elle risque d'être comprise comme une épreuve de force. La grande question de l'instant serait sans doute de tenter de savoir si le civisme est compatible avec la force. Dans un futur proche, l'humanité entière, déroutée par les cultures nouvelles qui se tissent, sera face à cette lourde question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.