AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    LIBYE : L'Algérie salue l'accord de cessez-le-feu global    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    Série A: la Sampdoria s'offre l'Atalanta    Clasico: encore un record pour Fati !    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    Tebboune réitère l'engagement de l'Etat    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Un clasico devant 100 000 sièges vides, une première    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Le chef de l'ONU s'inquiète d'une «situation tendue»    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Oran : Plantation d'arbres à l'université    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Concours du meilleur joueur de mandole algérien : Appel à Candidature    Le droit des citoyens à l'information garanti dans le projet d'amendement constitutionnel (Abdelaziz Belaid)    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Par-delà l'image    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une usine «bloquée» par des grévistes et plus de 200 millions DA de pertes: Le groupe Celia menace de quitter l'Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 07 - 2020

Le groupe français Lactalis a demandé solennellement l'intervention des pouvoirs publics pour permettre la réouverture de son usine de Béni Tamou, bloquée depuis le 20 juin dernier, suite un conflit socioprofessionnel entre «certains travailleurs» et l'administration de l'usine. Présent en Algérie sur le marché laitier depuis 2007 à travers sa filiale Celia Algérie et ses marques Celia, Président et le lait subventionné Mitidja, le Groupe Lactalis est confronté, depuis plus d'un mois, à une situation de blocage illégal de son unique site de production situé à Béni Tamou, selon un communiqué rendu public par le groupe.
Les rédacteurs du communiqué ont ainsi expliqué que «depuis le samedi 20 juin, soit plus d'un mois, un groupe minoritaire d'employés a décrété, de façon illégale, la fermeture du site y empêchant l'accès à leurs collègues qui ne peuvent pas reprendre leur travail et mettant ainsi en danger les emplois et la pérennité de l'entreprise». Pourtant, affirme les responsables du groupe, «Celia Algérie avait obtenu une ordonnance favorable de la justice dès le 22 juin, constatant l'entrave au travail et exigeant la fin de ces pratiques illégales».
Ils se disent étonnés que «cette décision de justice favorable et l'intervention de la force publique le 8 juillet n'ont toutefois pas suffi à faire appliquer la loi et l'entreprise n'a pas pu reprendre possession de ses locaux et de ce fait recommencer ses opérations de production».
Les rédacteurs du communiqué soulignent que «tous les efforts de la direction de Celia Algérie pour reprendre les activités ainsi que les propositions de la direction sur l'amélioration des conditions salariales (versement des œuvres sociales, primes d'ancienneté, négociations salariales, définition d'une feuille de route sociale sur les 3 prochaines années) n'ont pas été considérés». Ils ont estimé que «les intérêts de quelques individus sous le coup de plaintes pénales et procédures disciplinaires ont prévalu sur l'intérêt collectif». Et ce, malgré, affirment-ils, «la présence quotidienne de plus de 120 salariés souhaitant reprendre le travail qui devant faire face à des insultes et des menaces constantes».
Celia Algérie, par le biais de ce communiqué, sollicite l'aide et l'intervention des autorités algériennes afin de lui permettre de reprendre le contrôle de son site et ainsi d'accorder à ses 350 salariés de pouvoir exercer leur droit au travail dont ils sont privés depuis le 20 juin 2020.
Enfin, Celia Algérie fait savoir qu'elle accumule des pertes de plus de 200 millions de dinars depuis le début de ce blocage et annonce que si le blocage illégal de son site devrait se prolonger, la société sera obligée de reconsidérer sa présence sur le marché algérien puisqu'elle ne peut plus y opérer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.