Catégorie prison, le record du monde en passe d'être battu    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Le numérique, un geste barrière efficace ?    Où est l'Algérie ?    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Début de stage pour le sept algérien    L'Algérie perd l'organisation    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Tikjda : Encore des feux de forêt    Forme : un sommeil réparateur    Verrines chocolat-café    Odeur de peinture    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Publication. Cheikh Sidi Lakhar Benkhelouf de Abdelkader Bendameche : Poète populaire algérien du XVIe siècle    Diplomatie culturelle : Amitié algéro-mexicaine    Le Sel de tous les oublis    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    Doutes et politique    Cinq enfants d'une même famille parmi les victimes: Huit morts et deux disparus après le renversement d'une barque    Mostaganem: Un camion se renverse et prend feu, un mort    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Contrat entre Haddad et un lobbyiste américain: Information judiciaire sur l'affaire des 10 millions de dollars    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    Tlemcen: Une question de conformité    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Kalida Toumi bientôt devant le tribunal de Sidi M'hamed    POUR FAIRE REUSSIR LE REFERENDUM SUR LA CONSTITUTION : L'ANP fournira tous les efforts    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    De nouveaux produits interdits a l,importation    Information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    Tebboune installe la Commission nationale    Le Président Tebboune installe la Commission nationale chargée de l'élaboration du projet de révision de la loi électorale    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agence des produits pharmaceutiques: Le SNAPO en appelle à Tebboune
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 08 - 2020

  Le Syndicat national des pharmaciens d'officine a adressé une lettre au président de la République Abdelmadjid Tebboune à propos de l'Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP). Il ressort clairement de la lettre en question dont nous détenons une copie que des lobbys de l'industrie pharmaceutique se démènent pour retirer l'Agence nationale des produits pharmaceutiques de la tutelle du ministère de la Santé et la placer sous le contrôle du ministère de l'Industrie. «Il est par conséquent tout à fait normal que l'ANPP soit placée sous l'autorité du ministère de la Santé», a-t-on souligné en argumentant par le fait que «certaines tâches anciennement dévolues au ministère de la Santé et confiées entre autres à la DG de la pharmacie, au Laboratoire national de contrôle des produits pharmaceutiques (LNCPP), ou au service de l'inspection générale, ont été désormais inscrites parmi les attributions de l'ANPP».
Les recommandations de l'OMS abondent dans ce sens en désignant «l'autorité politique concernée au sein de l'Etat par la mise en fonction de l'ARP est le ministère chargé de la santé». En Algérie l'ARP est l'ANPP. Tout l'arsenal juridique de la loi 18-11 notamment les articles 223, 224 et 225 est clair dans ses fondements relatifs à la tutelle du ministère de la Santé et au caractère de santé publique. Pour toutes ces raisons, a-t-on indiqué dans la correspondance du SNAPO, «l'ANPP doit garder sa souveraineté, elle doit rester sous la tutelle du ministère de la Santé et marquer son indépendance par rapport au secteur industriel et aux firmes pharmaceutiques».
Des compléments alimentaires et des gels hydroalcooliques en demande hyper croissante sont fabriqués par des laboratoires privés de la parapharmacie dans des conditions à la limite du respect des normes scientifiques. Des chiffres d'affaires faramineux échappent au contrôle de l'Etat au nom de la lutte contre le coronavirus. L'enjeu financier est de taille.
Soumettre l'agence du médicament en question à l'autorité du ministère de l'Industrie, c'est banaliser le médicament dans sa fabrication au même titre d'un gâteau ou d'un bonbon, a-t-on indiqué. Le syndicat des pharmacies d'officine s'interroge : «les bonnes pratiques de distribution, de dispensation au niveau des pharmacies hospitalières et des officines de ville relèveraient d'un ministère de l'Industrie ?». Et de répondre : «ça serait vraiment d'une totale incohérence, ça serait également destituer le secteur de la santé d'une partie indissociable de sa composante et de sa compétence». Un autre argument de taille est évoqué dans la lettre du SNAPO: «l'agence est appelée à assumer des missions qui toucheraient au secteur pharmaceutique dans sa globalité... mais également l'activité pharmaceutique liée aux laboratoires étrangers se trouvant en Algérie ainsi qu'aux opérations d'importation qu'ils réalisent, car l'enregistrement, l'homologation et le contrôle touchent tous ces secteurs de l'activité pharmaceutique, et pas seulement de l'industrie». Et d'ajouter: «les tâches de l'ANPP dépassent de loin et sont beaucoup plus larges que celles du ministère de l'Industrie... du fait qu'elle dispose d'une mission de santé publique alors que l'industrie pharmaceutique a des liens directs avec les opérateurs en industrie qui auront à réaliser des projets dans le respect d'une stratégie tracée par le secteur de la santé».
Pour conclure, lit-on dans la lettre du SNAPO, «il ne faut pas faire croire à l'opinion publique que la rapidité de l'enregistrement va régler le problème de la santé et du médicament en Algérie». Il est clairement établi, a-t-on précisé, que «le nombre de produits enregistrés auprès du ministère de la Santé par les différentes firmes pharmaceutiques locales et internationales est bien supérieur au nombre des produits importés ou réellement fabriqués localement et mis sur le marché». La lettre se conclut avec un constat qui en dit long sur la légèreté déconcertante qu'on veut imposer à la fabrication du médicament et la pratique de l'acte pharmaceutique pour des raisons purement commerciales et de profit dans un climat de vulnérabilité imposé ces derniers temps par le coronavirus. Dans un environnement marqué par la publicité mensongère de certains producteurs de compléments alimentaires et produits cosmétiques, l'Etat doit réagir avec vigueur et ce n'est qu'avec l'ANPP que cela pourrait être possible, a-t-on suggéré avant de noter qu'«enregistrer un produit n'implique pas forcément sa fabrication ou son importation immédiate. De nombreux laboratoires enregistrent mais attendent parfois des années avant de mettre réellement le produit sur le marché».
Selon le vice-président du SNAPO, Zfizef Abdelhak, «le secteur de l'activité pharmaceutique est dans une anarchie totale qui risque d'empirer si le seul organe de contrôle qui est l'ANPP est retiré au ministère de la Santé et placé sous l'emprise du ministère de l'Industrie». Pour cela, notre interlocuteur a souligné que le SNAPO ne ménagera aucun effort pour faire respecter les règles de l'activité pharmaceutique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.