PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de psychotropes    Covid-19 : Nécessite d'adopter de "nouveaux modes d'enseignement" dans le Monde arabe    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Accords économiques: L'Algérie prend en compte ses intérêts    Neghiz face à la presse    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    Condoléances    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Prorogation des promotions au 30 septembre    Les souscripteurs AADL protestent    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Enfin l'électricité et le gaz    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 08 - 2020

Les souscripteurs au projet des 80 logements LPA de Bir El Djir montent de nouveau au créneau pour réclamer du promoteur privé chargé de la réalisation, pour le compte du maître de l'ouvrage, la Direction du logement de la wilaya d'Oran, de respecter ses engagements contractuels relatifs à la remise des clés, prévue en septembre 2017.
Un retard de plus deux années sur les délais qui a fini par exacerber les relations entre le promoteur et les souscripteurs qui, en juin dernier, avaient observé un sit-in de protestation devant le chantier avant qu'une partie d'entre eux opte carrément, dans un acte de désespoir, d'investir les appartements, pourtant non encore réceptionnés. Une démarche qui a amené le promoteur à réagir en installant une société de gardiennage privée pour assurer la sécurité du chantier et des biens, empêchant toute personne en dehors des travailleurs du chantier d'accéder au site. Les familles qui avaient occupé les logements ont fini par jeter l'éponge et quitté leurs appartements devant les restrictions imposées par les agents de sécurité, témoignent les souscripteurs. De son côté, le promoteur du projet, M. Kadri Chafik, avec lequel on a pris attache hier, affirme tout d'abord «comprendre l'impatience de certains souscripteurs à cause du retard qu'a connu le projet pour des raisons aussi diverses qu'objectives», sans pour autant cautionner cette occupation qualifiée « d'abusive » par certains souscripteurs du chantier. Une occupation, a-t-il soutenu, qui a considérablement gêné le fonctionnement du chantier dont les travaux ont dû être interrompus, sans compter, a-t-il ajouté, les risques de sécurité que cette démarche non réfléchie a induits aussi bien aux personnes qu'aux équipements dans un site toujours en chantier avec des appartements sans eau, ni électricité, ni ascenseurs, ni réseau d'assainissement. La priorité, donc, a été de sécuriser le site en faisant appel à une société privée de sécurité. S'agissant justement de cette question relative à la connexion des 80 logements du projet aux réseaux, eau, électricité et gaz, et assainissement, le promoteur affirme, documents à l'appui, s'être à ce jour acquitté de tous les travaux relatifs aux installations à l'intérieur des blocs. Pour la connexion aux réseaux, il affirme avoir entrepris également toutes les démarches nécessaires avec les différents concessionnaires publics de réseaux, en présentant les documents justifiant les paiements nécessaires à ces branchements. Le retard, donc, a-t-il soutenu, est à chercher du côté des administrations de certains de ces concessionnaires de réseaux. Les souscripteurs, de leur côté, demandent au chef de l'exécutif et au directeur du logement de jouer pleinement leur rôle de régulateurs pour imposer au promoteur de leur faire un engagement par écrit et fixer une date de remise des clés. Une demande que le promoteur dit ne pas pouvoir satisfaire, vu que cela dépend, en premier et dernier lieu, de la coopération de Sonelgaz et de la Seor. Autre question de discorde entre les souscripteurs et leur promoteur, celle relative au paiement des frais relatifs aux différences de surfaces et les charges de gestion que les souscripteurs refusent, selon le promoteur, de payer. De leur côté, certains acquéreurs demandent un dédommagement pour le retard accusé conformément aux dispositions prévues par les termes contractuels. Autrement dit, les rapports sont arrivés à un degré d'exaspération tel que l'intervention des pouvoirs publics est plus que souhaitée pour dénouer la situation.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.