Mutisme !    En solidarité avec le bâtonnier Sellini: Des avocats protestent à Alger    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Combats meurtriers au Karabakh: L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les avis des partis et des personnalités    Sit-in des avocats à Alger    Les propositions des uns et des autres    Les contaminations continuent de baisser    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Report du procès en appel    Tottenham : Mauvaise nouvelle pour Son Heung-min    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Covid-19: 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    ANSEJ : Large mouvement au niveau des directions d'annexes    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Ces nids à problèmes    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'apolitique supplante le politique ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 08 - 2020

En plein mois d'août, propice aux congés de détente, la scène nationale enregistre la naissance d'un mouvement qu'on présente sous l'angle apolitique sous la marque « Forces nationales de la réforme ». Il s'agit selon ses initiateurs, qui viennent de divers horizons politiques, de syndicats nationaux, d'associations, d'organisations économiques et de personnalités, d'une démarche nationale en vue de «concrétiser des réformes profondes réelles traduisant la volonté populaire pour le changement». Un tel titre ou projet pourrait-il échapper à l'étiquette ou l'ambition politique ? Difficile de le croire, même si on plaide ouvertement pour un dialogue économique et social, mettant le politique out. Mais, on n'aurait certainement pas caché l'essence politique de cette démarche s'il y avait de la politique derrière, et qui prendrait dans ce sens la forme d'une large coalition de partis et d'autres représentants d'associations et de syndicats, qui devrait forcément, dans cet esprit, faire montre de son opposition ou de son alliance au pouvoir en place.
En tout cas, ceux qui ont mis sur pied cette initiative tiennent à souligner qu'elle aspire à «garantir un cadre aux forces nationales intègres et fidèles aux constantes nationales, qui croient profondément en la transition démocratique et au processus constitutionnel, à la protection des acquis du Hirak populaire, à la concrétisation de ses aspirations, à l'immunisation de l'identité de la Nation et au renforcement de l'unité nationale». Les parties prenantes de l'initiative, où sont représentés les partis de deux ex-candidats à la présidentielle de décembre dernier, en l'occurrence les partis El Moustakbal et El Bina, ainsi qu'un troisième parti, El-Fajr El-Jadid, font savoir qu'elles comptent, pour la réalisation de ces objectifs, recourir à tous les moyens pacifiques, prévaloir les débats et la communication sur les questions qui préoccupent la scène nationale et contribuer à relever les différents défis que confronte le pays. D'où l'on devrait bien exclure le défi politique, si l'on se fie au caractère apolitique de la démarche. De nombreuses interrogations sont également soulevées par les observateurs dans ce sillage, notamment au sujet de l'absence des partis FLN et RND, qui n'auraient pour rien au monde raté un tel évènement pour se remettre en selle s'ils en avaient l'opportunité. Est-ce à dire que ces deux derniers partis sont devenus ‘persona non grata' ? Immanquablement, la suite des nombreux évènements, hautement politiques, ceux-là, attendus sur la scène nationale dans les prochains mois, notamment le référendum sur la nouvelle Constitution, vont confirmer ou infirmer cette supposition. En tout cas, les initiateurs des « Forces nationales de la réforme » ne ferment pas la porte à d'autres participants, sans couleur politique, appelant dans ce contexte tout un chacun à contribuer à la dynamique du changement « réel et sûr ».
L'exercice politique en berne depuis l'avènement du « Hirak », incapable de répondre aux préoccupations de l'heure, a-t-il besoin de se laver de tous les affronts passés et présents, se refaire une virginité pour jouer le rôle qui lui échoit dans l'édification du pays, ou devrait-on y faire dessus une prière ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.