La réalisation de la seconde tranche de la pénétrante reliant Batna à l'autoroute Est-ouest autorisée    Campagne référendaire : voter "oui" pour éviter les dysfonctionnements antérieurs    Real Madrid: Zidane défend Isco    AGO de la FAF: plusieurs points seront débattus le 27 octobre à Alger    Accidents de la route: hausse sensible du nombre de blessés et de morts en une semaine    SADEG invite ses clients à régler leurs factures    Coronavirus : 252 nouveaux cas, 136 guérisons et 7 décès    Zones d'ombre à Tipasa : 60 nouveaux bus pour le transport scolaire    Cour d'Alger: report du procès en appel de l'affaire Mahieddine Tahkout au 28 octobre    NAHD : Leknaoui fait le point sur la préparation    Bouchachi apporte son soutien à Mohcine Belebbas    ‘'DEBUT 2021'' A CONSTANTINE : Mise en exploitation de l'extension de la ligne du tramway    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    RENTREE SCOLAIRE : Tebboune adresse ses vœux de réussite aux élèves    CHLEF : Démantèlement de deux réseaux de trafic de psychotropes    SIDI BEL ABBES : Sortie d'une promotion de 415 agents de rééducation pénitentiaire    HOPITAL DE TLEMCEN : Le service Covid-19 fermé pour travaux    PLF 2021: la Commission des finances de l'APN appelle à alléger la pression fiscale    Real : Encore 3 semaines d'absence pour Eden Hazard ?    MDN : 21 narcotrafiquants arrêtés et plus de 10 qx de kif traité saisis en une semaine    Porsche affiche des chiffres solides    La LFP rejette la demande d'annulation de la licence de Rooney    Dacia Spring Le «low cost» s'électrifie    L'autre révolution de Renault    Renvoi des procès de Yanis Adjlia et Dalil Yamouni    Précisions du P-DG Electro-Industrie d'Azazga    Washington prêt à des discussions avec Moscou    Fiat Chrysler investira 1,5 milliard de dollars au Canada    Vers le renforcement de la législation    3 morts et 6 blessés dans un accident de la route    "La langue maternelle est une langue naturelle que rien ne peut effacer"    Le Sila, vitrine du monde de l'édition en Algérie    "La formation pour élever le niveau de la chanson"    Après Black Lives Matter, les musées américains sortent du silence    Une romance méconnue entre Roosevelt et une princesse norvégienne    Sanjay Dutt, la star de Bollywood en détresse, confirme le diagnostic de cancer    Tissemsilt: Une exploration prochaine des capacités hydriques de la région    Djerad entame une visite de travail et d'inspection dans la wilaya de Batna    Industrie de l'électroménager et de l'électronique: Des milliers d'emplois menacés    Après l'achèvement des travaux d'extension de l'usine de Fleurus: Knauf reprend ses exportations    Un prix pour défier la faim    Si Ahmed nous a quittés    Football - Ligue 1: Un nouveau système en vue ?    Ligue des champions d'Europe: Le Real, Liverpool et City sur leurs gardes    SUSPICION    Professeur décapité en France: La confrérie alawyya condamne    Un scandale nommé Ali Haddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les comportements-barrières d'antan
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 09 - 2020

En dépit des chiffres macabres de morts déroulés sur les écrans du monde entier, de la peur ambiante, des lendemains apocalyptiques qu'on n'a pas cessé d'arborer à la face des hommes, des restrictions des mouvements, de l'interdiction de célébrer des fêtes, d'aller au stade, à la plage, etc., malgré le chamboulement des habitudes, de la vie en somme, les gens éternuent et toussent, se mouchent, se raclent la gorge, se font la bise et multiplient les poignées de mains et autres attouchement sans tenir compte des milliers de spots qui ressassent à longueur de journée les mesures-barrières et ou les comportements-barrières à même de vaincre la pandémie et permettre aux gens de renouer avec la vie d'autrefois. Autrefois, il n'y a pas si longtemps pourtant, les gens, grands et petits, avaient des conduites si bienséantes, des comportements-barrières si méticuleux, que s'ils avaient survécu aux vicissitudes du développement, ces comportements-barrières auraient sans aucun doute constitué un mur infranchissable au virus de 2020.
D'antan, les gens éternuaient dans le flanc de leur veste ou robe, ni les hommes ni les femmes ne se curaient le nez en public et quand ils ressentaient le besoin de se moucher, ils s'éloignaient et se servaient d'un pan du burnous ou de la djellaba pour ce faire. Par ailleurs, hommes et femmes avaient constamment un mouchoir prêt à bondir pour empêcher la morve d'aller mourir sur le sol de la rue/route au grand dégoût des passants. Alors, on n'éternuait pas à la face d'autrui, ne toussait qu'avec discrétion jusqu'à étouffer la toux qui ne devait pourtant pas mourir dans l'œuf et risquer de rendre encore malade la personne qui retenait par pudeur sa toux. Malgré les poux, les gens souffraient le martyre pour éviter de se gratter, n'élevaient pas la voix et ne giclaient pas leurs vis-à-vis avec des gouttelettes de leur salive quand bien même les dents faisaient défaut trop souvent. Les comportements-barrières ne résultaient pas de l'éducation reçue sur les bancs de l'école qui faisait cruellement défaut, encore moins des spots publicitaires de l'OMS qui n'existaient pas encore, mais plutôt de l'hygiène de vie qui était le propre des gens d'alors malgré la disette endémique et la pauvreté pandémique. Dieu sait que les maladies transmissibles avaient pignon sur rue et ni le mode de vie ni la vaccination n'étaient là pour protéger ces pauvres gens qui n'étaient pas si pauvres au final eux qui possédaient les comportements-barrières d'antan.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.