Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Boukadoum prend part à la 16e réunion des ministres des AE du Dialogue 5+5    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Ouverture de plus de 91 000 postes d'emploi en 2021    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





JS Saoura: Choisir la voie de la formation
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 09 - 2020

Que ce soit en tant que président du club ou à titre de porte-parole, Mohamed Zerouati n'est jamais allé par quatre chemins pour clamer son mécontentement en termes clairs et directs lorsque la situation l'exige, quitte à provoquer des dégâts. Ce fut précisément le cas lorsque la LFP, après le cuisant revers subi suite au verdict par le TAS de Lausanne. Se basant sur cette décision, la Ligue a publié un nouveau classement fin août où la JS Saoura a été décalée à la septième place, précédée par l'USMA. Cette décision a provoqué le courroux des dirigeants Bécharis qui mettent en avant une argumentation logique et irréfutable. En effet, la JSS a terminé le championnat avec 33 points alors que l'USMA, même rétablie dans ses droits, n'en a que 32. La LFP a choisi d'appliquer « l'indice de performance », une application pompeuse et injuste. Aussi, Zerouati est dans son droit de défendre la place acquise sur le terrain et non grâce à un fumeux quotient qui a d'ailleurs provoqué les réclamations de l'ESS et du CSC. En effet, il est admis que cet indice n'est applicable que lorsque deux ou plusieurs clubs sont à égalité, ce qui n'est pas le cas entre la JSS et l'USMA. D'ailleurs, les instances du football national ont du mal à dénouer cette crise, et ce qui explique le retard pour désigner les clubs devant participer à une compétition internationale. Lorsque la JSS est apparue parmi l'élite, elle avait défrayé la chronique par ses bons résultats. Par rapport aux clubs de Ligue 1 de la capitale, la formation bécharie est astreinte à de fréquents et longs déplacements ce qui, au départ, constitue un handicap. Afin que l'équipe tienne correctement son rang, il a été procédé à un recrutement tous azimuts. Tous ses adversaires appréhendaient leur virée du côté de Béchar.
La barre technique a subi le même mouvement avec de fréquents changements. C'est là l'une des raisons de la baisse de régime de la JSS, car chaque entraîneur entend appliquer ses propres conceptions. Dès la moindre anicroche, c'est l'ingérence dans les affaires techniques. Or, toute équipe, pour obtenir de bons résultats, a besoin de stabilité, ce qui n'est guère le cas à la JSS où l'impatience demeure le défaut majeur.
La liste des joueurs et des entraîneurs recrutés ces quatre dernières années est très conséquente. Cette saison, outre le classement moyen en Ligue 1, les Bécharis n'ont guère brillé en Coupe arabe et en Coupe d'Algérie. « Les responsables de la JS Saoura devront investir d'abord dans la formation et non pas brûler les étapes. Les joueurs Khelifi, Akassam, Alaoui, Khoumani et Farouk Slimani (U21) sont les grandes découvertes de cette saison, ces derniers ont logiquement été promus en équipe fanion. Aussi, nous avons appris que le milieu offensif Ibrahim Farhi a été transféré vers le Club Africain (Tunisie). La JS Saoura, qui a été présente avec deux catégories U21 et U19 aux demi-finales des Coupes Algérie des jeunes, a prouvé qu'elle possède un vivier de jeunes talents, comme en témoigne aussi la première place de l'équipe réserve devant celles de l'ESS et du PAC ». Ce sont les lignes parues dans notre édition du 27 avril dernier.
Certes, recruter quelques éléments pour renforcer l'effectif est une nécessité mais point trop n'en faut. Les dirigeants de la JSS doivent s'engager résolument dans la voie de la formation et la promotion de ses jeunes en équipe fanion. Là au moins, il s'agit d'un investissement sûr qui réduira les dépenses de manière conséquente. Il faut se décider pour cette voie et faire preuve de patience. La progression est à ce prix. A la mi-septembre, deux joueurs seulement ont opté pour la JSS. Il s'agit de Derouche et Amrane (CABBA) et Belhamri (WAT). On est tenté de voir dans ce mercato un indice encourageant qui devrait rompre avec les anciennes habitudes.
Et maintenant, vivement le coup d'envoi du championnat pour vérifier le bien-fondé de cette nouvelle forme de gestion de l'effectif en place. Ce qui est certain, c'est que les Bécharis, avec l'expérience acquise ces dernières saisons, ne nourrissent aucun complexe face aux autres grosses cylindrées de Ligue 1.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.