Ligue Europa: les premiers résultats de la soirée    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    FC Barcelone: La sortie surréaliste du Barça sur l'avenir de Messi !    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Le capitaine Benzema ne réussit pas au Real Madrid    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rentrée scolaire: Quelques couacs et des interrogations
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 10 - 2020

Après plusieurs mois de confinement, plus de 5 millions d'élèves ont rejoint les bancs de l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles, liées à la pandémie du Covid-19. Le coup d'envoi de cette nouvelle année scolaire 2020-2021 a été donné, depuis l'école primaire «Abderrahmane Lakhdari» à Batna, par le Premier ministre Abdelaziz Djerad. Le chef du gouvernement a insisté sur la nécessité d'observer scrupuleusement les mesures de prévention contre le coronavirus, appelant notamment les parents à veiller à préserver la santé de leurs enfants.
La rentrée scolaire a eu lieu exclusivement pour les élèves du cycle primaire répartis sur 19.000 établissements scolaires sur l'ensemble du territoire national. Eu égard à la situation épidémique, cette rentrée scolaire qualifiée «d'inédite» a eu lieu dans «des conditions acceptables» grâce «à la famille éducative et des parents d'élèves». C'est ce qu'a affirmé au Quotidien d'Oran le porte-parole de l'UNPEF, Abdelwahab Lamri Zegar, dénonçant l'absence quasi totale des autorités communales et des représentants des collectivités locales.
Il a précisé que certaines écoles n'ont pas été désinfectées et sont dépourvues de moyens de d'entretien et d'hygiène. «C'est grâce aux efforts personnels des agents de l'administration, des directeurs d'écoles et des enseignants que certains établissements ont pu ouvrir leurs portes aux élèves dans des conditions d'hygiène acceptables», a affirmé notre interlocuteur.
Même son de cloche chez Messaoud Boudiba, porte-parole du Cnapest, affirmant que des établissements se sont retrouvés livrés à eux-mêmes. Et de souligner que certaines écoles sont dépourvues de moyens de désinfection. «Des directeurs d'écoles, des enseignants et certains parents d'élèves ont puisé dans leurs poches pour acheter l'eau de javel et d'autres produits pour la désinfection des lieux. Où sont passés les agents et les responsables des communes ?», s'interroge-t-il. Notre interlocuteur a affirmé qu'il y a eu des absents parmi les élèves, certains parents d'élèves ont refusé peut-être d'envoyer leurs enfants en classe en raison de craintes liées au Covid-19. Et de préciser que généralement le premier jour de la rentrée est consacré à la prise de contact seulement.
Messaoud Boudiba a affirmé que son syndicat est inquiet pour les jours à venir. «La famille éducative a pu relever le défi, des directeurs d'écoles, des membres du personnel, des enseignants se sont engagés à titre personnel à la désinfection des lieux avec leurs propres moyens, ils l'ont fait pour le premier jour. Mais comment allons-nous faire dans quelques jours ?», s'est-il interrogé.
C'est d'ailleurs ce qu'a été aussi relevé par le coordinateur du Syndicat des directeurs des écoles primaires (Snadep) de la wilaya d'Oran, Abdelaziz Battecha, qui a affirmé que certains établissements à Oran n'ont pu avoir leur produit d'entretien et de désinfection qu'après 10h30 et ce, grâce à l'engagement personnel des directeurs d'écoles et du personnel. En pointant du doigt l'absence des services des communes. Il a demandé au nom de son syndicat le retrait de la gestion des écoles primaires aux communes pour les rattacher aux directions de l'éducation de wilaya. «Les communes ne peuvent plus assurer le minimum des besoins de nos écoles, nous avons acheté nous-mêmes l'eau de javel et le reste des produits d'entretien et d'hygiène», souligne-t-il avec regret.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.