Le Dinar poursuit sa dégringolade    Une pénurie de 300 médicaments en Algérie    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    Schalke : Bentaleb indiscipliné à cause de ses origines selon un ex international allemand    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Cavani fait gagner Manchester United face à Southampton    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Elevage : un nouveau dispositif d'approvisionnement d'aliments de bétail    Plus de peur que de mal pour Aribi    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Jeux olympiques et paralympiques: versement de subventions financières à neuf athlètes    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Campagne de lancement de la culture de colza    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    ORAN : Opération de réhabilitation de la voie publique    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Non, je préfère me taire...    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Maradona, l'homme de la métamorphose    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Large mobilisation en France    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    L'Opep+ examine les différentes options    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    L'impuissance de la communauté internationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Par-delà l'image
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 10 - 2020

Regardons par-delà l'image, ou plutôt la séquence d'images qu'offre la vidéo de la désormais célèbre école d'Oran. Ne nous laissons pas berner. La vidéo qui a fait le buzz sur la toile, montrant une simple maîtresse d'école faisant face à un grand commis de l'Etat et le poussant à lui tourner le dos, dit plus long et plus profond que ce que le sensible nous a permis de voir. Faisons appel à l'intelligible et discernons le non dit, le non vu, le non perçu. Au temps de l'instantanéité de l'information et de la presse alternative qui échappe à la censure, les miracles peuvent se produire; les pots de terre peuvent casser les pots de fer et, par une simple vidéo, une simple image ou un simple tweet, les David peuvent terrasser les Goliath.
Les Goliath étant l'Etat et tous ses démembrements. Nous avons vu le wali tourner le dos à l'institutrice et nous avons vite conclu qu'il lui a manqué de respect et qu'il l'a humiliée, et à travers elle tout le corps auquel elle appartient. Cette interprétation superficielle de la vidéo a pour effet d'accentuer, peut-être injustement, la responsabilité personnelle du commis et d'absoudre, tout aussi injustement, l'Etat qu'il représente et au nom duquel il agit. En réalité, et au-delà de ce qui nous a frappé à première vue, c'est la modeste maîtresse d'école qui a coincé le puissant chef de l'exécutif.
Durant un bon moment, celui-ci est resté coi devant tant de vérités assenées sur le manque horrible de moyens et de personnel. Il cherchait une issue, il n'en trouvait pas. Et la preuve irréfutable, le coup de grâce lui fut donné quand, par une main de maîtresse, la dame enleva le voile rouge qui couvrait pour la circonstance une table miteuse sous laquelle couvaient tellement de mensonges. Acculé, le commis de l'Etat ne pouvait plus nier, le jour d'une entrée solennelle, la vérité sur l'état de délabrement avancé d'une école d'une grande ville algérienne. Devant cette mise à nu, il ne pouvait que fuir.
L'occasion lui fut donnée dès le prononcé du mot France: l'alibi étant sorti de la bouche de la maîtresse, le commis simula l'énervement et s'en alla derechef. Et, bien sûr, en partant à la hâte, en fuyant, il tourna le dos à son interlocutrice, risquant de subir les balles que l'on tire généralement dans le dos des fuyards. Au fond, la dame n'a pas crié sa rage contre la personne du wali, mais contre sa fonction et ce qu'il représente. Beaucoup d'autres walis sont passés par là, et par ailleurs, avant lui. Certains ont sévi, se sont servi et ont laissé les écoles à l'abandon, au moment où l'Etat était riche et pouvait fournir toutes les institutions du pays du meilleur matériel. La désormais icône des écoles a crié, en son nom propre et au nom de tous ses collègues, des élèves et de leurs parents, sa rage et leurs rages, contre un Etat riche que la rapine a ruiné et a rendu incapable de répondre à certaines urgences. Grâce au web, son cri de rage a fait écho et a réuni autour de lui l'adhésion de tous ceux qui ont vu ou entendu. L'Etat a failli; tel est le vrai message que la maladresse du wali d'Oran a involontairement diffusé virulemment et qui a fait frémir, puis réagir, jusqu'au haut sommet de la pyramide. Taisez-vous, aurait crié le protocole à la face de la rebelle. Taisez-vous et taisez cette vérité que nul ne devrait entendre, ce malheur que nul ne devrait voir. Laissez le voile sur cette table de misère. Laissez-nous en paix. Non ! Le courage d'affronter Goliath, la modeste maîtresse d'école l'a puisé quelque part. Certainement du mouvement salvateur global, de ce vent de liberté qui a soufflé depuis un certain jour du 22 février et qui a touché tellement de cœurs devenus vaillants. Et comme la bonne graine prend quand elle est jetée en bonne terre, le courage de cette grande dame prendra et se multipliera de sorte que, espérons-le, aucun responsable ne pourra désormais tourner le dos aisément à la vérité qui lui est dite en face.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.