Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ISSUE DES BRAVADES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 10 - 2020

A différents niveaux, certains responsables officiels algériens sont piégés par les nuances entre l'esprit et la lettre. Absence de la maîtrise du discours ou un manque d'expérience face à la foule ? Peut-être. Le mot et le verbe mis dans la bouche d'un représentant de l'Etat ont les facultés d'un bouquet de fleurs offert ou, au contraire, celles d'un breuvage insipide à boire selon les ambiances et les idées arrêtées de ceux qui les reçoivent.
En demandant à une assistance de se contenter de se plier à une situation présente ou de changer de pays, le jeune ministre de la Jeunesse a laissé sa langue devancer son esprit dosant son élan patriotique expéditif sans réelle densité. Dans la précipitation de son langage, il n'a pu éviter une maladroite circonvolution cérébrale qui allait buter contre la dramatique parabole des harraga. Ceux-là, bien évidemment, n'ont pas attendu un nouveau jour pour s'aligner sur la droite lignée du ministre qui a mis le doigt sur une constante dont il a occulté la mesure.
L'ex-président déchu avait utilisé l'égocentrisme par le verbe et le comportement allant jusqu'à affirmer qu'il pouvait être roi s'il ne s'était pas appliqué à bouder un trône que le peuple lui offrait. L'issue de ses puériles bravades est connue.
On assiste malheureusement de plus en plus à une marmelade verbale officielle de la part de responsables, plongés dans un océan de problèmes pour lesquels ils n'ont pas été aguerris et leurs discours toujours spontanés se présentent comme un aveu d'impuissance.
On aurait grandement tort de trop leur en vouloir car la crise multiforme ne peut se suffire d'un radotage usé et que le verbe et la parole, quels que soient leurs parfums, ne sont plus que des témoins à charge. Nos gouvernants seraient mieux avisés d'insister sur leurs insuffisances pour réclamer aux bras de se tendre pour que les responsabilités se généralisent.
Une charge ministérielle n'a de conséquent que dans l'action. Si elle ne s'en tient qu'au verbe et aux recommandations, elle devient démagogie, populisme et se transforme aux yeux du peuple en fuite en avant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.