Covid-19: réception prochaine d'une quantité de "Lovenox"    Agression marocaine à El Guerguerat: un parti mexicain exprime sa solidarité avec le peuple sahraoui    1re journée de Ligue 1 : Quatre matchs nuls, un coup d'épée dans l'eau    Décès du Moudjahid Said Bouhadja: l'Amenokal de l'Ahaggar présente ses condoléances    Le RND condamne vigoureusement la résolution du Parlement européen sur les droits de l'homme en Algérie    Elections du Conseil de la Fifa : Zetchi s'attend à "une rude concurrence"    Championnat d'Afrique d'Aviron en salle: L'Algérie participe avec 11 athlètes    Pluies orageuses sur plusieurs wilayas à partir de vendredi en fin de journée    Coronavirus: 1058 nouveaux cas, 612 guérisons et 20 décès ces dernières 24 en Algérie    Le Commandant de la Gendarmerie en visite au 4ème Commandement régional de Ouargla    France. Les archives cadenassées de la guerre d'Algérie.    SITUATION POLITIQUE EN ALGERIE : Goudjil dénonce une "campagne" contre l'Algérie    Ligue 1: ouverture d'un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    Lyon: Aouar sanctionné, Garcia approuve    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    MANQUE D'EAU A SIDI BEL ABBES : Ain Témouchent appelée à la rescousse    TIARET : Remise des clés à 2322 bénéficiaires de logements    OUED LILI (TIARET) : 2 voleurs de cheptel arrêtés après un accident de la route    ABANDONNES PAR L'ENTREPRENEUR : Des bénéficiaires de LPA crient à l'injustice à Mascara    ORAN : Explosion d'un transformateur électrique 60/30 kV à El Kerma    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Conseil des MAE de l'OCI: Boukadoum conduira la délégation algérienne    L'APLS poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Europa League: Ghoulam dans l'équipe type de la 4e journée !    Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Saïd Bouhadja n'est plus    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Des journalistes créent une association nationale de soutien avec le peuple sahraoui    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    L'ONU confirme la poursuite des affrontements avec le Maroc    De nombreux établissements scolaires paralysés    "La sécurité, c'est mieux !"    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Institut Pasteur: Covid-19 : le relâchement peut coûter très cher
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 10 - 2020

Sept nouveaux foyers de contamination au Covid-19 ont été localisés à l'Est et au Sud du pays, en particulier, a annoncé, hier, le directeur de l'Institut Pasteur Algérie (IPA), Fawzi Derrar, citant les premiers résultats d'une enquête qui sera publiée prochainement.
Une évolution que l'invité de la rédaction de la Chaîne 3 de la Radio nationale explique, principalement, par le relâchement constaté au sein de la population en matière de respect des gestes barrières.
Après l'alerte lancée, avant-hier, par le ministre de la Santé et de la Population, Abderrahmane Benbouzid, c'était au tour du premier responsable de l'Institut Pasteur Algérie d'exprimer, à son tour, hier, sa préoccupation face à la situation pandémique, estimant désormais que toutes les conditions sont en train de se réunir pour que le virus « reparte » de nouveau, avant d'appeler les Algériens à faire preuve de plus de vigilance pour éviter cette éventualité en respectant plus sérieusement les mesures de prévention.
«Il faut être très sérieux et ne pas négliger les aspects les plus simples», a-t-il insisté, citant les mesures barrières que sont la distanciation sociale et le port du masque, avant de faire observer que la présente hausse des cas d'infection était «prévisible» eu égard à la rentrée sociale, en sus de la baisse de la température.
Face à cette situation, «on ne peut rien écarter», a estimé le Pr Derrar, préconisant de «prendre la décision juste» pour pallier à une recrudescence des contaminations et éviter ainsi «une 2ème vague» de l'épidémie, avant d'annoncer la «prochaine» publication par l'IPA d'une étude épidémiologique ayant identifié 7 clusters principaux de circulation du virus. Tout en faisant savoir qu'il s'agit, entre autres, d'Alger, Blida, El-Tarf, Ouargla et Aïn Témouchent, il a précisé que l'enquête en question a révélé que les principaux foyers sont «familiaux», considérant qu'il s'agit de «rassemblements non indispensables», déplorant, par ailleurs, l'organisation de mariages «non réglementaires» dans certains endroits.
Les indicateurs de cette enquête, a souligné par ailleurs le Pr Derrar, « nous ont permis de connaître l'ampleur de l'épidémie que le pays avait connue en avril et mai derniers, et de prendre nos précautions sur les cas pouvant survenir à l'avenir ».
Le DG de l'IPA s'est dit, par ailleurs, favorable au retour de certaines mesures préventives, comme le télétravail, tout en tenant compte de «l'intérêt de l'entreprise et de la société». Il a préconisé également d'»éviter les rassemblements» dans certains lieux comme les universités, avant d'assurer que les structures hospitalières sont en mesure de prendre en charge les cas à venir grâce à l'augmentation de leurs capacités d'accueil, à la suite de la réouverture de certains services.
Le Pr Derrar a, en outre, annoncé un prochain « changement de donne » par rapport à l'épidémie du coronavirus. Il s'agit, selon lui, de « l'apparition de tests antigènes rapides que l'Algérie réceptionnera dans les jours à venir ». Des tests, a-t-il expliqué, qui «ont une très bonne sensibilité et qui détecteront directement le virus «.
Tout en précisant la possibilité de recours à ces examens en «l'absence de tests PCR», il a rassuré quant aux efforts engagés par l'Algérie afin d'»élargir et d'uniformiser» l'accès à ce type de dépistage, à travers l'ensemble du territoire national et ce, d'ici mars 2021, se félicitant de la dotation d'un plus grand nombre de laboratoires privés en tests PCR, citant notamment les exemples des wilayas de Chlef, Ouargla et Biskra, avant de plaider pour que la question du prix de ces tests chez le privé soit «discutée» afin d'en permettre une «accessibilité pour tous».
Abordant le volet de la grippe saisonnière, l'hôte de la radio a tenu à souligner que «la vaccination antigrippale ne protège pas contre le coronavirus mais seulement contre la grippe saisonnière», faisant savoir que le virus inhérent à celle-ci «n'est pas encore en phase de circulation car activant, généralement, dès fin décembre». A ce sujet, il rappellera l'annonce faite par le ministre de la Santé s'agissant du lancement de la campagne de vaccination, à compter du 3 novembre prochain, annonçant la commande par l'Algérie d'une quantité
de 1,8 million de doses de vaccin antigrippal. «Nous nous sommes entendus avec notre partenaire pour commander d'autres doses en décembre prochain, suivant l'évolution de la situation et la consommation», a-t-il poursuivi avant de rassurer sur la «disponibilité» de ce produit au niveau des hôpitaux et des officines de l'ensemble du territoire national.
Tout en relevant le caractère «imprévisible» du SRAS-CoV-2, le Pr Derrar a estimé, enfin, qu'»eu égard aux recherches actuelles, les premières doses du vaccin ne seront pas disponibles avant début 2021 alors que les campagnes de vaccination de masse ne pourront avoir lieu avant le printemps de la même année».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.