Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Vote Des Expatriés En Question
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 10 - 2020

Comment se comporteront les Algériens de l'étranger lors du référendum constitutionnel du 1er novembre ? Le vote des expatriés reste une inconnue à la veille de cet important rendez-vous. Les animateurs de la campagne référendaire, qui se sont fortement mobilisés durant trois semaines pour défendre avec force et argument le « Oui », n'ont pas manqué de souligner que le projet d'amendement constitutionnel soumis au référendum populaire le 1er novembre consacrera un rôle économique et social important à la communauté algérienne résidant à l'étranger, tout en préservant la dignité des vivants et celle des morts, qu'on ne pouvait même pas rapatrier pour les enterrer sur le sol de leurs aïeux. On rappelle également que l'exclusion de cette communauté par la Constitution de 2016, interdisant l'accès à certains postes de responsabilité aux binationaux (art. 63) notamment, ne sera qu'un mauvais souvenir d'une sombre période marquée par tant d'injustices. Déjà, bien avant l'avènement de la nouvelle Constitution, le président Tebboune a montré tout l'intérêt que porte le pays à ses enfants vivant à l'étranger. Mais quel écho tout cela devrait-il avoir ? Les électeurs de la communauté algérienne installée à l'étranger vont-ils répondre massivement à l'appel du devoir et exercer leur droit en exprimant leur choix entre le « Oui » et le « Non », ou va-t-on encore assister à une forte abstention qui nous rappellerait le faible taux de participation à l'élection présidentielle du 12 décembre dernier ? Les enjeux sont presque identiques, voire une continuation sur une même ligne pour poser le premier jalon de l'Algérie nouvelle, mais les sentiments seraient plutôt tempérés par rapport à la présidentielle, qui a connu de graves dérives qualifiées d'antidémocratiques par de nombreux observateurs. Les opposants à l'élection présidentielle ont tout fait, en effet, pour empêcher les expatriés de rejoindre l'urne, allant jusqu'à les intimider devant les portes des centres de vote, en sera-t-il de même ce 1er novembre ? Sur près d'un million d'électeurs recensés à l'étranger, seulement 8.69% ont voté à l'élection présidentielle du 12 décembre, un faible taux en partie dû au climat tendu créé par les opposants à cette élection, mais le rendez-vous du 1er novembre pourrait présenter un autre portrait de la participation des expatriés.
Aucune élection ne ressemble à une autre. Et il y a également cette évolution dans les positions des électeurs, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays, dont il faut tenir compte sur le plan des tendances à l'abstention, à la participation et au boycott. Reste que les paramètres disponibles ne permettent pas de sonder avec précision ces penchants. En raison de la crise sanitaire, qui rend très difficile, voire impossible, tout déplacement à l'étranger, aucun média n'a pris le pouls de cette communauté algérienne établie à l'étranger au sujet du référendum constitutionnel, ni aucune rencontre organisée à l'étranger par les animateurs de la campagne référendaire. Bien sûr, il y a les représentations consulaires, présentes sur place, qui peuvent jouer un rôle dans le sens de la sensibilisation au vote, mais rien n'a filtré à ce propos. Une discrétion totale entoure ce genre d'activité, si activité il y a. De toute évidence, on devrait attendre le 1er novembre pour être fixé sur le comportement de vote des Algériens en général, et les expatriés en particulier, dont la distance qui les sépare de leur pays a été distendue par la Covid-19, en sus d'autres facteurs qui diffèrent des conditions de déroulement du vote à l'intérieur du pays, à l'exemple des longues distances à parcourir pour rallier les centres de vote dans un contexte marqué par le reconfinement à travers de nombreux pays, particulièrement en Europe où se concentre un grand nombre d'électeurs.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.