Charfi répond aux «petits» partis    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La Cnas ouverte ce week-end pour les chefs d'entreprise    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Pékin avertit contre "une nouvelle guerre froide"    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Leknaoui à la rescousse    Les Bejaouis en stage bloqué d'une semaine à Chlef    Isla de retour, forfait de Rebiai    L'ESS veut s'élancer, le Mouloudia à Tlemcen pour se relancer    "Difficile de prédire le vainqueur de la League anglaise"    Longue attente et grande confusion    Les personnes handicapées réclament leur quota de logements sociaux    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    Les réactions s'enchaînent en Algérie et en France    Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    US Biskra : La dégringolade semble inexorable    Délivrance de visas : Le Conseil d'Etat rétablit le regroupement familial    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    Exercices pour soigner les douleurs du nerf sciatique    Des histoires à raconter    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Tiaret: Prochaine connexion de la wilaya avec l'autoroute Est - Ouest    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Ce que propose l'UGTA    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Délire
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 11 - 2020

Qui parlerait de voyages et de visas par ces temps de pandémie ? Avec des frontières aériennes, terrestres et maritimes fermées depuis le 17 mars 2020, les Algériens ont quasiment oublié les voyages à l'étranger et les demandes de visas font partie du cadet de leurs soucis quotidiens, mais il se trouve que certains médias étrangers, relayés par des sites électroniques et des réseaux sociaux, tentent de faire du bruit, ces derniers jours, en annonçant que les Emirats arabes unis (EAU) ont suspendu la délivrance des visas aux ressortissants algériens, au même titre que ceux de douze autres pays. Une annonce qui s'avère une vraie «fake news», car l'information a été catégoriquement démentie à travers un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères (MAE), confirmant que les hautes autorités émiraties avaient, également, certifié que «le document comprenant le nom de l'Algérie est faux et a été relayé par des parties aux intentions malsaines». Quand on se fatigue à falsifier la vérité, en traficotant un document émanant d'une institution officielle des Emirats arabes unis (EAU), juste pour le malin plaisir d'ajouter l'Algérie sur une liste de 12 pays, qui fait état d'une suspension de la délivrance de visas d'entrée aux EAU pour leurs ressortissants, alors que les Algériens sont loin de s'intéresser, pour le moment, à cette destination, on comprend mieux ce que visent les «intentions malsaines» de ceux qui ont relayé l'information. Il y en a, bien sûr, ceux qui sont tombés dans le panneau de cette «fake news», notamment certains sites électroniques locaux, mais pour les médias étrangers, il s'agit bel et bien d'une vile manœuvre qui chercherait à ternir l'image de l'Algérie sur le plan international. L'Etat des Emirats arabes unis, qui est sorti de son silence pour affirmer que le document comprenant le nom de l'Algérie est faux, selon le communiqué du MAE, ne s'est pas exprimé pour le cas des douze autres pays concernés. Est-ce à dire que les EAU ont effectivement suspendu le visa aux ressortissants de ces pays, parmi lesquels figureraient le Pakistan, l'Iran, la Libye, le Yémen, la Syrie, l'Irak, la Somalie, le Kenya et l'Afghanistan, ainsi que les Tunisiens célibataires ? Si l'Algérie a pu obtenir un démenti de la part des hautes autorités émiraties, au moins deux autres pays ont fait savoir, selon des officiels du ministère pakistanais des Affaires étrangères et de la Présidence tunisienne, qu'ils cherchent, sans y parvenir, à obtenir une confirmation officielle des autorités des Emirats arabes unis à cet égard.
Et, ce flou qui entoure cette mesure déteint automatiquement sur ses causes profondes. Est-ce en raison de la «deuxième vague de Covid-19», comme le pense le ministère des Affaires étrangères pakistanais, ou par soucis sécuritaires, selon d'autres affirmations ? Certainement que le Covid-19 n'aurait rien à voir avec cette mesure, parce que cela aurait concerné de nombreux pays et conduirait ce pays fermer carrément ses frontières, puisque la circulation active du virus est planétaire, reste le souci sécuritaire, qui semble plausible. Ce dernier serait lié, selon des agences de renseignement, à la normalisation des relations entre les EAU et Israël, qui aurait augmenté la menace d'attentats terroristes contre les intérêts des deux pays. Ainsi, on comprendrait mieux pourquoi certains se délectaient, des sites marocains notamment, de voir l'Algérie sur cette liste, nourrissant le délire de provoquer son isolement sur le plan international.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.