Real Madrid: Zidane positif à la Covid-19    La Roma sanctionné par une défaite sur tapis vert    Real : Un coach argentin en cas de départ de Zidane ?    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn El Turck: Des bouchers dénoncent la concurrence des revendeurs de viande de l'abattage clandestin
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 11 - 2020

Des bouchers installés dans le marché municipal de fruits et légumes du chef-lieu de la daïra d'Aïn El Turck se sont rapprochés du ‘Quotidien d'Oran' pour dénoncer ce qu'ils ont qualifié de « répugnante concurrence déloyale imposée par les revendeurs de viande de volailles provenant de l'abattage clandestin et de l'insalubrité enfantée par cette activité informelle », avant d'ajouter avec une humeur bilieuse « en sus des charges, nous nous acquittons des taxes d'impôts et l'absurde ironie du sort veut que c'est nous, qui sont concernés par les opérations des services de contrôle sur la qualité de l'hygiène et l'affichage des prix. L'informel, qui biaise sordidement notre activité, n'est nullement inquiété ».
Il importe de rappeler que quelques mois, auparavant, une grève a été subitement et spontanément décidée par une quinzaine de bouchers, installés dans ledit marché. Ce débrayage administratif a consisté essentiellement à « ne présenter aucun document attestant leur activité aux agents contrôleurs et ce, pour protester contre ce qu'ils ont qualifié de deux poids deux mesures, qui ont été relevés dans les opérations de contrôle ». Les bouchers grévistes, qui ont accroché, bien en évidence, des écriteaux à l'entrée de leur magasin « boucherie en grève administrative », ont cependant continué de travailler normalement pour ne pas pénaliser la ménagère. Cette action se voulait être une dénonciation contre « l'impunité dont bénéficient les revendeurs des viandes provenant de l'abattage clandestin ». Notons que la vente informelle de la viande provenant de l'abattage clandestin a atteint des proportions alarmantes dans ce marché et ce, avec tous les risques sur la santé publique, notamment en ces temps de pandémie du Covid-19, face à la qualité du produit qui échappe à tout contrôle vétérinaire. Notons aussi que des abattoirs clandestins d'abattage de la volaille répertoriés sur les hauteurs de la commune de Mers El-Kébir, constituent la principale source d'approvisionnement en viande blanche pour le marché d'Aïn El Turck. En effet, à la faveur d'un absurde laisser-faire, ces ateliers clandestins semblent, vraisemblablement, avoir encore de beaux jours devant eux, avec toutes les conséquences néfastes sur la population. Les hauteurs de cette municipalité sont devenues le lieu d'élevage et d'abattage clandestins, grandeur nature, de la volaille, les poulets principalement. Les habitants domiciliés dans les alentours ne cessent de se plaindre des ordures et des rejets, qui jonchent le tronçon entre le lieu-dit ‘Dadayoum', qui accède à la route de la Corniche supérieure. A défaut d'incinérateurs, les déchets générés par cette activité illicite (poussins morts, abats de poulets et détritus, résidus d'aliments de volaille et autres produits biochimiques, etc.) sont jetés en pleine nature. Les abats et les restes de cette pratique interdite, en principe, par la loi, attirent toutes sortes d'animaux nuisibles. Un autre danger : la contamination des nappes phréatiques par ces amas d'ordures et le risque d'épidémie via les moutons et les vaches qui s'y nourrissent. Il y a lieu de signaler que le but de créer un point réglementé pour cette activité et lutter contre le phonème de l'abattage clandestin, deux abattoirs ont été ouverts, récemment, dans la commune d'Aïn El-Turck. L'un de ces abattoirs est destiné à la viande blanche et l'autre à la viande rouge. La 1re structure qui emploie 10 personnes, a une capacité de 300 unités par jour, alors que le 2ème abattoir d'une capacité de 500 kg de viande rouge par jour, emploie 5 personnes. Alors que les services concernés et à leur tête la direction de la Santé mettent en garde contre les intoxications et les risques sur la santé publique, certains revendeurs continuent de mettre en péril les consommateurs qui, eux aussi, ont leur part de responsabilité. Signalons que les contrôles ayant ciblé les boucheries, ont dévoilé une complicité entre les auteurs de l'abattage clandestin et certains bouchers. Régulièrement les brigades mixtes composées des représentants des Services agricoles, de la Santé et de la DCP accompagnés des agents de l'ordre public effectuent des sorties inopinées, dans certains quartiers réputés pour abriter des abattoirs clandestins et la plupart du temps des saisies sont effectuées et des procès-verbaux dressés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.