Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    Chanegriha supervise un exercice tactique avec munitions réelles    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    Djerad aux walis: Les actes d'urbanisme doivent être délivrés dans les délais    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Sahara Occidental : la décision de Trump en cours d'examen    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    CR Belouizdad: Méforme ou accident de parcours ?    Tournoi de l'UNAF - U17: Victoire logique de l'Algérie face à la Libye    Première phase de vaccination contre la Covid-19: 124.000 personnes ciblées    Réalisés pour parer à l'informel: 21 marchés «parisiens» désertés depuis plusieurs années    Aïn El Turck: Une tentative de construction illicite avortée    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    7 longues années d'attente    Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    Session de formation aux métiers de l'export    Prolongation de mandat    Enquête    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Principes et autres considérations    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Indifférence aux prix
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 12 - 2020

Par les temps d'inflation qui courent, l'indifférence aux prix devient, curieusement, la règle en Algérie. Dans la plupart des magasins, on change les prix sans vergogne, sans la moindre explication ni la moindre excuse à la clientèle. On semble en plus ignorer, effet de la spirale inflationniste oblige, qu'au-dessous du dinar, il y a des centimes! Un constat qui est, pour rappel, valable dans les cafés, les bus, les marchés hebdomadaires, les trains et ainsi de suite ! D'ailleurs, de nombreux commentateurs sur les réseaux sociaux révèlent que, parmi les motivations d'achat, le critère prix n'est souvent pas le plus important ! Un de mes amis, universitaire de son état, m'affirmait que, dans les copies d'examen d'économie qu'on lui remettait, les étudiants jonglaient avec les zéros sans que cela leur cause la moindre gêne. Je ne suis pas sûr qu'ils aient plus de discernement quand il s'agit de sommes beaucoup plus modestes : telle cette toute jeune femme que j'ai vue, il y a 2 ans à Alger, chez le quincailler tendre 40 dinars pour un boulon au lieu de 38 dinars requis, et rempocher la différence sans que cela semble changer quoi que ce soit pour elle.
Nul ne saurait dire si cette mentalité « économe » est appelée à durer. Peut-être un jour, n'y aurait-il plus de monnaie du tout, mais seulement quelque ordinateur géant qui fera nos comptes personnels une fois par un an. Je ne parle pas, bien entendu, de compte bancaire qui existe déjà, mais de compte à domicile pour les besoins quotidiens du foyer. Déjà certains signes ne trompent pas : ainsi le percepteur d'impôts ne craint pas de nous annoncer un redressement d'impôt du montant de notre salaire mensuel, comme s'il s'agissait d'une rectification sans importance. Peut-être en viendrons-nous un jour à regretter le temps de l'économie. Il y avait sans doute un certain plaisir à devoir attendre, quelque temps, avant d'avoir ce qu'on désirait.
Quand, enfin, on avait mis assez d'argent de côté pour s'offrir un nouveau pardessus, c'était toute une économie que l'achat ! Et quand on avait épuisé ses ressources du mois, on le savait. On ne faisait pas ses comptes avec des cartes de crédit et des ordinateurs, mais avec de l'argent liquide ! Etre fauché, cela voulait dire ne plus avoir de sou. On retournait ses poches, navré, les yeux levés comme dans l'attente d'un signe céleste. Puis on essayait d'emprunter à un ami quelques billets jusqu'à la prochaine paie ; et ce jour-là, on remboursait dès que l'enveloppe était ouverte, car le généreux prêteur se trouvait justement là, comme par hasard !
Ainsi, se construit l'illusion inflationniste : ce qu'on nous donne d'une main, on nous le reprend d'une autre! Et la vie continue...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.