Soufiane Djilali craint des dérapages    Nouvelle loi électorale: la dernière ligne droite    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    La capitale sénégalaise à l'aube d'une journée sous tensions    Les Ivoiriens aux urnes samedi pour élire 255 parlementaires    Klopp calme le jeu pour Salah    Brèves    Brèves des Fédérations    Une approche intelligente    100 kg de drogue saisis et 11 suspects arrêtés    170 quintaux de kif saisis    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    «L'Algérie prend acte avec satisfaction»    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Assassinat de Ali Tounsi : la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Célébration de la fête du printemps    2.735 appels reçus sur le numéro vert et de secours    Le Président Tebboune reçoit trois dirigeants de partis    L'Algérie respecte toujours sa promesse de baisse de sa production    La CNMA lance une campagne de sensibilisation    Générale de la pièce «Cadavre»    Le MCA en quête de sa première victoire    La militante sahraouie Sultana Khaya reçoit le prix "Citoyenneté pour les droits de l'Homme" à la Rioja    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le déluge
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 01 - 2021

Les tribunaux sont en passe de transformer les milliards en instruments d'un nouveau jeu de bilboquet et l'inflation qui touche le dinar se vêt d'une curieuse compréhension à laquelle peu de citoyens s'attendaient. Les centaines de milliards des corsaires connus flottant à l'air ont donné aux institutions un visage de proxénète et tout le monde s'en accommodait pour que l'Algérie devienne un bien privé. L'inimaginable mise à nu de la manière avec laquelle des magnats arrivistes dans l'économie algérienne s'activaient à l'ombre des campagnes électorales ne s'arrête pas seulement à une histoire de malveillance envers la loi. Elle ne devrait pas s'arrêter au seul seuil d'une campagne présidentielle avortée.
Toutes les campagnes engagées par le président déchu ont obéi aux mêmes règles jusqu'à déteindre sur les modalités du choix des élus à tous les niveaux. Depuis 1999, il y a bien eu une première, une deuxième, une troisième et une quatrième campagne présidentielle et on imagine la masse d'argent qui a inondé les circuits secrets pour se demander dans quels coffres-forts elle est allée se nicher car l'entendement a de la peine à croire qu'une élection nécessitait une si colossale diarrhée.
Cent milliards par là. Trente et quelques à côté et mille autres ailleurs n'ont été fourgués que pour créer l'effacé de l'entendement. Ironiquement, une juge a été bien inspirée face à un faux gros bras en qualifiant sa générosité financière d'acte de management de grand génie. Il est en effet débile de croire que de curieux mécènes offrent des fortunes à la volée sans rien attendre en retour. Il est aussi saugrenu de croire que les bénéficiaires d'un déluge d'argent soit l'effet providentiel d'un don du ciel désintéressé.
Quand un chef de gouvernement s'investit en trabendiste et se fie sans pudeur et sans conscience au marché parallèle pour monnayer ses réels bijoux et sa conscience, tout est dit.
Il ne pouvait en être autrement dès lors qu'un homme de pouvoir local ou national, à quelque niveau qu'il soit, est agréé sur la base d'une culture et des procédés de piraterie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.