Le Président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contrerévolution    La liste s'allonge au fil des jours    Les contrôles seront renforcés au niveau des établissements pharmaceutiques    Une édition amputée de la participation étrangère    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Un front contre la normalisation avec l'Etat d'Israël    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Dernière ligne droite pour les Verts    Cap sur Omdourman    Un corps sans vie retrouvé au bord d'une falaise de la plage Cap Rousseau    Fermeture de la route menant au siège de la Wilaya    «La sécurité et la stabilité d'abord...»    Le danger de la polarisation    Le principal opposant retire sa candidature    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Une exposition plurielle sur l'Algérie à Marseille    Des associations s'opposent au contrôle d'identité au faciès    La parabole fraternelle de Robert Namia    Les soupçons de Tebboune    Forte hausse des fonds circulant hors banques    Priorité à la production nationale    4 décès et 163 nouveaux cas    L'avenir de Zemmamouche en question    ESS-Orlando Pirates au Ghana    CAF : Ahmad Ahmad sera fixé sur son sort aujourd'hui    FAF-SAS : Audience au TAS le 4 mars    Algérie Télécom à El Tarf : Les clients toujours insatisfaits    Marasme social à Souk Ahras : Chômage, droits bafoués et grogne syndicale    Le confinement partiel prorogé dans 19 wilayas    Les instructions de Tebboune    Le ministre ordonne sa fermeture    «Le rapport Stora a été mal compris»    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    "Les œuvres inachevées sont celles qui aboutissent le mieux"    Aïn Témouchent : Concours de photo : le niveau s'améliore    Exposition de peinture de l'artiste Hakim Tounsi à la villa Abdellatif à Alger : De la magie et de l'émotion à profusion    32e anniversaire de la disparition de Dda Lmulud : L'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Nécessité d'intensifier l'activité culturelle dans toutes les communes du pays    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Du verbiage et des actes    Bouira - Monoxyde de carbone : 4 personnes secourues    L'étude de près de 50.000 demandes de logement se poursuit: Plus de 16.000 dossiers étudiés et 5.129 rejetés par les commissions    Le discours officiel à l'épreuve    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 01 - 2021

Le consommateur algérien ressentait depuis le mois d'octobre dernier une hausse des produits de large consommation, partout dans le pays et sur tous les marchés à travers le territoire national. Conséquence de la crise sanitaire ou pas, les Algériens subissent de plein fouet une dégradation continuelle de leur pouvoir d'achat. Intervenant hier au Forum d'Echaab, le président de l'Association algérienne de protection et d'orientation du consommateur et de son environnement (Apoce), Mustapha Zebdi, a mis en garde contre la « dégradation du pouvoir d'achat des Algériens, surtout avec ce rythme de hausse des prix des produits de large consommation », a-t-il prévenu. « Le pire peut arriver si l'Etat n'adopte pas rapidement des mécanismes pour réguler les prix et assurer leur contrôle sur le terrain de la réalité », a-t-il encore indiqué, citant l'exemple du marché de gros de « Semmar » à Alger, qui connaît une «anarchie totale loin de tout de contrôle», a-t-il dit, allant jusqu'à le qualifier de « véritable cartel de la spéculation ». « La hausse des prix a commencé à se faire ressentir dès la fin de l'année 2020 et continue à prendre une courbe ascendante », a expliqué Mustapha Zebdi, niant que les « nouvelles taxes imposées par la loi de finances 2021 soient à l'origine de cette flambée des prix, puisque aucune nouvelle taxe n'a touché les carburants », a-t-il souligné. La hausse des prix qui a touché tous les secteurs a atteint « jusqu'à 40% d'augmentation pour les pâtes, de 2 à 7% pour les viandes, 40% pour l'acier, de 20 à 40% pour le matériel informatique et de 10 à 15% pour le lait et ses produits dérivés », a révélé le président de l'Apoce. Plaidant pour des mesures d'encouragement en faveur de la production nationale « qui ne peut pas être impactée par les fluctuations de la valeur du dinar » selon lui, l'invité du Forum d‘Echaab a encore révélé que « 70% des calories que consomment les Algériens sont importées, ce qui accentue l'insécurité alimentaire », a-t-il alerté. « Continuer à importer les produits de première nécessité, conjugué à la dégringolade du dinar, vont contribuer à compliquer la situation davantage », a-t-il affirmé, appelant à « soutenir les catégories fragiles de la société et non les produits eux-mêmes, et veiller à établir au plus tôt un fichier national pour les personnes nécessiteuses ». Pour sa part, Ali Hamani, président de l'Association des producteurs algériens de boissons (APAB), a jugé que « la fuite des responsabilités et les accusations que se lancent les uns et les autres ne permettent pas de trouver des solutions rationnelles au phénomène de la hausse vertigineuse des prix », a-t-il affirmé.
Attribuant la hausse des prix à l'anarchie qui règne dans les marchés en matière de respect des marges, Ali Hamani a déclaré que son association a réclamé une baisse de 5% des taxes sur les produits de première nécessité, «mais notre doléance n'a pas été prise en compte par les pouvoirs publics», a-t-il déploré. Rappelant les mesures prises par le président Tebboune en faveur de la préservation du pouvoir d'achat du citoyen, les catégories nécessiteuses en particulier, le président de l'APAB a révélé que «nous avons saisi le Premier ministre pour réclamer une révision des taxes contenues dans la loi de finances 2021, pour protéger le consommateur, surtout pour les eaux minérales dont la consommation connaît un bond remarquable depuis le début de la pandémie du Covid-19 », a-t-il affirmé.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.