Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    L'argent informel représente 34 % de la masse monétaire globale    Le Président ordonne la création d'un outil de contrôle    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    Le youtubeur "Fekrinho" retrouvé mort à la plage Cap-Roux    Texte intégral de la réunion du Conseil des ministres    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    La démonstration de force d'Ennahdha    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Le décret publié au "Journal officiel"    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des écarts de 500 dinars entre les villes du Nord et du Sud: Appel à réguler les prix des viandes rouges
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 01 - 2021

  Contrairement à ce qu'on pouvait redouter, le gel des importations des viandes rouges fraîches ou congelées, décidé par les pouvoirs publics depuis le dernier trimestre 2020 dans l'objectif de protéger la production nationale, n'a finalement eu aucune incidence négative sur le marché national. Bien au contraire, il fera économiser aux caisses publiques plus de 200 millions de dollars.
C'est le constat dressé par plusieurs opérateurs de la filière dont le président du Conseil national interprofessionnel des viandes rouges (CNIVR), M. Miloud Bouadis, qui a estimé dans une déclaration à l'APS que «le marché est suffisamment approvisionné par une production locale conséquente», notant que «les prix ont même enregistré une baisse relative». M. Bouadis a écarté, dans le même ordre d'idées, tout risque de rupture des stocks en prévision du mois de Ramadhan, période de forte demande sur les viandes rouges. «De nombreux engraisseurs se sont déjà mis à l'importation de veaux à l'engraissement destinés à l'abattage en prévision du mois sacré connu habituellement par une hausse considérable de la demande en viande bovine», a-t-il indiqué. La qualifiant de décision «salutaire» pour les professionnels de la filière, M. Bouadis a souligné que la suspension des importations des viandes rouges a toujours été parmi les principales revendications du CNIVR. Il a jugé à ce propos que l'importation de bovins vivants d'engraissement, au lieu des produits finaux, s'avère beaucoup plus rentable tant sur le plan nutritionnel que sur le plan économique. «En effet, l'importation de bétails vivants nous permet de tirer profit du cinquième quartier à savoir, les abats des bovins (foie et cœur, tête) qui constituent une source de protéines inestimable, en plus de leurs peaux qui représentent une matière première noble pour l'industrie du cuir», a-t-il fait valoir. D'autre part, il a affirmé que bon nombre d'opérateurs qui étaient versés auparavant dans l'importation de la viande rouge fraîche et congelée se sont reconvertis en éleveurs et engraisseurs. «Ce revirement positif a permis d'augmenter la production, tout en générant des emplois supplémentaires autour de cette activité (alimentation de bétail, abattage, distribution)», a-t-il argué. Un avis partagé par le président de la Fédération nationale des éleveurs (FNE), M. Djilali Azzaoui, qui s'est réjoui du gel des importations des viandes rouges, estimant que cette décision devrait encourager davantage les producteurs locaux. M. Azzaoui a toutefois tenu à préciser que les importations avaient toujours concerné la viande bovine, étant donné que l'offre du cheptel ovin sur le marché national a toujours été excédentaire même durant les périodes des grosses consommation tels les fêtes de l'Aïd El Adha».
Plaidant pour un soutien effectif en faveur des professionnels de la filière viande rouge (bovine et ovine), les présidents des deux organisations professionnelles se sont accordés à dire que «le soutien de la production nationale passe par les incitations fiscales en faveur des éleveurs et des engraisseurs ainsi que la subvention des prix des aliments de bétails». Sur le plan économique, tel que noté par le directeur général du commerce extérieur au ministère du Commerce, M. Khaled Bouchelaghem, le gel des importations des viandes rouges décidé par les pouvoirs publics, depuis le 4ème trimestre 2020, permettra à l'Algérie d'économiser plus de 200 millions de dollars.
A propos des prix à la consommation des viandes rouges, qui demeurent excessifs pour les petites bourses, le président de la FNE a relevé que les tarifs varient d'une région à l'autre, notant que l'écart des prix au kilo entre les villes du sud et les celles du nord peut atteindre jusqu'à 500 dinars. Un écart expliqué, a-t-il dit, par la règle de l'offre et de la demande. Pour sa part, le vice-président de la FNE, M. Brahim Amraoui, impute la hausse des prix au niveau des grandes villes, essentiellement, au grand nombre d'intervenants dans la chaîne de commercialisation. Outre la loi de l'offre et de la demande qui influe sur les prix et les frais des transports, a-t-il expliqué, il y a aussi beaucoup d'»intermédiaires» sur la chaîne de distribution avec une marge bénéficiaire pour chaque intervenant au détriment du consommateur final. C'est ce qui explique, selon lui, la «disparité des prix» entre les zones de production (la steppe) et les autres régions», a-t-il déduit.
Abondant dans le même sens, la chargée d'étude auprès du ministère de l'Agriculture et du Développement rural, Sabrina Ichou, a insisté, enfin, sur la nécessité pour les acteurs de la filière de s'organiser pour rendre les prix plus abordables. Selon la même responsable, «les associations interprofessionnelles doivent s'entendre, y compris sur les marges bénéficiaires à travers des contrats prédéfinis afin de réguler les prix des viandes qui restent excessifs malgré une production conséquente qui dépasse 50 millions de quintaux par an».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.