Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    Le nouveau gouvernement se fixe 12 objectifs durant la phase transitoire    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    50 kilomètres en deux ans    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tribune - Un rapport, une méthode
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 01 - 2021

  Il règne en France et en Algérie, une grande ignorance sur ce que fût l'histoire complexe des Algériens: leurs engagements politiques anciens, leurs croyances religieuses préservées, leurs rapports maintenus à la langue arabe, française, berbère Mon rapport, très discuté partout, propose précisément une méthode qui privilégie l'éducation, la culture, par la connaissance de l'autre, et de tous les groupes engagés dans l'histoire algérienne.
C'était la démarche des regrettés Jacques Berque et de Mohammed Arkoun : par la connaissance concrète, érudite, faire baisser la peur de l'autre, réduire la part de fantasmes, s'éloigner des mémoires dangereuses qui se sont développés dans les deux sociétés. La plupart de ceux qui critiquent vivement, en Algérie, mon rapport ne connaissent peut-être pas mes livres (ma biographie de Messali Hadj, de Ferhat Abbas, le dictionnaire biographique des 600 biographies de militants nationalistes algériens, élaboré tout seul, publié en France en 1985 ; ou mes biographies de De Gaulle et de Mitterrand….). Ils sauront que j'ai simplement proposé dans mon Rapport une méthode qui est la mienne depuis longtemps: connaître les motivations, la trajectoire de tous les groupes de mémoire frappés par cette guerre dévastatrice, patiemment (cela fait plus d'un demi-siècle que je travaille et j'enseigne sur cette histoire) pour faire reculer les préjugés et le racisme; avancer pas à pas, par des exemples concrets, pour comprendre la réalité terrible de la conquête de l'Algérie et du système colonial (massacres de civils, exécutions sommaires, essais nucléaires, disparus, prises d'archives); et ne pas se contenter de s'enfermer dans la répétition de discours politiques, donc de trouver les moyens, par des exemples pratiques, de transmettre aux nouvelles générations leurs histoires réelles. Nous avons pris bien du retard, en France et en Algérie, dans tout ce travail d'éducation, si nécessaire, précisément pour faire comprendre la réalité du système colonial. Les discours d'excuses ne doivent pas être des mots prononcés un jour pour se débarrasser le lendemain d'un problème si profond. C'était ma démarche pour ce rapport : celle préconisée par les « ancêtres » du nationalisme algérien (Messali, Abbas et Ben Badis) qui n'ont cessé de promouvoir la connaissance, l'instruction pour relever les défis posés à la société algérienne. Après la longue période d'installation d'une occultation pendant trente ans, de l'indépendance des années 60 aux années 90 de la « décennie noire » ; puis, celle d'un retour, dans la période 1990-2020, de toutes les mémoires et de leur enfermement victimaire en France, (parce que tout le monde veut absolument avoir eu raison dans le passé), il est temps que commence, peut-être, un troisième cycle : celui du dévoilement des motivations de l'autre et les connaissances réciproques. Un moment de sortie d'une rente mémorielle, et la volonté de condamnation définitive d'un système, la colonisation, qui appartient, je l'espère, à une histoire ancienne.
Mon rapport est une modeste contribution pour ce passage d'un cycle à l'autre. Après plus de cinquante ans de travail sur cette histoire, je vois que de nouvelles générations d'historiens, de chercheurs, d'écrivains, d'artistes s'engagent pour porter ces volontés de réconciliations mémorielles. J'espère qu'ils réussiront.
(Mon Rapport sera publié en France fin-février 2021 aux éditions Albin Michel, sous le titre « Les passions douloureuses »).
*Historien, Professeur émérite des universités


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.