Chaînes humaines devant les bureaux de poste et les GAB: Force publique et huissiers face à la grève    Des citoyens protestent à Tizi-Ouzou    A l'instar des précédents ramadhans: Tension sur le lait en sachet    Fin de mission ou redéploiement ?    L'ASELCT, une association SDF !    MC Oran: Une copie à revoir pour Madoui    ES Sétif: Une Entente en demi-teinte    MARMELADE DES TEMPS NOUVEAUX    Fruits et légumes: Les prix de la pomme de terre et la tomate continuent leur flambée    Adrar: 90 étudiants victimes d'une intoxication alimentaire    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    Quand la vie se résume à un poème    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Mbappé préféré à Haaland    Brèves Omnisports    Tirage au sort mercredi    L'Abef allège le recours au Credoc    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Le rêve inachevé    Les mesures de Rezig invisibles    Le chiffre «insolite» de la vaccination    Les spécialistes s'y opposent    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le Conseil de sécurité de l'ONU soutient le mécanisme    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Témoignage inédit et émouvant sur Matoub Lounès    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Moins nombreux, mais toujours déterminés    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Le gouvernement allège la procédure    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    La libération des détenus d'opinion réclamée    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Le processus électoral est inéluctable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tébessa: Hausse des prix des aliments du bétail : le problème reste posé
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 02 - 2021

A vrai dire, le problème de la spéculation dans les produits fourragers reste posé et les éleveurs ne décolèrent pas et reviennent à la charge, dès que la situation se dégrade. Ceci a été soulevé pour la énième fois, à l'occasion de la réouverture des marchés à bestiaux, à travers la wilaya de Tébessa, revendiquant l'ouverture d'une enquête, afin d'élucider les tenants et aboutissants d'un dossier très sensible, notamment pour ce qui est des bénéficiaires du son (noukhala), qui a grimpé jusqu'à 4.000 DA le quintal, matière fourragère subventionnée par l'Etat.
D'autres plantes fourragères utilisées dans les aliments des bétails deviennent, à leur tour, hors de portée de certaines catégories d'éleveurs, vu la hausse de leurs prix, citons la luzerne 900 DA la meule, ou encore le foin (600 DA), sans oublier le quintal de maïs cédé à pas moins de 5.000 DA, le quintal, selon les éleveurs rencontrés au marché à bestiaux de Chéria, le plus important de la wilaya. Toute cette hausse vertigineuse des fourrages a des incidences sur les coûts de l'élevage des charges supplémentaires au détriment des éleveurs.
Un marché des fourrages caractérisé par l'anarchie dans la distribution, qui au final profite aux spéculateurs, en particulier en cette période de sécheresse où la demande augmente. Certains propriétaires de minoteries (productrices de son à partir de blé) n'ont pas obéi aux directives du ministère de l'Agriculture, dans l'attribution du son, préférant le commercialiser selon leurs intérêts.
Conséquences immédiates, la chute des prix des animaux destinés à l'abattage, des maquignons parlent d'une baisse de près de 50%, de la valeur des bêtes.
Premiers bénéficiaires, les bouchers, coronavirus oblige, ceux-ci peuvent acquérir des moutons à des prix bas, sauf que le prix des viandes rouges, lui demeure élevé (1.200 DA/le kg).
Pour rappel, le cheptel de la wilaya de Tébessa compte plus d'un million de têtes dont presque 90% de l'espèce ovine, la région de Thlygene et Chéria accapare, à elle seule, 70% du total.
Une richesse animalière en déperdition, toujours sous les risques de la pandémie, mais surtout victime des dangers d'un marché aléatoire, d'un circuit de distribution des fourragers entre les mains de gens, qui se présentent sous l'étiquette d'éleveurs !!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.