Allègement des hôpitaux: vers la reconsidération des services d'urgences de proximité    Sétif : le spectacle "Rassassat ghadr" reproduit le début des massacres du 8 mai 1945    Fedissah: La question sahraouie ne peut être résolue que par un référendum d'autodétermination    L'Allemagne demande des explications au Maroc au sujet de la décision de convocation de son ambassadeur à Berlin    Découverte du cadavre d'une personne à Oued Mitar à Boussaâda    Real : Zidane prêt à s'en aller si le club l'exige    ASO Chlef : Un gardien de but à la rescousse    Habitudes de consommation durant le ramadhan à Constantine : Quand la galette fait de l'ombre au pain    Visite du ministre de l'habitat à Biskra : Remise des clefs de 1735 logements sociaux    MC Alger – WA Casablanca : Avancé pour ce vendredi    Législatives: le délai pour l'examen des dossiers de candidatures prend fin dimanche    Les massacres du 8 mai 1945 en Algérie, une continuité des grandes répressions de la conquête française    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Tirage au sort lundi au Caire    Doigts de kounafa    Un nouveau recteur pour Tizi    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    "PAS DE MUSELIÈRE"    Des choix budgétaires très compliqués    Lourdes accusations contre les syndicats    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    CFA : Première réunion lundi    Le CNRC veut assainir la liste des importateurs    Forte mobilisation à Alger    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Santé: Lancement du Registre des refus de don d'organes    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    L'ambassadeur du Mozambique à Annaba    Les slogans sortis de laboratoires    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    La pasionaria Djamila Boupacha    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'INTENSITE DE LA BRAISE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 02 - 2021

Dans l'ordre moins convenu de la vie politique algérienne, les commentaires et les appréciations sur la dernière initiative du président de la République entament leur foison et chacun y va avec ses vérités. Les prédictions sont pléthores selon les convictions, mais nul ne pourra prédire les futures décisions du chef de l'Etat et les oracles qui s'avancent devraient s'en tenir à plus de circonspections. C'est une lapalissade que d'affirmer que le Parlement sera dissous et c'est se fourrer le doigt dans le nez que d'entrevoir un changement du gouvernement dans l'immédiat, en tablant avec une fausse certitude sur une mésentente entre le Président et son Premier ministre. C'est aussi se méprendre que de croire que des partis politiques trop ancrés dans la vie du pays sont appelés à une jetée aux orties d'un geste de la main, car une nouvelle articulation nationale que tout le monde appelle n'est pas un exercice facile et l'on doit admettre qu'affronter la multiplicité des problèmes n'offre pas un volontarisme non mesuré qui pourrait s'avérer suicidaire.
Il a été souhaité, souvent réclamé, que le Parlement soit dissous car il est en effet inconcevable que des parlementaires qui ont accompagné dans leur majorité, tambour battant, les pérégrinations bouteflikiennes se voient accorder le privilège de tourner le dos à leur ancien engagement. L'équation n'est pas simple car depuis l'indépendance du pays, rares ont été les acteurs politiques qui ne se sont pas conformés à l'orientation et à l'empreinte du vent. Le peuple a toujours, bon gré mal gré, suivi pour donner l'impression de se mettre en porte-à-faux avec les théories qui ne permettent pas de garder les pieds sur terre et qui risquaient de contrarier un mariage docile avec la rente devenue sacrée.
L'Algérie n'est ni Alger, ni Oran, ni Constantine. Elle l'est encore moins dans les humeurs dogmatiques des salons et des grandes villes.
On a beau rôle à étaler des principes universels quand on est loin du four et la plus grande des erreurs à faire est de prétendre connaître parfaitement les profondeurs populaires. Le principal atout, sans doute l'unique, du chef de l'Etat est de connaître l'intensité de l'actuelle braise et de quoi elle est née.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.