Chaînes humaines devant les bureaux de poste et les GAB: Force publique et huissiers face à la grève    Des citoyens protestent à Tizi-Ouzou    A l'instar des précédents ramadhans: Tension sur le lait en sachet    Fin de mission ou redéploiement ?    L'ASELCT, une association SDF !    MC Oran: Une copie à revoir pour Madoui    ES Sétif: Une Entente en demi-teinte    MARMELADE DES TEMPS NOUVEAUX    Fruits et légumes: Les prix de la pomme de terre et la tomate continuent leur flambée    Adrar: 90 étudiants victimes d'une intoxication alimentaire    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    Quand la vie se résume à un poème    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Mbappé préféré à Haaland    Brèves Omnisports    Tirage au sort mercredi    L'Abef allège le recours au Credoc    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Le rêve inachevé    Les mesures de Rezig invisibles    Le chiffre «insolite» de la vaccination    Les spécialistes s'y opposent    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le Conseil de sécurité de l'ONU soutient le mécanisme    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Témoignage inédit et émouvant sur Matoub Lounès    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Moins nombreux, mais toujours déterminés    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Le gouvernement allège la procédure    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    La libération des détenus d'opinion réclamée    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Le processus électoral est inéluctable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tébessa: La contrebande en question
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 02 - 2021

Dans les années 80-90, la contrebande a gangrené fortement l'économie de la wilaya frontalière de Tébessa, directement exposée, de par sa position géographique, d'une bande de frontières terrestres longue de plus de 290 km, du nord au sud, où se situent 10 communes, véritable passoire pour les contrebandiers.
Tébessa faisait aussi, le passage pour les trafiquants en provenance des autres villes de l'intérieur du pays. Le carburant en premier, subventionné et largement disponible chez nous, est revendu de l'autre côté des frontières à des prix élevés, naturellement en dinars tunisiens, qui lui est converti 6 fois sa valeur en monnaie nationale, et le compte est fait ! dans le temps on faisait exporter frauduleusement des quantités de produits alimentaires subventionnés (lait, semoule, sucre, huile...), matériaux non ferreux, pour importer en contre partie de la pièce détachée, de la fripe ( !!) ou encore des médicaments. Ironie du sort, la contrebande perverse pour certains, continue de subvenir aux besoins de milliers de foyers, des gens qui, faute d'activités légales ou de postes de travail, versent facilement dans le trafic, seul recours pour survivre, diront des centaines de jeunes exclus du système éducatif, de pères de famille mis au chômage, à cause d'une conjoncture économique délétère. L'image n'a pas trop changé, le marasme socio-économique entraîne des catégories de citoyens à s'orienter malgré eux, vers des activités illicites de la contrebande. A El Meridj, Ain Zerga, El Houijbet ou encore dans le sud, à Oum Ali, Bir El Ater et Negrine, le trafic s'est banalisé et devenu une pratique lucrative, des jeunes passeurs au risque de leur vie osent braver les dangers de la route, en se portant volontaires, conducteurs de moyens de transport, éclaireurs, magasiniers, les produits destinés à la contrebande se font acheminés et escortés, jusqu'à destination, pour être pris en charge par d'autres éléments postés en territoire tunisien, les transactions se réalisent au grand jour, avec à la clé des centaines de millions de dinars circulant en dehors de tout contrôle. Le circuit de l'informel fera le reste pour réinjecter les sommes d'argent dans des opérations d'achat de foncier, parmi les gros bonnets notoires connus dans la région. Ainsi se sont faites des fortunes colossales, pendant ce temps-là, les petits trafiquants tirent leur épingle du jeu, avec quelques sous glanés de leur témérité. Certes la fermeture des frontières durant la pandémie du coronavirus a vu la cadence de la contrebande baisser, un peu, la cherté de la vie des deux côtés des frontières a rendu la tâche difficile pour l'activité de trafic. Les commerçants de Tébessa se disent frustrés, eux qui d'habitude faisaient fructifier leurs commerces avec les clients tunisiens. Ceux-là achetaient tout, denrées alimentaires, ustensiles de cuisine, appareils électroménagers, détergents, articles vestimentaires. Une fois chez eux, nos voisins revendaient les cargaisons transportées par voitures entières, réalisant des dividendes, tout simplement grâce toujours au coût surévalué de leur monnaie sur le marché parallèle. Le climat socio-économique morose tend à se perpétuer, les petites gens se débrouillent autant qu'elles peuvent, les petits boulots improvisés donnent une bouffée d'oxygène à des milliers de sans emploi « c'est le combat au quotidien, il faudrait survivre, mieux que d'aller fouiner dans des affaires criminelles, de vol, d'agression ou de vente de drogue ! », dira un jeune revendeur d'orangers introduits de ... Tunisie !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.