Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rompre vite avec nos vieux démons
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 02 - 2021

Le démenti cinglant apporté aux informations relatives à une prétendue rupture soudaine, par un processus qualifié de réengagement, de la doctrine algérienne de non intervention militaire à l'extérieur de son territoire et de respect absolu de l'intangibilité des frontières de ses voisins, rend plus que jamais nécessaire, voire vital pour l'Algérie, d'éviter toute forme de tutelle qui lorsqu'elle a l'opportunité de se mettre en place, a le plus souvent pour conséquences d'entraver l'émancipation de ce pays et de l'affaiblir.
Ce pays veut légitimement déployer son ambition de puissance régionale incontestable qui ne doit compter que sur ses moyens exclusifs et qui, le cas échéant, sur d'anciennes et puissantes alliances stratégiques qu'il peut, à tout moment et si besoin est, solliciter.
Nul ne peut inciter l'Algérie à intervenir dans des territoires qui lui sont voisins mais pas étrangers et avec lesquels elle partage une communauté de destins scellée non seulement par une religion commune mais aussi par des échanges transfrontaliers très anciens. Et dans ce contexte précis, l'Algérie s'est seulement réservée le droit légitime d'anticiper, de riposter et même de poursuivre, en dehors de ses frontières, et elle en a la puissance de feu nécessaire, toute entité voisine ou pas, seule ou soutenue et inspirée par des parties et des puissances étrangères, qui s'aventurerait à tenter de l'agresser et de porter atteinte à sa sécurité nationale.
Le Sahel tout comme l'était le Vietnam devient un véritable bourbier pour ceux qui s'y engouffrent avec armes et bagages et qui empêchent les vertus du dialogue et de la négociation, seules clés véritables à la stabilisation d'une région qui, ne l'oublions-pas, souffre plutôt du délitement de ses élites et de l'effritement de ses états-nations, de se mettre en place.
Le grand Sahara algérien qui regorge de ressources naturelles et de métaux précieux, encore inexploitées, a vocation, selon de nombreux observateurs y compris internationaux, à devenir le nouvel eldorado de l'Algérie. Cette situation d'extrême richesse potentielle pour l'Algérie et pour son peuple suscite envies et jalousies et constitue peut-être le véritable objectif de prédation de ceux qui prétendent vouloir pacifier le Sahel en y déployant des forces armées. Le désengagement est donc plutôt beaucoup plus dans l'air du temps que le réengagement.
La vigilance de l'Algérie doit donc être permanente et une armée qui se professionnalise et monte en puissance, tout en ne révélant pas encore sa véritable envergure, est incontournable dans tout ce qui concerne la gestion des turbulences qui entourent ce pays continent. Et face à cette ambition, le front interne qui a besoin, lui, d'apaisement et de consolidation ne semble pas percevoir encore les signaux nécessaires, notamment ceux émanant des politiques mises en place, qui induisent l'espoir.
Et qui va supporter, encore une fois, et combler les insuffisances politiques internes qui sclérosent et consument les ambitions de ce peuple qui espère plutôt plus de ruptures y compris en termes de gouvernance que de décisions qui ont certes le mérite d'exister mais qui pourraient, peut-être, s'avérer insuffisantes ? La question mérite, en tous les cas, d'être posée.
Les premières ruptures attendues pourraient ainsi concerner la manifestation véritable que le rajeunissement, sous toutes ses déclinaisons, est une réalité tangible, l'accès équitable aux responsabilités, la consécration de la compétence et du mérite au détriment de la cooptation plus que des vœux pieux et l'ouverture à la diversité des medias lourds publics plus qu'un slogan. D'autres initiatives encore pourraient également s'avérer fécondes.
La société civile existe, bel et bien, dans ce pays et est une réalité. Politisée, aimant sa patrie et très consciente des enjeux géopolitiques et géostratégiques qui caractérisent l'espace régional qui entoure ce pays, elle saura toujours empêcher toute manipulation qui tenterait de pervertir ses ambitions et d'en extraire la matrice éminemment patriotique. Bien qu'elle ait été souvent réduite au silence sous l'effet conjugué de la répression et de l'appauvrissement, elle peut vite réincarner son rôle historique inspiré uniquement des valeurs de Novembre 1954. La réémergence de ce socle qui, dans tous les états qui sont de droit ou qui aspirent à le devenir, sert toujours d'amortisseur à toutes les turbulences auxquelles il donne du sens en empêchant toute mésaventure, ne peut être l'œuvre de procédures décrétées mais le fruit de la mise en place de véritables mécanismes de dialogue, de concertation, d'écoute et de relais de communication avec toutes celles et tous ceux qui, dans ce pays, ont quelque chose d'utile à dire et/ou à proposer. La révocation, même en douceur, de ce bouillonnement sociétal qui pourrait se compliquer en devenant social, produirait l'effet contraire de celui escompté et ne serait aucunement porteuse de plus-value.
Le temps nous est compté. Il faut faire vite et le challenge qu'il faut gagner est plutôt de faire preuve d'imagination et de patriotisme pour trouver les réponses adéquates qui permettent de consacrer le seul cap qui mérite de l'être, l'émergence politique et économique de ce pays que rien ne doit plus freiner ni empêcher.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.