Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 03 - 2021

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati a déclaré, hier lundi, que l'Algérie « est profondément inquiète de la montée préoccupante de la cybercriminalité dans le monde». Prenant part au 14e Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale qui se tient à Kyoto (Japon), Belkacem Zeghmati, a également indiqué que l'Algérie avait présenté sa candidature pour la présidence du Comité spécial chargé d'élaborer une convention internationale globale sur la lutte contre l'utilisation des technologies de l'information et des communications (TIC) à des fins criminelles. Se félicitant de la création du Comité spécial chargé d'élaborer une convention internationale globale sur la lutte contre l'utilisation des technologies de l'information et des communications (TIC) à des fins criminelles, en vertu de la résolution de l'Assemblée générale de l'ONU 74/247", le ministre de la Justice, garde des Sceaux, qui s'exprimait en visioconférence, a affirmé que l'Algérie « demeure convaincue que le développement durable et la suprématie de la loi sont intimement liés ». Le Premier ministre, Abdelaziz Djerrad, avait déjà, par le passé, rappelé la Convention des Nations unies contre la corruption que l'Algérie a ratifiée, «l'instrument le plus approprié pour fonder l'action de l'Etat dans le recouvrement des avoirs issus des crimes de corruption», avait-il déclaré. Respectueuse de la convention onusienne de lutte contre la criminalité transfrontalière et ses protocoles, l'Algérie « œuvre en permanence à adapter son arsenal juridique national avec les conventions et normes internationales pertinentes », a encore déclaré le ministre de la Justice, ajoutant que l'Algérie « reconnait le rôle du mécanisme d'examen dans l'amélioration de la mise en œuvre des conventions onusiennes de lutte contre la corruption et la criminalité organisée transfrontalière, et son apport en matière d'assistance technique aux pays qui en ont besoin ». « La situation particulière que connaît l'Algérie du fait de sa position géographique et de l'impact des situations sécuritaire, politique et économique dans son entourage, autant de facteurs qui forment un terreau fertile pour la prolifération du trafic des migrants et des demandes de rançons », a relevé Belkacem Zeghmati, rappelant, au passage, que « la proximité géographique de l'Algérie de l'un des plus grands centres de production et d'exportation de cannabis ; une situation qui engendre trafic illicite des stupéfiants, blanchiment d'argent et corruption, en témoignent les analyses et rapports rendus par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) », a-t-il dit. Le Garde des Sceaux a également mis en avant l'intérêt accordé par le Congrès aux nouvelles formes de criminalité et à la question du trafic des biens culturels, notamment les atteintes au patrimoine culturel mondial, rappelant à l'occasion que « l'Algérie a de tout temps mis en garde contre la corrélation entre l'instabilité politique et sécuritaire et le pullulement des activités criminelles organisées, sous toutes leurs formes ».
S'agissant de la lutte contre la criminalité transnationale organisée et la corruption, Belkacem Zeghmati a relevé qu'en dépit des « résultats positifs réalisés dans le cadre de la mise en œuvre des deux conventions onusiennes pertinentes, il est regrettable de voir encore des barrières se dresser devant le recouvrement d'avoirs ». Ce dernier a réitéré, dans ce cadre, l'appel lancé par l'Algérie en direction de « tous les Etats membres pour l'application de leurs engagements internationaux et à une intensification des efforts pour faciliter le recouvrement des avoirs ». « L'Algérie affirme que l'administration, la gestion et l'utilisation des avoirs recouvrés relèvent en premier lieu de la responsabilité de l'Etat demandeur », a-t-il souligné, notant l'importance de « recouvrer les avoirs sans condition dans le strict respect des droits souverains des Etats », a-t-il conclu.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.