Election des rédacteurs de la nouvelle Constitution    Le pays affiche une croissance négative de 3% au premier Trimestre 2021 : La Tunisie au creux de la vague    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Evocation innovante de la mémoire meurtrie    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Atlético : Suarez a une préférence pour son avenir    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les (mauvaises) manières du «discours»    Nouvelle opération de déstockage    L'Anie sous haute surveillance    Le coup est jouable    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Les causes d'une déconfiture    L'ouverture des frontières au menu    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Réception de 3.400 doses    "La situation épidémiologique est maitrisée"    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





DIFFERENTES FACETTES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 04 - 2021

Le FFS tourne finalement le dos aux prochaines élections. Sa prise de position rejoint celle du RCD pour marquer le désintérêt d'une partie importante de la classe politique à l'adresse de la feuille de route tracée par le président de la République. L'audience, accordée par lui aux responsables du parti fondé par Aït Ahmed, n'a pas payé et on devine à l'avance le goût de la sauce électorale dans les localités où ces deux partis politiques sont solidement ancrés. En outre, après d'âpres démêlés au cœur du PT, on ignore encore à quel sort est vouée sa présidente Louisa Hanoune et quelle tangente prendra son parti qui avait lui aussi annoncé que les élections prochaines ne le concernaient pas.
Prévisibles à la veille de chaque élection, les échauffourées au sein des partis n'étonnent pas et on devine les remous souterrains qui animent aujourd'hui les périmètres politiques larges ou réduits. A quelques exceptions, toutes les rumeurs fusent du centre des tiraillements, à défaut, comme à l'accoutumée, d'un échange d'idées fertiles malgré la mise en avant des débats idéologiques trop creux, loin du niveau de la grande crise multiforme que vit le pays. Se mêlent les prétentions humaines démesurées pour des valorisations individuelles douteuses avec les opportunismes variés pour une place assise dans les institutions nationales, quitte à livrer son âme au diable. L'essentiel est d'arriver à forcer la porte pour se garantir des avantages financiers et matériels multiples. Les politiques algériens sont ainsi dans leur majorité. La dignité, qualité devenue rare, préfère amadouer les déceptions et les rancœurs et se fait malheureusement muette. Pour le moment, la trame des futurs engagés face aux électeurs n'est pas connue sauf qu'il est à craindre que ceux qui sont rôdés à l'exercice électoral se voient offrir un large boulevard pour se déployer et il n'est pas écarté que les Algériens soient renvoyés à d'inextricables situations déjà vécues. La couleur de la société algérienne avec ses différentes facettes dissemblables étant connue et devenue ancrée, il est certain que le gros des marcheurs du vendredi n'ira pas voter laissant le champ libre à ceux qui tiennent à configurer le pays à leur image.
Dès lors, un fort taux d'abstention au suffrage prochain n'est pas sans grand danger. Il ne se limitera pas seulement à la comptabilité des bouderies des partis et d'une frange de la population, mais peut avoir des conséquences fâcheuses politiques et économiques pour l'Algérie. Y compris avec des pays amis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.