Man United : Solskjaer ne facilitera pas la tâche à Man City    Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen - Ansej : des transporteurs réclament l'effacement de leurs dettes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 04 - 2021

Les jeunes ayant bénéficié ces dernières années de véhicules de transports (Peugeot Boxer), dans le cadre du dispositif d'aide à l'emploi des jeunes (ANSEJ), sont confrontés à des pannes fréquentes de leurs motorisations diesel et à des problèmes techniques récurrents.
En effet, tout le monde a dû remarquer les queues formées chaque jour devant les garages de réparation mécanique. A vrai dire, le rêve a tourné au cauchemar pour ces nombreux jeunes. «Tout est perdu pour moi et pour mon projet de transporteur public dont j'avais bénéficié auprès de l'ANSEJ en 2012 ! Mon véhicule Peugeot Boxer de 130 chevaux m'a coûté environ 243 millions de centimes, mais je n'arrive plus à travailler avec en raison des pannes répétitives ! Au début j'ai commencé à faire le transport public avec mon véhicule, mais après une année, les problèmes des pannes de turbo, de pompe à l'huile et des injecteurs ont commencé. Ces organes ne résistent pas aux contraintes plus importantes de pression d'injection et de turbo, de régime moteur et de couple, selon mes informations. J'ai ouvert le moteur après avoir circulé quelques 110 000 kilomètres. Je l'ai ouvert deux fois et j'ai découvert que le demi-moteur du bas est de marque Ford. Celui du haut est de marque Peugeot. Mon véhicule n'est aujourd'hui qu'une épave garée devant le garage du mécanicien. Les pièces coûtent très cher, je suis devenu un chômeur embarrassé et endetté ! », se plaint Kheir-Eddine Khenafou, un jeune de Hennaya. De son côté, le jeune Nasreddine Belmahi de Tlemcen explique que « le turbocompresseur de Peugeot Boxer coûte près de 22 millions de centimes chez la maison Peugeot. Chez les vendeurs de pièces détachées, on le retrouve à 14 millions de centimes mais il n'est pas d'origine. Moi ça fait à peine 4 à 5 mois que j'ai changé un turbocompresseur et voilà je suis revenu chez le mécanicien pour remettre un autre. Si le turbo est endommagé c'est tout le moteur qui coule ! Les frais de réparation peuvent facilement aller jusqu'à 80 millions de centimes ! J'ai également changé le démarreur made in Germany après avoir roulé quelques 13 000 kilomètres. Est-il normal qu'un véhicule tout neuf commence à perdre de l'huile à seulement 6 000 kilomètres de circulation ? Ça m'est arrivé à moi ! J'ai payé près de 130 millions de centimes rien que pour les pannes. Je lance un appel au président de la République pour trouver des solutions à tous les jeunes qui sont dans cette situation critique. Je veux une commission d'enquête ou des experts spécialisés dans ce domaine pour faire leurs constations sur tous ces types de véhicules. Je veux un véhicule sûr et de bonne qualité pour continuer à travailler ! Je ne sais vraiment pas comment faire face aux remboursements de mes dettes bancaires. Il y a aussi les frais des cotisations de la CASNOS et des pénalités à supporter, et des vidanges à faire chez le concessionnaire qui reviennent très cher ! C'est impossible de payer ces charges, c'est très lourd pour moi, car j'ai trop dépensé pour réparer mon véhicule. Je demande l'effacement de mes dettes à moi et à tous les jeunes en difficulté. Les jeunes propriétaires de véhicules utilitaires de type Volkswagen de 130 chevaux qui ont eu un problème de joint de culasse ont été tous indemnisés, pourquoi pas nous ! ».
A la cité de la gare de Hennaya, une dizaine de véhicules sont garés depuis plusieurs mois devant le garage d'un mécanicien. « C'est un vrai problème qui se pose aux jeunes de l'ANSEJ qui sont dotés de véhicules de marque Peugeot Boxer pour travailler dans les transports publics. Les pièces coûtent très cher! Ces véhicules sont fragiles et il leur faut du carburant super pour pouvoir rouler et non du gasoil », affirme ce mécanicien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.