Juventus : Ronaldo n'ira pas au Sporting    Real Madrid: Zidane aurait pris sa décision    Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables    Délégation nationale aux risques majeurs: Promulgation d'un décret exécutif    Exactions au temps du Hirak : Affaire d'Oran, la fabrication de l'ennemi    Inondations à M'sila: la PC découvre un cadavre    Vendredi 117 : Marche empêchée et des interpellations y compris de journalistes    Mali: démission du gouvernement, Ouane reconduit    Coronavirus: 170 nouveaux cas, 134 guérisons et 5 décès    Palestine: Session publique du Conseil de sécurité dimanche    Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    CRB-EST, maintenu pour le 15 mai à 17h    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 04 - 2021

L'ancien émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross, a déclaré que la décision de l'ex-président américain, Donald Trump, de reconnaitre la prétendue «souveraineté» du Maroc sur les territoires sahraouis est «irréfléchie» et «dangereuse», plaidant pour le retour des Etats-Unis à leur position antérieure en faveur du plan de règlement de l'ONU.
Dans une déclaration publiée, samedi, sur sa page Facebook, M. Ross rappelle que l'ancien Conseiller à la sécurité des Etats-Unis, John Bolton et lui-même ont abordé, le 14 avril dernier, lors d'une visioconférence organisée par le Barreau de New York la question du Sahara Occidental et son examen par l'administration Biden.
L'ancien diplomate américain, réaffirme son rejet de la décision de Trump «en raison du tort que cela causerait sur trois fronts, à savoir, le processus de négociation, la région et la politique américaine».
«Bolton et moi avons demandé son annulation. Bolton l'a fait parce qu'il croit qu'un référendum pour déterminer l'avenir du territoire (sahraoui) reste possible et devrait être organisé», écrit Ross.
«A ce jour, aucun autre grand pays - pas même la France - n'a emboîté le pas, et pour cause. La décision était gratuite», relève Ross car, explique-t-il, la normalisation des relations entre le Maroc et l'entité sioniste en échange de la reconnaissance par les Etats-Unis des revendications marocaines au Sahara occidental «n'était pas nécessaire».
Les relations entre le Maroc et l'entité sioniste «sont anciennes et étroites», même si, d'après lui, «elles ont été pour la plupart hors de la vue du public».
S'agissant du processus de négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario, mis en place en 2007, pour déterminer le statut futur du Sahara occidental, «la décision de Trump, à moins qu'elle ne soit annulée, servira à durcir davantage les positions des parties, en rendant les négociations plus insolubles» et en prolongeant les épreuves que subissent les réfugiés Sahraouis, met-il en garde.
En ce qui concerne l'impact de cette décision sur la région, M.Ross, estime que «le fait de rendre les négociations plus difficiles retardera encore davantage tout progrès vers la coopération régionale dans le domaine de lutte anti-terroriste et d'autres questions liées à la sécurité, l'intégration régionale et aux secteurs économique et commercial».
De son avis, «la coordination et l'intégration sont essentielles pour la sécurité, la stabilité et le bien-être des Etats d'Afrique du Nord et du Sahel et, par ricochet, de l'Europe».
Pour ce qui de la politique américaine, il considère que «la décision de Trump va à l'encontre d'une longue tradition de soutien des Etats-Unis aux principes de la non-acquisition de territoire par la force et du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes».
Ces principes «quelquefois n'ont pas été honorés lorsque des intérêts vitaux des Etats-Unis étaient en jeu, mais ce n'est certainement pas le cas en ce qui concerne le Sahara occidental», fait-il remarquer.
Aussi, il prévient que «la décision de Trump «bouleverse également l'équilibre délicat de la posture des Etats-Unis dans la région en abandonnant la politique de neutralité relative concernant le Sahara occidental qui, selon lui, a bien servi son pays pendant des décennies».
La conclusion de cet accord, nuirait, d'après Ross, « inutilement» aux relations des Etats-Unis avec l'Algérie, pays avec lequel Washington entretient d'»importants liens économiques, commerciaux et sécuritaires».
Pour toutes ces raisons, l'ancien envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU (2009-2017) estime que «l'administration Biden devrait revenir à la position antérieure des Etats-Unis en faveur du processus de négociation établi par le Conseil de sécurité de l'ONU.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.