La bataille des listes n'est pas terminée    Réactions mitigées des partis politiques    Rezig face au test de la permanence    Le Cnese en phase de propositions    Des enseignants universitaires véreux    Appel à l'unité des rangs jusqu'à l'indépendance    Israël et l'ONU au banc des condamnés    Pour qui roulent-ils?    Un casting XXL pour la succession de Pirlo    Mané vit sa pire saison    Cavani officiellement prolongé    52% des projets concrétisés    La Sittelle de Kabylie et la Genette ont réapparu en 2020    Beldjoud au Portugal    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    "Nous sommes déterminés à affronter l'armée sioniste"    Un bilan à la hausse    Placer la cause palestinienne en tête des préoccupations de la Communauté internationale    Réunion du gouvernement: l'Etat prendra en charge les frais de transports de 28 produits distribués au Sud    Le peuple sahraoui poursuit sa lutte pour arracher son droit à l'autodétermination    Coronavirus: 195 nouveaux cas, 149 guérisons et 8 décès    Rassemblements de soutien des partis politiques et de la société civile avec les Palestiniens    Classique au sommet à Tizi-Ouzou    3,3 millions de retraités bénéficieront d'une augmentation entre 2 et 7%»    «Repêchage» de listes électorales    Seuls 16% du programme national achevés    Sablés aux beurre, amandes et noisettes    Le désarroi des parents d'élèves    Des entreprises mises en garde par Tebboune    Libye : après le conflit fratricide, la paix est-elle de retour ?    «Il n'y a aucune mise à l'écart de joueurs et personne ne me dicte mes choix»    15 000 livres pour les zones d'ombre    Retour de l'homme du professionnalisme    La mauvaise leçon    Convention de partenariat et de coopération entre le ministère des affaires religieuses et les SMA    Prémices d'un retour à la case départ    Pour la libération des détenus    L'instruction du dossier de Lounès Hamzi reportée    Rabah Karèche passera l'Aïd derrière les barreaux    Jean-Claude Fournier revient avec deux ouvrages historiques    "Comptabilité générale et analyse financière", de Mohamed Zaâtri    Réconciliation des téléspectateurs avec les productions algériennes    Education nationale: Calendrier des examens de fin de cycle pour les trois paliers    Faire des prochaines élections un "moyen pour le changement"    Ahmed Hafsi. Moudjahid à Skikda : L'humilité d'un brave    Hirak : la nouvelle donne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La décision de Trump sur le Sahara Occidental, "irréfléchie" et "dangereuse"
Publié dans Algérie Presse Service le 18 - 04 - 2021

L'ancien émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross, a déclaré que la décision de l'ex-président américain, Donald Trump, de reconnaitre la prétendue "souveraineté" du Maroc sur les territoires sahraouis est "irréfléchie" et "dangereuse", plaidant pour le retour des Etats-Unis à leur position antérieure en faveur du plan de règlement de l'ONU.
Dans une déclaration publiée, samedi, sur sa page Facebook, M. Ross rappelle que l'ancien Conseiller à la sécurité des Etats-Unis, John Bolton et lui-même ont abordé, le 14 avril dernier, lors d'une visioconférence organisée par le Barreau de New York la question du Sahara Occidental et son examen par l'administration Biden.
L'ancien diplomate américain, réaffirme son rejet de la décision de Trump "en raison du tort que cela causerait sur trois fronts, à savoir, le processus de négociation, la région et la politique américaine".
"Bolton et moi avons demandé son annulation. Bolton l'a fait parce qu'il croit qu'un référendum pour déterminer l'avenir du territoire (sahraoui) reste possible et devrait être organisé", écrit Ross.
"A ce jour, aucun autre grand pays - pas même la France - n'a emboîté le pas, et pour cause. La décision était gratuite", relève Ross car, explique-t-il, la normalisation des relations entre le Maroc et l'entité sioniste en échange de la reconnaissance par les Etats-Unis des revendications marocaines au Sahara occidental "n'était pas nécessaire".
Les relations entre le Maroc et l'entité sioniste "sont anciennes et étroites", même si, d'après lui, "elles ont été pour la plupart hors de la vue du public".
S'agissant du processus de négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario, mis en place en 2007, pour déterminer le statut futur du Sahara occidental, "la décision de Trump, à moins qu'elle ne soit annulée, servira à durcir davantage les positions des parties, en rendant les négociations plus insolubles" et en prolongeant les épreuves que subissent les réfugiés Sahraouis, met-il en garde.
En ce qui concerne l'impact de cette décision sur la région, M.Ross, estime que "le fait de rendre les négociations plus difficiles retardera encore davantage tout progrès vers la coopération régionale dans le domaine de lutte anti-terroriste et d'autres questions liées à la sécurité, l'intégration régionale et aux secteurs économique et commercial".
Lire aussi : L'armée sahraouie mène quatre nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain
De son avis, "la coordination et l'intégration sont essentielles pour la sécurité, la stabilité et le bien-être des Etats d'Afrique du Nord et du Sahel et, par ricochet, de l'Europe ".
Pour ce qui de la politique américaine, il considère que "la décision de Trump va à l'encontre d'une longue tradition de soutien des Etats-Unis aux principes de la non-acquisition de territoire par la force et du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes".
Ces principes "quelquefois n'ont pas été honorés lorsque des intérêts vitaux des Etats-Unis étaient en jeu, mais ce n'est certainement pas le cas en ce qui concerne le Sahara occidental", fait-il remarquer.
Aussi, Il prévient que "la décision de Trump "bouleverse également l'équilibre délicat de la posture des Etats-Unis dans la région en abandonnant la politique de neutralité relative concernant le Sahara occidental qui, selon lui, a bien servi son pays pendant des décennies".
La conclusion de cet accord, nuirait, d'après Ross, " inutilement" aux relations des Etats-Unis avec l'Algérie, pays avec lequel Washington entretient d'"importants liens économiques, commerciaux et sécuritaires".
Pour toutes ces raisons, l'ancien envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU (2009-2017) estime que "l"administration Biden devrait revenir à la position antérieure des Etats-Unis en faveur du processus de négociation établi par le Conseil de sécurité de l'ONU.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.