Qualif. Mondial-2022 (4e journée): Niger-Algérie se déroulera finalement à 20h    Real Madrid: Benzema savoure sa bonne forme    Un membre du PNC appréhendé par les services de sécurité de l'aéroport de Paris Orly    Le grand gaspillage    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Libération de 10 élèves enlevés en juillet dernier    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Un hommage a minima    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    L'aventure africaine débutera au Maroc    Trois morts et trois blessés sur la route    Mise en échec d'une tentative d'émigration clandestine    La saignée continue    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    Delort et Boudaoui buteurs    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    11 500 quintaux de lentilles et pois chiches pour lutter contre la spéculation    L'ANIE ignore les réserves des partis    Prise en charge psychologique des élèves    Vers une augmentation des tarifs    Prime de scolarité pour 61 000 élèves    Noureddine Bedoui inculpé    «L'économie nationale est dans une situation de précarité»    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Deux nouveautés chez Barzakh    Les dates officiellement fixées    Dos au mur    Des revendications en suspens: Les paramédicaux n'écartent pas le recours à la grève    Bouteflika et compassion religieuse    Mémoire indissociable    Benabderrahmane chez les sénateurs    Le remède miracle    Dites-le droit!    Le FFS est un rempart pour la patrie    «Une figure majeure de l'Algérie contemporaine»    L'épineux problème de Béjaïa    La campagne des locales sera virtuelle    L'hommage de Ramtane Lamamra    Nouvelles manifestations contre le pass sanitaire    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    «Se battre pour défendre le film qu'on aime!»    Un concours de l'UE ouvert aux journalistes et aux artistes    Un écrivain pluriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les commerçants ambulants font recette
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 07 - 2021


parmi de nombreux consommateurs. Par camionnettes, les marchands à la criée sillonnent les cités et quartiers. On les voit partout, au grand bonheur des citoyens. « C'est une aubaine et une corvée de moins, dès lors que ces commerçants viennent nous proposer leurs marchandises près de chez nous, en sus d'une légère baisse des prix, en comparaison avec ceux affichés au marché couvert du centre-ville », dira un habitant de la cité des 414 logements à Tébessa. Des légumes sont cédés à des valeurs accessibles, pomme de terre, tomate, courgette ou encore laitue et poivron font drainer les gens. Les étals de fortune de pastèques et melons érigés au bord des chaussées sont, eux aussi, une destination privilégiée. De même, ces vendeurs ambulants d'eau potable. Là aussi, les camionnettes dotées de citernes en plastique entament leurs tournées quotidiennes tôt le matin, leur avertisseur sonore reconnaissable fait réveiller les consommateurs qui préfèrent boire cette eau plutôt que celle du robinet, une eau de source qui en plus de sa (qualité et pureté) est achetée pour ses bienfaits curatifs, dit-on. D'autres commerçants ambulants attirent une clientèle particulière, les vendeurs d'huile d'olive et de figues sèches (chérih), un duo réputé pour ses vertus médicinales contre la toux et le cholestérol, fait-on courir çà et là. Ainsi, certaines catégories de nos concitoyens recourent parfois à des acrobaties pour pouvoir affronter les difficultés de la cherté de la vie. En jouant au chat et à la souris, histoire de s'en sortir indemne des labyrinthes et des pièges tendus, dans un parcours du combattant harassant. «Oui, il faut que je zigzague dans des champs minés, avec les moyens disponibles, sans quoi, tout paraîtra sombre et sans issue», fait noter Aïssa, un fonctionnaire au petit revenu et à sa charge une famille de quatre personnes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.