Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tiaret: Le «médecin des pauvres» assassiné
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 07 - 2021

La terrible nouvelle a gâché la joie de la fête de l'Aïd al-Adha à toute la population de Tiaret : le doyen des médecins sur la place de Tiaret venait d'être retrouvé assassiné à son domicile, Boulevard Ben Badis, en plein centre-ville. En effet, habitant seul dans son domicile, le Dr Mohamed Adjrad, âgé de 81 ans, a été retrouvé sans vie ligoté sur son lit, la bouche bâillonnée. La triste nouvelle a fait le tour de la ville à la vitesse de l'éclair. C'était son jeune voisin qui avait pour habitude de lui rendre visite qui a trouvé la porte ouverte et le corps du médecin allongé, les pieds et les mains ligotés avec un bâillon dans la bouche. Cet inqualifiable forfait a suscité un incommensurable émoi à Tiaret, où les habitants vouaient un respect immodéré au pédiatre, connu pour sa compétence, sa générosité et sa modestie. Originaire de la wilaya de Bouira, le DR Adjrad s'est installé à Tiaret au milieu des années soixante pour exercer le long de la prestigieuse Rue Emir Aek (ex-Rue Bugeaud), avant de reprendre le cabinet du Docteur Youcef Khatib, alias Colonel Si Hassan, ex-chef de la Wilaya 4 historique, sis rue de la victoire en face du marché couvert. Médecin affable, discret, respecté de tous, des grands comme des petits, il avait ce don de soulager la douleur de ses malades avec sa voix paisible et sa compétence sans égale, notamment pour les maladies infantiles qui n'avaient aucun secret pour lui.
Le médecin des pauvres a été inhumé mercredi après-midi en présence de son fils venu d'Alger, son frère de Bouira, d'une foule très nombreuse, venue le visage couvert avec des masques de protection en raison de l'épidémie de Covid, pour rendre homme au plus célèbre et le aimé fils adoptif de la ville de Ali Maâchi. «Personnalité attachante, réputé pour sa compétence et apprécié pour sa probité et son sens de l'honneur autant que pour son attachement à une profession dont il a fait un véritable sacerdoce, le docteur Adjrad aura marqué plusieurs générations de praticiens. Il était aimé et admiré par ses pairs et par la population qui lui vouait un véritable culte », écrit dans un hommage le Dr Hallouz Ahmed, président du conseil régional de l'ordre des médecins. « Il ne faisait pas commerce de son savoir et n'était chiche ni de son temps ni même de son argent lorsque des personnes sans ressources se présentaient à son cabinet. On le surnommait à juste titre le médecin des pauvres », ajouté le Dr Hallouz, en tête de la corporation médicale présente à l'enterrement du défunt. Tard dans la soirée de jeudi, l'on saura que des arrestations ont été opérées par les services de sécurité. Des suspects étaient interrogés dans les locaux de la sûreté de wilaya.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.