Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tiaret: Hommage au Dr Henri Lafare
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 02 - 2018

La nouvelle est tombée comme un couperet : grand ami de l'Algérie, le Dr Henri Lafare, le médecin le plus célèbre sur la place de Tiaret, aux côtés de feu le Dr Med Bensouna, est décédé mardi à l'âge de 92 ans, suscitant une vive émotion chez tous ceux qui l'ont connu.
En effet, officier de l'armée française, ce médecin pas comme les autres a décidé de rester en Algérie pour aider à la formation des premières fournées de médecins algériens, et surtout soigner beaucoup de personnes au moment où le pays venait à peine de sortir de la longue nuit coloniale. Nombreux sont les Tiaretiens de plusieurs générations qui se souviennent du Dr Henri Lafare, ou « Papa Daktari » comme l'appellent affectueusement certains. Diplômé de l'université de Lyon dans les années soixante, et médecin attitré de nombreuses familles à Tiaret et de plusieurs villes et villages des wilayas environnantes, une pluie d'hommages est tombé, tel un émouvant baisser de rideau, notamment sur les réseaux sociaux, en hommage au Dr Lafare qui a exercé à Tiaret jusqu'à la fin des années soixante-dix avant de rejoindre sa ville natale, La Grande-Motte, dans le département de l'Hérault près de Montpellier.
Grand humaniste et un homme à la main toujours gardée sur le cœur, « Papa Daktari », dont le nom est associé à un autre Français qui a longtemps vécu et aimé profondément Tiaret, le pharmacien Claude Bentollila et sa célèbre officine sur la nom moins prestigieuse rue Bugeaud (actuel rue Amir AEk), soignait les malades gratuitement et se déplaçait sans hésiter aux domiciles des patients, les plus âgés notamment, avec un sourire toujours scotché aux lèvres. Egalement médecin légiste, le Dr Henri Lafare, un homme foncièrement bon et très humain, allant jusqu'à assister les femmes pour accoucher, a travaillé pendant de longues années à l'hôpital de Tiaret, soignant les malades de plusieurs wilayas de l'Oranie dans les années soixante-dix. Le Dr Lafare allait jusqu'à préparer ses propres formules pharmaceutiques quand les médicaments venaient à manquer.
La corporation des médecins ainsi que l'ensemble du corps médical de la wilaya de Tiaret ont reçu la triste nouvelle avec une vive émotion, ne manquant pas l'occasion de rendre un vibrant hommage à celui qui fut l'un des premiers toubibs de l'Algérie indépendante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.