5 aliments anti-inflammatoires qu'il faut consommer    Besiktas : Rachid Ghezzal passeur décisif face à Adana Demirspor (Vidéo)    Liga : Falcao décisif avec l'Athletic Bilbao (Vidéo)    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Amar Belani dénonce les «mensonges» de l'ambassadeur du Maroc à Genève    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Quel avenir pour les entreprises publiques ?    MC Oran: L'ère Aït Djdoudi commence    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    UNE ORGANISATION MONDIALE VIRTUELLE    Santé: Les dépenses de soins jugées trop élevées    Intense activité pour Lamamra à New York    Biden et Xi livrent leur vision à l'ONU    Le Parlement accorde sa confiance au nouveau gouvernement    16 décès et 182 nouveaux cas    Des partis politiques à la traine    Les promesses d'un conclave    un conseil national du tourisme?    Les fondements d'un nouveau mode économique loin de la rente pétrolière    Koeman tire sur ses joueurs    Coup de pression de la justice espagnole    Pochettino s'est expliqué avec Messi    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Le retour du FFS    Un scrutin plus coloré    220.000 élèves au rendez-vous    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des tablettes à l'école pour alléger les cartables    Inondations et routes bloquées    Parution de la version anglaise    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Les Nuits du théâtre    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Wagner brouille les cartes au Mali    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    L'opposition crie à la fraude    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Covid-19: La troisième vague sème la panique à Sétif
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 07 - 2021

Le manque d'oxygène dans les hôpitaux qui accueillent les malades atteints de Covid-19 était prévisible, mais cela n'a pas été d'une grande aide en matière d'anticipation sur ce plan. La wilaya de Sétif en a subi des peines immenses. Le député Nacer Batiche a sollicité l'intervention urgente du ministre de la Santé et du Premier ministre.
Des nouvelles ont été amplifiées par les réseaux sociaux, provoquant la peur panique au niveau de cette wilaya et des régions limitrophes. Et, il est tout à fait normal que des voix en viennent à dédramatiser la situation pour éviter tout état hystérique qui ne ferait que compliquer davantage les choses.
A commencer par le directeur du CHU de la wilaya, qui a affirmé à travers les ondes de la radio de Sétif que l'hôpital en question n'a enregistré à aucun moment une rupture totale d'oxygène. Relevant qu'il y a eu effectivement une perturbation qui a provoqué une baisse de pression du taux d'oxygène qui arrive aux malades, et qu'il y a eu des décès, mais comme on l'enregistre quotidiennement suite aux infections au Covid-19. Des infections en hausse ces derniers jours qui ont provoqué plus de décès, soulignera-t-il, tout en signalant le besoin accru en oxygène pour les malades durant cette sévère vague de contaminations. Rien d'affolant, en somme.
La wilaya de Sétif a reçu dans la soirée du vendredi un camion-citerne rempli d'oxygène en provenance de Bellara (Jijel) qui est venu apaiser les inquiétudes et soulager les malades.
Pour sa part, le professeur Kamel Djenouhat, président de la Société algérienne d'immunologie, a soutenu dans un entretien au même média que la situation est dangereuse mais pas catastrophique, comme le laissent entendre les discours pessimistes sur les réseaux sociaux. Non sans avouer que les services hospitaliers n'ont pas bien évalué la situation et ne se sont pas mobilisés comme il se doit face à cette nouvelle vague. Le professeur Djenouhat a également révélé qu'avec la nouvelle souche Delta, le taux d'infection pulmonaire dépassait 50%. Tout en mettant en garde les citoyens vaccinés, qui ne seraient protégés qu'à 30% pour ceux qui ont reçu la première dose, et les 70% restants ne seraient de la protection n'apparaissent qu'au bout de quinze (15) jours après la prise de la deuxième dose du vaccin.
Le patient peut être vacciné deux fois, et avoir pris les doses de traitement médical, mais il sera toujours exposé à la mort avec cette nouvelle souche, a-t-il déclaré. D'où la nécessité du port du masque de protection, efficace à 90% pour éviter toute contamination, confirmera-t-il. Ajoutant que le malade qui verra l'apparition des symptômes est tenu de contacter un médecin dans un délai de trois heures. Tout en insistant sur l'importance de la vaccination, qui aurait pu baisser le taux de mortalité à 5% dans le cas où les patients auraient été vaccinés assez tôt. Dans ce sillage, il a laissé entendre qu'il avait suggéré au comité scientifique l'exploitation des espaces sportifs intérieurs et de mosquées pour la vaccination, qui a atteint en Algérie un taux entre 3 et 4 millions de vaccinés.
Toujours dans ce contexte de la pandémie, le professeur Djenouhat a signalé qu'on a enregistré deux cas de nourrissons (de 15 et 0 jours) testés positifs au Covid-19, atteints aux poumons à un taux de plus de 50%. Dans ce cadre, le professeur a révélé qu'il y a une proposition pour vacciner les enfants à partir de 6 ans, une autre à partir de 12 ans et une troisième qui toucherait tous les enfants en dessous de 18 ans.
Et, en guise d'appel à la précaution, le spécialiste a invité les citoyens à éviter les rassemblements lors des fêtes de mariages et toutes cérémonies, notamment celles en cours ces jours-ci pour fêter la réussite à l'examen du bac, car ces rassemblements sont sources premières des clusters du virus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.