CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une Amérique plus que jamais guerrière
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 09 - 2021

Les cérémonies de commémoration des attentats du 11 septembre 200 aux Etats-Unis ont été accompagnées par une production éditoriale plus importante que ces dernières années. La presse américaine a publié de nombreux reportages à hauteur d'homme et plusieurs éditorialistes ont dressé un bilan très mitigé de ces vingt dernières années. Ils ont notamment fait le lien avec le retour des Talibans au pouvoir en Afghanistan. Impossible de ne pas y voir un symbole majeur. Il y a deux décennies, l'Amérique se vengeait - le verbe n'est pas trop fort - en menant une coalition militaire contre « l'émirat » et ses hôtes d'Al-Qaïda. Aujourd'hui, on dirait un retour un case départ ou presque.
Personne ne contestera que, sur le plan géopolitique, l'Afghanistan représente une défaite pour l'Amérique. Ceux qui, d'une manière ou d'une autre furent les complices, actifs ou passifs, de ce qui s'est passé à New York et Washington le 11 septembre 2001, sont de nouveau aux affaires. Certes, Oussama Ben Laden n'est plus et nombre de médias américains l'ont rappelé, comme s'ils essayaient de trouver des motifs de satisfaction concernant ces vingt années de « guerre contre le terrorisme ». Car pour le reste...
On dit souvent que ces attentats ont transformé l'Amérique en la conduisant notamment à rogner ses propres libertés et à agir de manière encore plus unilatérale dans le monde. En réalité, ce n'est pas d'une transformation dont il s'agit mais d'un renforcement des pires travers que connaît ce pays depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Il y a, par exemple, le fait que le complexe militaro-industriel ne s'est jamais autant gavé. C'est simple, les chiffres concernant les guerres en Afghanistan et en Irak, toutes deux conséquences directes des attentats du 11 septembre 2001, donnent le tournis. Mille milliards de dollars selon les uns, deux mille milliards de dollars, selon les autres cela sans parler des programmes d'armement toujours en cours de développement. Le 17 janvier 1961, lors de son dernier discours à la nation, le président Dwight David Eisenhower, un militaire (!), avait mis en garde contre le poids démesuré de ce complexe. Il n'a pas été entendu. Aujourd'hui, la défense et l'industrie de la guerre constituent la partie la plus imposante de l'appareil étatique américain. Un socle immense autour duquel gravitent des milliers d'entreprises privées qui vont du fabricant d'avion de chasse à la compagnie de sécurité privée, comprendre entreprise de mercenaires.
Pour ce complexe militaro-industriel, le retour des Talibans au pouvoir est tout sauf une mauvaise nouvelle. Cela signifie une menace, ou supposée telle, contre les intérêts américains et donc plus de budgets et de crédits d'armement. Les attentats du 11 septembre 2001 ont donc achevé de militariser l'Etat américain. Certes, les généraux ne sont pas au pouvoir (apparent) et la kermesse électorale quadriennale donne l'illusion d'une démocratie civile. Mais relisons un passage du fameux discours d'Eisenhower : « Cette conjonction d'une immense institution militaire et d'une grande industrie de l'armement est nouvelle dans l'expérience américaine. Son influence totale, économique, politique, spirituelle même, est ressentie dans chaque ville, dans chaque Parlement d'Etat, dans chaque bureau du gouvernement fédéral. Nous reconnaissons le besoin impératif de ce développement. Mais nous ne devons pas manquer de comprendre ses graves implications. Notre labeur, nos ressources, nos gagne-pains... tous sont impliqués ; ainsi en va-t-il de la structure même de notre société. Dans les assemblées du gouvernement, nous devons donc nous garder de toute influence injustifiée, qu'elle ait ou non été sollicitée, exercée par le complexe militaro-industriel. Le risque potentiel d'une désastreuse ascension d'un pouvoir illégitime existe et persistera. »
Cette militarisation ne concerne plus que le seul appareil d'Etat. Elle est dans tous les esprits, elle infuse dans la société. Pour qui voyage en Amérique, la prégnance d'hommes et de femmes en treillis ou en uniformes est assez frappante. Cela se voit dans les aéroports, les gares routières et ferroviaires mais aussi les centres commerciaux, les lieux de vie quotidienne. En clair, l'armée est partout. Elle est aussi dans les esprits. Souvenons de l'attaque grotesque contre le Congrès américain en janvier dernier. Dans la foule chauffée à blanc par Donald Trump, on comptait des militaires mais aussi des civils, hommes et femmes, habillés en uniformes, persuadés, eux-aussi, de « faire » leur guerre comme d'autres ont été en Irak ou Afghanistan.
C'est que la figure du soldat ou du vétéran a changé aux Etats-Unis. Après la guerre du Vietnam, elle était négative ou, du moins, peu reluisante. Aujourd'hui, avoir servi en Irak ou en Afghanistan est fièrement revendiqué et cela en impose quel que soit le milieu. Qu'importent les mensonges concernant l'Irak, la torture, Abou Ghraib, Guantanamo ou l'échec afghan : le soldat est un modèle. L'Amérique, qu'il s'agisse de l'intérieur ou de l'extérieur de ses frontières, est plus que jamais guerrière et cela concerne toute sa société et pas uniquement son armée et son complexe militaro-industriel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.