Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tébessa: La bataille d'El Djorf revient
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 09 - 2021


La bataille d'El Djorf, un haut fait d'armes remarquable dans l'histoire des Aurès Nememchas. Une bataille qui s'est déroulée pendant plusieurs jours, à partir du 22 septembre 1955, dans la vallée d'El Djorf, située à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tébessa. Soixante-six ans après, la bataille mémorable reste vivace dans les esprits des moudjahidine et la population locale. Symbolique à plus d'un titre, tant elle représente encore aujourd'hui, l'engagement déterminé de l'ALN contre la présence coloniale de la France. Stratégique, menée de main de maître, par les chefs militaires de la Révolution, à leur tête Bachir Chihani et ses valeureux lieutenants Abbes Laghrour, Adjel Adjoul, Ouardi Guetel, Sai Farhi, afin de briser le mythe de l'invincibilité de l'armée coloniale. Elle s'est déclenchée juste après l'offensive du nord-constantinois (20 août 1955), quelques mois après le début de la Révolution du 1er Novembre 1954. La caractéristique montagneuse et le relief accidenté du site d'El Djorf a permis d'attirer les unités militaires coloniales, dans un véritable guet-apens, l'endroit idéal pour les combats par petits groupes de djounoud, afin d'harceler l'ennemi. Dès le déclenchement des hostilités, les forces de l'armée coloniale ont fait appel à des renforts venus de Bir El Ater et Chéria. Selon certaines sources historiques, quelque 400 combattants de l'ALN ont pris part à la bataille d'El Djorf, encerclés par 40.000 soldats ennemis, appuyés par l'artillerie et l'aviation. Les djounoud ont pu briser l'encerclement, malgré l'utilisation par les militaires français, d'armes chimiques prohibées. Cent-vingt martyrs s'étaient sacrifiés sur le champ d'honneur. Sur le plan international, la bataille d'El Djorf a eu un écho sur la lutte que menait le peuple algérien pour son indépendance. Mettant en échec, la propagande et la désinformation du colonialisme sur « simples troubles causés par des groupes d'hors-la-loi ». A présent, la question est de savoir que reste-t-il de cet épisode dans la mémoire de la jeunesse post-independance ? Un travail de mémoire doit être effectué afin que personne n'oublie, une tâche qui revient, en premier lieu, aux historiens qui seront chargés de mettre de la lumière sur les faits et les personnages militaires et civils ayant été directement engagés dans la bataille d'El Djorf. Pour que le temps n'efface pas les traces indélébiles de cette date charnière et ne pas se contenter d'une simple commémoration- anniversaire. Notons, toutefois le travail réalisé, en 2018, par Soltane Djebaili consistant en un documentaire de 26 minutes intitulé : ‘La grande bataille d'El Djorf', en effectuant des recherches durant presque 10 ans, dans les archives et les témoignages de moudjahidine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.