Erratum    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Une voix d'outre-tombe    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    La continuité des coups d'Etat    Elira qui élira bien le dernier...    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



NA Hussein Dey: Blocages à tous les niveaux !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 09 - 2021

Joueurs impayés depuis plusieurs mois. Départ de plusieurs éléments vers d'autres cieux. Crise interne sans précédent. Aucune action n'a été entamée en prévision du nouvel exercice. Recrutement au point mort. Plus de quinze milliards de centimes, selon notre source, à éponger le plus tôt possible. Démission du président du club Mahfoud Ould Zmirli. La décision de mettre en place un directoire pour gérer les affaires du club tarde à se concrétiser. Voilà où en est le NAHD des Bahmane, Kheddis, Akkak, Ouchène, Zarabi, Bouyahi, Guenoun et les autres, à quatre semaines de la reprise du championnat de la Ligue 1. Malheureux pour un club ayant été drivé, par le passé, par de grands techniciens à l'image des René Vernier, Amar Boudissa, Reynolds, Jean Snella. Comment est-on arrivé là ? « Nous allons jouer les premiers rôles. Nous avons effectué un recrutement qui nous permet d'aspirer à de telles ambitions », avait déclaré le directeur sportif, Chaâbane Merezkane, en début de saison dernière. Réalité du terrain oblige, le NAHD ne s'est finalement maintenu en Ligue 1 que lors de l'avant-dernière journée du championnat à l'issue de sa victoire sur le WAT.
« Quand le mensonge prend l'ascenseur, la vérité prend l'escalier, elle met plus de temps mais finit toujours par arriver », ce proverbe sied bien à la situation du NAHD, qui a payé cash la gestion de ses responsables au grand dam de son merveilleux public. Les milliers de supporters nahdistes accusent ouvertement Chaâbane Merezkane « qui a exploité son statut d'ex-international pour contribuer à la mascarade », lit-on dans de nombreux commentaires dans les réseaux sociaux. Avec lui, on a cité Mourad Lahlou, l'ancien directeur sportif et Kamel Saoudi, l'un des actionnaires les plus influents. Les réunions se multiplient mais sans que l'on aboutisse à une solution permettant au Nasria de sortir de ce labyrinthe. Aujourd'hui, l'avenir des «Sang et Or» est totalement compromis car la situation n'a pas évolué d'un iota depuis l'AG des actionnaires du 12 septembre dernier. L'annonce de l'arrivée du nouveau repreneur, Youcef Cheragui, risque de tomber à l'eau en raison « de la modification du PV de l'Assemblée et l'accord signé entre lui et Mahfoud Ould Zemirli », dit-on.
En effet, selon notre source, le nouveau repreneur a refusé le PV de l'ancien président. On parle de changements opérés dans le texte du procès-verbal qualifiés de « falsifications » ce qui a entraîné un blocage à tous les niveaux avec cette histoire de dettes cumulées et inhérentes à la gestion de l'ex-président du NAHD. Les appels à des réunions d'urgence ne semblent pas avoir d'échos favorables. Certains justifient cette fuite en avant du président démissionnaire comme une stratégie, « initiée avec la complicité de Chaâbane Merezkane », dit-on, pour gagner du temps. Cette manœuvre est confirmée par la rumeur relative d'un éventuel retour de Mourad Lahlou. Aujourd'hui, à Hussein Dey, tout le monde est ballotté entre les nombreuses informations, parfois contradictoires. Nul ne sait de quoi sera fait demain au NAHD qui reste le seul perdant d'une situation qui prête au doute et la confusion.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.