Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    La renaissance    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 09 - 2021


«Le ministère du Commerce est tenu de réagir au plus tôt contre la hausse des prix», a tonné, samedi, le président Tebboune à l'occasion du conclave tenu avec les walis de la République. C'est que l'effroyable dégradation du pouvoir d'achat des Algériens, combiné au renchérissement rédhibitoire des produits alimentaires de première nécessité, place le gouvernement sur la corde raide. Même si l'augmentation des salaires a été évoquée par le Premier ministre, sans donner de détails, l'on n'est pas loin de décréter l'état d'urgence stomacal, tant de larges couches d'Algériens n'arrivent plus à assurer les deux repas quotidiens à leurs enfants. Et avec une rentrée scolaire qui a déjà essoré les poches des chefs de famille, le dilemme cornélien, aujourd'hui, est de choisir entre le pain quotidien et le cartable. Ici, scénario-catastrophe du village de Sidi Djiâane, victime du plus terrible des complots jamais ourdi par aucune main étrangère : une pénurie de pomme de terre, voulue par le peuple des ventripotents contre le peuple des ventres creux. Un jour ordinaire, correspondant au pénultième jour de l'année du calendrier lunaire, le village de Sidi Djiâane se réveilla sans aucun tubercule à dix kilomètres à la ronde. Et pour éviter que leurs marmailles ne meurent sous leurs yeux exorbités du plus trivial des trépas, les villageois décidèrent de brûler toutes les terres fertiles pour éviter que les champs maraîchers arrosés de leur sueur trop froide ne soient transformés en des pommes de terre sucrées, mangées crues par des gens, vivant sur les hauteurs inexpugnables du pays, et qui n'attendent jamais d'avoir faim pour ouvrir leurs estomacs aux quatre vents. Démarrant du principe suicidaire que le meilleur moyen d'«éduquer» un peuple, c'est de le priver de son pain bénit, on décida de fermer toutes les boutiques de tous les légumiers du pays et les remplacer par des bons de rationnement à ne distribuer qu'à ceux qui ne veulent plus manger de gâteaux avec un morceau de pain blanc en guise de dessert facultatif. L'histoire dira, ensuite, qu'à raison de mille et une bouches nourries par chaque légumier, cela fait quarante millions d'Algériens menacés de famine. Une horreur absolue. Pire qu'une guerre civile ou qu'une arme dite «sale», le pays sera mis en situation de danger tel que tous les légumiers «légaux», encore en activité, seront tous placés en liberté surveillée et n'auront droit à retirer leurs mains empâtées du pétrin de leur vie que le temps trop court de manger de petites miettes rassises, tombées de la table géante des mangeurs de destins castrés et des dévoreurs de vocations détournées.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.