JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Industrie: créer de nouvelles spécialités pour répondre aux besoins du secteur    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    Tebboune: L'Algérie compte abriter une Conférence unificatrice des factions palestiniennes    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    «2022 sera l'année de la performance industrielle»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 10 - 2021

L'expert en géopolitique et relations internationales, Hacene Kacimi, a estimé, hier, que le massacre du 17 octobre 1961 « n'est pas un dérapage, mais un véritable guet-apens qui a été organisé, planifié, encadré au plus haut niveau de l'Etat français ». L'Invité de la Rédaction de la Chaîne 3 de la Radio algé rienne a, en effet, souligné que les événements de cette date constituent « un crime d'Etat qui a été commis contre des Algériens sortis, pourtant, dans la rue de manière pacifique pour réclamer l'indépendance ». « Des policiers de Papon, accompagnés de harkis, sont descendus dans la rue pour massacrer les Algériens qu'ils ont jetés dans la Seine ».
Ce genre de crimes, a-t-il précisé, est resté impuni jusqu'à maintenant parce qu'il y a eu une volonté de « blanchir les auteurs de ces crimes par des lois d'amnistie », a-t-il rappelé. Selon Hacene Kacimi, « si la France ne veut pas reconnaître ses crimes, c'est parce qu'elle n'est pas prête à abandonner sa doctrine colonialiste.
C'est pour cette raison qu'elle doit avant tout se réconcilier avec elle-même, se rappeler sa propre histoire ». Quant à la réconciliation des mémoires, affaire « pour laquelle la classe politique française appelle de tout cœur », il ne s'agit que d'une volonté inavouée d'aller vers une amnistie des mémoires, ce que l'Algérie n'acceptera jamais. « La réconciliation des mémoires passe avant tout par la reconnaissance par la France de ses crimes, génocides, qui ont été commis contre le peuple algérien », a précisé M. Kacimi. A propos de l'utilisation de la question mémorielle à des fins électoralistes, à l'approche de chaque élection présidentielle française, à travers des thématiques devenues aujourd'hui récurrentes, telles que l'immigration ou l'islam, et l'entrée en lice dans le débat politique de «prétendus intellectuels» (de la mouvance de l'extrême droite, en particulier) qui s'attaquent ouvertement à la question mémorielle et à l'identité algérienne, l'intervenant dira que ce type d'interventions (en référence aux déclarations d'Eric Zemmour) relève de «la psychiatrie».
«C'est un cas clinique qui présente un syndrome obsessionnel paranoïaque; c'est quelqu'un qui passe son temps à insulter les migrants pour faire oublier que lui-même est un migrant», a-t-il affirmé à propos du polémiste français d'origine algérienne qui a exprimé dernièrement son intention à se porter candidat à la prochaine élection présidentielle française. Pour ce qui est des propos tenus par le président Macron, fin septembre dernier, rapportés par le journal le Monde, M. Kacimi les jugera indignes «du niveau d'un président de la République». Pour lui, il ne peut s'agir «ni d'un dérapage», encore moins «d'une méconnaissance de l'Histoire». «En tenant ces propos, le président Macron, a-t-il estimé, «n'a fait qu'aggraver les fractures entre l'Algérie et la France... et cela est bien regrettable».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.